Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

à M. le Maire de Paris relative au changement de sens de circulation de voies parisiennes.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2012


 

Libellé de la question :

"Vous avez fréquemment choisi de faire alterner dans une même voie les sens de circulation, les coupant ainsi en fractions "tête-bêche".

Dans votre communication destinée aux résidents de ces voies, vous annoncez "vouloir lutter contre la pollution qui constitue l?un des objectifs prioritaires de la Municipalité qui souhaite développer une politique des déplacements plus respectueuse de l?environnement et de la qualité de l?air?.".

Si l?objectif de ces nouveaux flux circulatoires était de trouver des solutions pour réduire les embouteillages de la circulation générale, vous conviendrez qu?il n?en est rien puisque dans les secteurs concernés, les encombrements se sont étendus à toutes les voies collatérales entraînant parfois des remaniements de la part des services concernés. C?est pourquoi, Mme Laurence DOUVIN et les élus du groupe U.M.P.P.A. demandent à M. le Maire de Paris de dresser un bilan de ces rues à sens multiples afin d?évaluer les conséquences de tels aménagements en terme de circulation, de pollution atmosphérique et sonore dans les quartiers concernés en prenant évidemment en compte les détours qu?engendrent obligatoirement ces modifications."

Réponse (M. Julien BARGETON, adjoint) :

"Depuis de nombreuses années, la Ville de Paris mène une politique globale des déplacements dont l'objectif est de maîtriser le volume de la circulation automobile dans la Capitale. C'est dans ce contexte qu'a été définie une notion de hiérarchisation des voies permettant la création de secteurs où la circulation automobile serait atténuée par la suppression du transit inutile. L'aménagement de ces quartiers peut alors être repensé afin d'offrir aux habitants et aux usagers une qualité de vie meilleure et davantage de sécurité. Ainsi, dès le milieu des années 90 sont apparus des quartiers dits "tranquilles" puis à partir de 2001 des quartiers verts où le concept initial a été renforcé. Aujourd'hui, Paris compte près de 70 de ces quartiers (zones 30).

Afin d'éviter les "itinéraires malins", des modifications du plan de circulation ont parfois été nécessaires et des "têtes-bêches" implantés. Ceux-ci permettent de conserver une desserte locale nécessaire à la vie du quartier tout en détournant le trafic de transit vers les axes du réseau principal.

Sur le réseau principal, les mesures effectuées sur les voies instrumentées montre une baisse continue du volume de trafic au cours des dernières années. Ainsi, le volume de trafic en 2010 est de 25% plus faible qu'en 2000. Ce réseau moins utilisé qu'auparavant a donc vocation à supporter l'ensemble du trafic de transit parisien."