Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

67 - 2004, DAC 111 - Subvention de fonctionnement à l'association "L.I.R.E. à Paris, le livre pour l'insertion et le refus de l'exclusion" (20e). - Montant : 20.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DAC 111 portant attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "L.I.R.E. à Paris, le livre pour l'insertion et le refus de l'exclusion" dans le 20e. Montant 20.000 euros.
La parole est à Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.
Alors que notre séance examine plusieurs projets de délibération concernant la lecture à Paris et les bibliothèques qui irriguent son territoire, je veux me réjouir de cette subvention pour l'association "L.I.R.E. à Paris" au titre des Affaires culturelles.
Je connais en effet l'action de cette association qui collabore de manière si efficace avec le personnel des bibliothèques municipales. Son action sociale et culturelle est déterminante.
Je veux donc m'étonner que la fiche technique ne fasse pas mention de la subvention de la DASES en 2003, et m'inquiète que la subvention de cette direction annoncée comme substantielle pour 2004 ne soit pas encore votée.
Si je salue l'action de cette association qui concourt à notre politique d'intégration et d'éducation, je veux m'étonner...
Je sais que la lecture publique à Paris n'est pas du tout intéressante, mais je vous demanderai, mes chers collègues, de m'écouter. Je répète.
Si je salue l'action de cette association qui concourt à notre politique d'intégration et d'éducation, je veux m'étonner des déclarations permanentes concernant la priorité donnée à la lecture à Paris.
Savez-vous, mes chers collègues, que nos bibliothèques ont adopté leurs horaires d'été, ce qui veut dire des horaires réduits. Mais savez-vous que, faute du personnel nécessaire, ceux-ci sont plus restreints que prévu et que sans aucun préavis certaines sections sont purement et simplement fermées.
Il en est ainsi par exemple de la section "jeunesse" de Vaugirard. La porte étant fermée, les enfants n'ont pu faire provision de livres pour les vacances. Les animations prévues pour les tout-petits ont été annulées, sans même que les parents et les puéricultrices aient été averties. Bravo pour la priorité donnée à la lecture publique !
En vérité, les bibliothèques n'ont pas le personnel nécessaire pour fonctionner dans de bonnes conditions, le travail des fonctionnaires est de plus en plus difficile, et le contingent de vacataires affectés à ce bureau est tout à fait insuffisant. Ce n'est manifestement pas une priorité.
Quant à la construction des bibliothèques, mes chers collègues, nous allions voir ce que nous allions voir. Je vous rappelle que la mandature précédente a inauguré la BILIPO, la bibliothèque Georges Brassens et la bibliothèque Goutte d'Or. Nous avons lancé la bibliothèque Réunion et la bibliothèque d'Alleray.
En ce qui concerne Alleray, le premier coup de pioche n'a pas été donné et je m'interroge sur l'avancement de ce projet. Quant à son équipe de préfiguration, le conservateur qui l'anime a eu bien du mal à commencer à la constituer et il me semble que ses demandes n'ont pas encore été satisfaites.
Et puis, vous avez le grand projet de Bagnolet, dans un quartier où nous savons, depuis des années, qu'il y a nécessité de créer un équipement culturel de grande ampleur. Où en est ce projet, Monsieur le Maire ? Il semble que lui aussi soit très en retard et je ne vois vraiment pas comment vous pourrez l'inaugurer pendant cette mandature.
Votre bilan sera bien maigre, Monsieur le Maire. Alors que votre adjoint, après avoir supprimé purement et simplement le grand prix des lecteurs de bibliothèques, veuille mettre en place un concours d'écriture, pourquoi pas ? Je m'interroge sur l'effet de ce gadget, mais il est vrai qu'il aura au moins la vertu de produire des communiqués de presse.
Pardonnez moi, Christophe GIRARD, j'oublie qu'il y a aussi la bibliothèque de "Paris plage". Je suis sûre que vous allez m'en parler.
Nous connaissons, Monsieur le Maire, le goût de nos concitoyens pour la lecture, son besoin de sources de connaissance et de documentation, comme en témoigne la fréquentation des bibliothèques municipales et des nombreuses bibliothèques publiques ou privées qu'abrite notre ville. Toutefois, malgré les grandes proclamations de votre adjoint, il faut bien le dire, rien dans vos actes ne traduit la soi-disant priorité à la lecture publique dans notre ville.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. Christophe GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je remercie ma collègue et amie Mme MACÉ de LÉPINAY de me donner l'occasion de la rassurer et de lui rappeler que je l'ai invitée à m'accompagner sur "Paris plage", à la fois pour aller voir la bibliothèque qui sera installée et visiter la plage naturiste.
La Ville de Paris, ce sont donc 65 établissements, 57 bibliothèques de prêt, 8 bibliothèques patrimoniales, 2 grandes médiathèques de prêt en processus de création et de construction, dont Marguerite Yourcenar dans le 15e. Il est vrai que j'ai eu tout le soutien de Mme MACÉ de LÉPINAY puisqu'elle s'était battue pour avoir une médiathèque dans le 15e, pendant la mandature précédente, et que malheureusement elle n'avait pas été entendue comme moi j'ai pu l'être par M. DELANOË et tout l'Exécutif.
L'ouverture aura lieu en septembre 2006, un an et demi ou deux avant la fin de la mandature.
Ensuite, nous avons le projet de Bagnolet, qui s'appellera peut-être Marguerite Duras. Il sera ouvert en 2008. Finalement, pendant cette mandature, si on en croit la demande du Premier ministre d'allonger le mandat municipal, 2 bibliothèques pour la jeunesse autour de 1.000 mètres carrés chacune seront construites (l'une ouverte début 2006 et l'autre, fin 2006). La première, Réunion dans le 20e, et l'autre, rue Chaptal, dans le 9e. Une bibliothèque spécialisée de prêt innovante, bibliothèque du cinéma dans le 1er arrondissement (ouverture 2006), sera installée chez M. LEGARET.
Par ailleurs, les crédits d'acquisition 2004 ont augmenté de 27,5 % pour les livres et les imprimés uniquement, 4.200.000 euros. Nous sommes passés, pour les supports et les multimédias inclus, à une augmentation de 23 %, ce qui est important. Le volume des collections est de 4.500 millions de livres, d'imprimés et de multimédias. C'est une hausse importante.
Concernant les crédits d'acquisition, avec 4.400.000 euros au budget 2003, les crédits d'acquisition d'ouvrages mis à la disposition des publics dans les bibliothèques de prêt ont enregistré une hausse de 15,2 % par rapport à 2001.
Grâce à ces crédits, les bibliothèques peuvent désormais proposer en plus des 4.500 millions d'exemplaires de livres et d'imprimés, 672.000 phonogrammes, 5.800 DVD, 40.000 vidéos, 950 Cdrom.
L'effort se poursuit puisque le budget 2004 est en augmentation de 27,5 % par rapport à 2003, pour les livres et les imprimés, et de 23 %, pour tous les supports, toujours par rapport à l'année 2003.
Les montants sont donc cette année de 4.200.000 euros de crédits d'acquisition pour les imprimés et de 5.410.000 euros tous supports confondus.
Cet effort sans précédent permet à la Municipalité d'atteindre cette année son objectif, dépenser en achat de livres 2 euros par habitant et par an.
Vous savez que nous avions un retard très important à rattraper.
Les Parisiens se rendent compte de l'effort puisque les bibliothèques connaissent une hausse de fréquentation. Il y a une augmentation de 33.000 inscrits par rapport à l'année 2001. Les entrées progressent de 8.500.000 par an et on emprunte, en 2003, 1.100.000 documents de plus qu'en 2001.
Vous aviez souhaité, Madame MACÉ de LÉPINAY, lorsque vous étiez adjointe à la Culture, une médiathèque dans le 15e. Votre v?u a été entendu et nous le faisons. D'une surface utile de 3.500 mètres carrés, d'un coût estimé à 13 millions d'euros, cette médiathèque ouvrira ses portes au public en septembre 2006. C'est une opération conduite par la S.E.M.E.A. XV et l'architecte cabinet "BABEL" Michel SEBAN, avec l'assistance d'un conservateur de la Ville, M. Jacques CUZIN.
La seconde, celle que je prénomme avec un peu d'audace Marguerite Duras, sera construite rue de Bagnolet dans le 20e et comprendra une surface de 4.000 mètres carrés SHON, l'architecte étant le cabinet de Roland CASTRO et associés. Il s'agira d'équipements proposant au public tous les types de supports (livres, CD, vidéo, DVD), ainsi que l'accès à Internet.
Une bibliothèque jeunesse de 1.000 mètres carrés est en chantier dans la Z.A.C. "Réunion", dans le 20e arrondissement, en collaboration avec la Direction des Affaires scolaires et la Direction de la Jeunesse et des Sports que je remercie.
Une autre bibliothèque destinée à la jeunesse sera créée rue Chaptal dans le 9e arrondissement. L'ouverture est prévue en 2006.
Une étude relative à l'extension de la bibliothèque de la rue de Flandres dans le 19e est également en cours.
Le Forum des Halles, chez M. LEGARET, accueillera aux côtés du Forum des Images, la bibliothèque du Cinéma (ouverture en 2006) et la bibliothèque Vivienne dans le 2e sera agrandie.
Je pourrais continuer ainsi pendant des heures. Je ne vais pas le faire, mais je me réjouis que la lecture publique fasse bien l'objet de tous nos soins et soit une priorité de la politique culturelle de la Ville de Paris.
Dernier point très important, à la demande du groupe communiste, la pérennisation des emplois-jeunes est en cours.
En 2004 la pérennisation des postes de lecteur emploi-jeune a été rendue possible grâce à l'augmentation considérable de l'aide allouée par la DASES, 258.000 euros attendus en 2004, soit 66 % des ressources, soit une hausse de 91 %, Madame MACÉ de LÉPINAY.
En 2005 et 2006, "L.I.R.E. à Paris" attend également une aide supplémentaire de la Caisse d'allocations familiales.
Je pense vous avoir répondu et je vous remercie de m'avoir donné cette occasion inespérée.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 111.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DAC 111).