Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

96 - Vœu déposé par M. Patrick TRÉMÈGE et les membres du groupe U.M.P. relatif à l'association de Paris à la concertation sur le projet d'amélioration de la ligne B du R.E.R

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous passons au v?u référencé n° 40 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P., qui concerne l'association de Paris à la concertation sur le projet d'amélioration de la ligne B du R.E.R.
La parole est à M. Patrick TRÉMÈGE, et personne ne l'interrompt.
M. Patrick TRÉMÈGE. - Monsieur le Maire, la ligne B constitue depuis 1979 la principale transversale Nord-sud du réseau R.E.R. francilien. Elle relie plusieurs des pôles majeurs de l'Ile-de-France : la gare centrale, la gare du Nord, les aéroports d'Orly et de Roissy, le secteur d'aménagement de la Plaine Saint-Denis, le Stade de France, etc.
Cette magistrale ne remplit que très imparfaitement sa fonction depuis plusieurs années : irrégularité, surcharge, inconfort sont en effet le lot quotidien de la ligne B à l'heure actuelle. Le manque d'investissement a trouvé un écho particulier lors du débat public sur le projet "CDG Express" qui a mis en lumière la demande insistante de la population pour une amélioration des transports du quotidien.
Le projet d'amélioration du R.E.R. B vise à répondre à ce besoin manifeste. Il consiste d'une part à améliorer les infrastructures existantes pour augmenter leur capacité et leur fiabilité et, d'autre part, à réorganiser la desserte.
Une concertation a lieu jusqu'à la fin du mois de juillet 2004 sur ce projet. Elle associe l'ensemble des communes à l'exception, semble-t-il, de Paris où nous ne bénéficions d'aucune espèce d'information et où aucune espèce de réunion publique n'est prévue. S'il y a tout lieu de se féliciter que la Région prenne enfin conscience des besoins sur cette ligne B, il est regrettable que les Parisiens ne soient pas associés à cette concertation alors même que les travaux envisagés seront contigus au territoire parisien, et que les modifications d'exploitation proposées affecteront évidemment les temps de parcours au départ de la gare du Nord.
D'autre part, en raison notamment du déclin économique de Paris, de plus en plus de Parisiens vont travailler en banlieue et nombreux sont ceux qui utilisent cette même ligne B du R.E.R. en dehors de Paris. Or l'amélioration des conditions de transport sur la ligne B pourrait ainsi contribuer largement au renforcement de l'attractivité économique de la Ville.
L'association de Paris à cette concertation serait l'occasion, me semble-t-il, d'affirmer que la politique des transports ne doit pas être conçue séparément entre Paris et sa banlieue en isolant la Capitale de son environnement derrière la muraille du périphérique et du tramway mais, au contraire, de faciliter l'interpénétration des transports Paris-banlieue conformément au P.D.U.
Toutes ces raisons expliquent pourquoi les Parisiens et Parisiennes sont concernés au premier chef par le projet d'amélioration. C'est pourquoi il est indispensable de les associer à la concertation sur ce projet. Aussi, je vous demande, Monsieur le Maire, de pouvoir intervenir auprès des instances compétentes afin que Paris puisse être totalement associée aux différentes concertations sur ces projets d'amélioration de la ligne B.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Vous avez vu comment vous pouvez vous exprimer sans être perturbé.
M. BAUPIN a la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - Oui, l'intervention de M. TRÉMÈGE est frappée au coin du bon sens. Le projet d'amélioration du R.E.R. B au Nord-est un projet sur lequel les élus au S.T.I.F. ont dû très longuement batailler pour obtenir qu'il soit enfin inscrit à l'ordre du jour du Conseil d'administration et que ce projet soit mis à l'étude, alors qu'à l'époque, le projet de "CDG Express" était largement privilégié par les opérateurs. Nous avons réussi finalement à ce que ce projet d'amélioration du R.E.R. Nord passe en priorité et soit aujourd'hui examiné.
Il est regrettable - et là, je partage complètement le point de vue de M. TRÉMÈGE - que les services du S.T.I.F. aient estimé que les seules améliorations nécessaires étaient les améliorations sur les communes au Nord de Paris et pas sur Paris intra muros, et donc décidé d'organiser cette concertation préalable sans que Paris accueille aucune réunion de concertation.
Cette concertation préalable va s'achever le 15 juillet, donc dans un délai extrêmement court. Je suis intervenu auprès du S.T.I.F. pour demander qu'une réunion d'information soit organisée à la rentrée à destination des usagers du R.E.R. B habitant Paris, de façon à ce qu'eux aussi puissent participer et émettre leurs interrogations, leurs propositions en ce qui concerne le fonctionnement et les dysfonctionnements de cette ligne. On peut penser notamment à Paris à tout ce qui concerne l'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux gares R.E.R. parisiennes, mais il y a d'autres sujets qui pourraient être abordés.
C'est la raison pour laquelle je donne un avis très favorable au v?u présenté par M. TRÉMÈGE.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Quelle grandeur d'âme !
Donc je mets aux voix, à main levée, ce voeu.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le v?u est adopté. (2004, V. 171).