Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au Carré aux artistes de la Place du Tertre.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2012


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons dans la 2e Commission le v?u non rattaché n° 60 relatif au Carré aux artistes de la place du Tertre.

La parole est à M. Pierre-Yves BOURNAZEL, pour une minute.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Merci, Monsieur le Maire.

Tout le monde connaît Montmartre, son histoire, son patrimoine exceptionnel. Tout le monde connaît les artistes de renom, qui sont passés par Montmartre, Utrillo, Valadon, Renoir. On pourrait en citer beaucoup. Et aujourd?hui les artistes de la place du Tertre sont victimes de produits importés d'Asie souvent, de reproductions qui sont vendues soit à la sauvette, soit dans des boutiques autour de la place du Tertre à Montmartre. Or, on ne peut pas laisser les touristes qui viennent chaque année, 11 millions par an, considérer qu'un artiste de la place du Tertre, c'est la même chose, que son ?uvre est la même que celle qui est fabriquée en Chine. On ne peut pas l'accepter. Il faut une traçabilité, il faut des mesures énergiques pour défendre si l'on veut que Paris reste une grande capitale qui rayonne dans le monde, si l'on veut que Paris soit une capitale qui défende ses ?uvres et ses artistes. Donc je souhaite que la Ville de Paris puisse s'emparer de ce sujet, engager une concertation et des mesures énergiques en lien avec tous les partenaires, peut-être sur les questions de sécurité pour lutter contre un certain nombre de ventes à la sauvette avec la Préfecture de police et sur les problèmes de traçabilité, que nous puissions rentrer en contact avec tous les services compétents pour prendre les mesures nécessaires. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Parfait.

La parole est à M. Mao PENINOU.

M. Mao PENINOU, adjoint. - Monsieur BOURNAZEL, en l'absence de Lyne COHEN-SOLAL qui ne pouvait malheureusement pas être présente à cette heure vu l'évolution de l'ordre du jour du Conseil, je vais apporter la réponse à Pierre-Yves BOURNAZEL.

Cher Monsieur BOURNAZEL, je vous remercie de nous interpeller sur la situation des artistes de la place du Tertre et de me donner ainsi l'occasion de redire le profond attachement de la Ville de Paris et de la mairie du 18e arrondissement à ce lieu, son histoire et ses artistes.

Vous vous préoccupez de la concurrence déloyale faite par les boutiques alentours qui vendent des sérigraphies importées en faisant croire aux touristes qu'il s?agit de "made in Montmartre". Il s'agit d'un vrai problème que nous constatons tous. Et comme vous le savez déjà, la mairie du 18e arrondissement et les services de la Direction du Développement économique sont fortement mobilisés aux côtés des représentants des artistes de la place du Tertre sur ce sujet.

Le v?u, tel que vous le proposez est particulièrement compliqué à mettre en ?uvre. Un groupe de travail a d?ailleurs été mis en place et s'est déjà réuni trois fois. Intitulé Protection de l'activité artistique, il réunit les représentants des artistes, de la DDEEES, les douanes, le commissariat et une avocate. Un certain nombre d'actions et de pistes de réflexion se sont dégagées et sont en cours, notamment des contrôles par les douanes dans les boutiques et même à l'intérieur du Carré aux artistes par la DPP et la DDEEES.

Nous travaillons également autour de la communication, afin de sensibiliser le public, via les guides touristiques, les brochures ou Internet. Un concours est même organisé auprès des artistes pour la réalisation de la brochure.

Quant à une éventuelle action juridique, elle ne peut être menée que par les commerçants eux-mêmes qui doivent maintenant s'organiser, s'ils le souhaitent.

Je me permets de répondre brièvement sur ces différents points car le v?u a déjà été longuement discuté en Conseil du 18e arrondissement - il a d'ailleurs été rejeté - et que tous ces éléments sont normalement connus de votre groupe qui est invité à siéger à la Commission d'attribution, où toutes les avancées des groupes de travail sont exposées. Vous devez, de plus, recevoir tous les comptes rendus. C'est pourquoi je vous propose de retirer ce v?u ou me je verrais dans l'obligation, au nom de Lyne COHEN-SOLAL et de l'Exécutif, d'émettre un avis défavorable. Vous l'aurez bien compris, il ne s'agit pas là de remettre en cause la légitimité de votre inquiétude, mais tout simplement parce qu?un travail titanesque est d'ores et déjà en cours avec tous les acteurs concernés. Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Monsieur BOURNAZEL, retirez-vous votre v?u ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Je ne le retire pas, simplement parce que ce v?u a été travaillé justement avec les artistes et les associations qui les représentent. C'est avec eux que j'ai construit ce v?u. Si je le présente au Conseil d'arrondissement puis au Conseil de Paris, c?est parce qu?ils ont la volonté que les choses avancent plus vite et qu'ils trouvent qu'il n'y a pas de mesures énergiques de prises par les différents partenaires, notamment la Ville et la mairie du 18e arrondissement qui doit s?en occuper. Les élus de proximité sont faits pour cela. Enfin, je dois vous dire que je n'ai pas aimé le mot que vous avez utilisé, ce ne sont pas des commerçants, ce sont des artistes et j'aimerais que les artistes soient traités comme tels et non comme des commerçants. Je respecte les commerçants, mais un commerçant est un commerçant, un artiste est un artiste. Ce n'est pas la même chose, ce n'est pas le même travail.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Très bien.

Mme Laurence GOLDGRAB. - Ce v?u fait fi de tout le travail effectué par la mairie du 18e arrondissement, comme l?a relevé Mao PENINOU, donc la position du groupe est bien évidemment de rejeter ce v?u, qui est presque injurieux vis-à-vis de la mairie du 18e arrondissement.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Très bien.

Nous allons passer au vote.

Je mets aux voix, à main levée, ce v?u.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est rejeté.