Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe UMPPA relatif au pont Caulaincourt.

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2012


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je donne la parole à M. BOURNAZEL qui va sans doute vous inviter, pour un v?u relatif au pont Caulaincourt.

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Je vous invite à Montmartre quand vous voulez. Je ne sais pas si je vous amènerai aux mêmes endroits que M. GAREL, mais vous êtes le bienvenu, Monsieur BARGETON.

Je voudrais vous parler du pont Caulaincourt. Le pont Caulaincourt, deux problèmes : le premier, c'est sur le pont lui-même, un problème sur les rambardes métalliques et leur mauvais état.

Deuxième problème, ce sont les bus de tourisme qui sont garés sur les voies qui sont à destination des bus R.A.T.P. et taxis, ce qui pose de lourds problèmes, de véritables nuisances : embouteillage, bien sûr, pollution, bruit et même des accidents. Donc ce v?u demande deux choses, d?abord un calendrier de travaux des rambardes métalliques, deuxièmement il demande des mesures de la part de la Préfecture de police et de la Ville de Paris contre ce stationnement anarchique de bus de tourisme qui perturbent la circulation et irrite à juste titre les riverains. Nous vous demandons d'agir.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Monsieur BARGETON, agissez !

M. Julien BARGETON, adjoint. - Première action, je vais émettre un avis défavorable à l'adoption de ce v?u.

Le présent v?u comporte trois volets : celui de l'état général du pont, celui du stationnement et celui sur le risque accidentogène.

Concernant le premier considérant, je tiens à vous rassurer puisque les rambardes métalliques sont en mauvais état uniquement du point de vue esthétique, j'en conviens. Comme c'est le cas à échéances régulières, une inspection détaillée de l'ouvrage a eu lieu en septembre 2012, récente donc. L'état général du pont Caulaincourt ne présente pas de désordre significatif.

Les garde-corps situés le long des poutres latérales assurent leur fonction convenablement.

Dans la mesure où les choix budgétaires doivent tenir compte de notre volonté de bonne gestion et sont portés en priorité sur des opérations intéressant la sécurité, cette opération d'ordre purement esthétique n'en constitue pas une.

Concernant le deuxième considérant du v?u, l'arrêt - et non pas le stationnement - est autorisé dans la contre-allée et dans le couloir de bus rue Caulaincourt de 22 heures à 2 heures uniquement.

Le pont Caulaincourt ne peut servir que de zone d'attente, toujours sur le même créneau horaire. C'est une simple tolérance, la réglementation ne permettant pas le stationnement sur les ponts.

Le dispositif mis en place en 2007 avec l'accord de la Préfecture de police, des services de la Ville et de la R.A.T.P. a bien fonctionné les premières années, mais connaît à l'heure actuelle des dérives, notamment en stationnement en journée et toute la nuit sur le pont, qui semblent inacceptables, tant pour les riverains que pour la circulation des bus. La solution à ce problème réside donc dans un meilleur contrôle des services de police et j'ai personnellement signalé, et par courrier et en direct quand je l'ai vu, cette situation à M. le Préfet de police qui m'a promis qu'il allait donner des instructions en conséquence. Enfin, je tiens à vous rassurer sur le troisième point, puisqu'aucun accident corporel ne s'est produit sur le pont Caulaincourt depuis quatre ans : 2009, 2010, 2011 et 2012. Trois accidents sont survenus au carrefour rue Caulaincourt, rue Joseph-de-Maistre, rue Damrémont, dont deux sans gravité et un troisième plus grave, mais qui ne mettait pas en cause la situation liée aux cars de tourisme. Cependant, je reste vigilant, parce qu'effectivement il faut faire attention à ce que le site ne soit pas accidentogène, et demande régulièrement aux services de réaliser en priorité les aménagements nécessaires pour garantir la sécurité de nos concitoyens. J'espère vous avoir apporté les éléments de conviction suffisants et nécessaires pour justifier le rejet de ce v?u. Sachez que lorsque j'ai vu M. le Préfet de police, c'est le deuxième sujet dont je lui ai parlé.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Monsieur GAREL, vous avez demandé une explication ?

M. Sylvain GAREL. - Je suis globalement d'accord avec ce que vient de dire M. BARGETON, effectivement le premier considérant du v?u n'a aucun intérêt, puisqu?il s?agit de repeindre les balustrades de ce pont et on sait très bien qu'il sera tagué trois semaines plus tard, ou alors il faut mettre des peintres en permanence sur place, ce qui est absurde.

Par contre, les deux autres sujets qui sont soulevés sont des vrais sujets, en particulier celui du stationnement des bus sur ce pont. Je passe très souvent là, c?est tout près de chez moi. J'ai calculé, fin août, un soir, que 19 autocars étaient sur le pont ! C'est une situation qui n?est absolument plus tenable, surtout que la contre-allée devait être uniquement utilisée au départ, maintenant l'hôtel met des voitures pour ne pas que les bus viennent et les cars se mettent dans les couloirs de bus, ce qui est tout à fait impossible. Je pense qu'il faut une répression. D'après ce que l'on m'a dit, l'autre problème est que, avant, il y avait un garage pour les autobus pont Cardinet, garage qui n'existe plus aujourd'hui. Je pense qu?il faut aussi peut-être réfléchir à un autre endroit où les autobus peuvent se garer.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BOURNAZEL ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - J'entends les propos de M. BARGETON. Je suis très heureux qu'il ait signalé ce point en point n° 2 à M. le Préfet de police, je lui en sais gré, mais, ce que je vous demande, c?est d'avoir un véritable suivi, de nous informer des réponses du Préfet de police, puisque c?est la troisième fois que j?interviens sur ce dossier :

- une fois au mois de juin,

- à la mairie du 18e, - et une fois au mois de septembre. Je crois qu?on est véritablement en attente de mesures concrètes. Merci du suivi du dossier.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Vous maintenez le v?u ?

M. Pierre-Yves BOURNAZEL. - Oui.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Donc, je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 76 avec un avis défavorable de l?Exécutif.

Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ?

Le v?u est rejeté.