Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

102 - 2004, DDATC 111 - Adhésion de la Ville de Paris à l'Association des villes marraines et versement de la cotisation pour 2004. - Montant : 3.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DDATC 111 concernant l'adhésion de la Ville de Paris à l'Association des villes marraines et versement de la cotisation pour 2004.
M. GAREL a demandé la parole.
M. Sylvain GAREL. - Merci, Monsieur le Maire.
C'est un projet de délibération sur l'adhésion des villes, de la Ville de Paris, à l'Association des villes marraines du Charles de Gaulle. Comme vous le savez, nous sommes très opposés à cette adhésion, nous le disons chaque année, et pour nous c'est une véritable provocation d'imposer à la majorité parisienne et aux écologistes en particulier que la Ville soit marraine d'un porte-avions nucléaire, porteur d'armes de destruction massive, ce qui est contraire à tous nos engagements politiques. Nous demandons solennellement au Maire de Paris de renoncer à cette adhésion parce qu'il est pour nous éthiquement inadmissible que notre majorité accepte de faire de Paris le complice de tels types d'armements, porteurs de morts et de destructions massives. Bien sûr la somme est dérisoire, 3.000 euros, cela n'a absolument aucune incidence sur le budget, mais c'est un principe absolument scandaleux, d'autant plus que bien entendu cela ne figurait pas dans le contrat de mandature que nous avons signé dans lequel n'apparaissait aucun point concernant les questions de défense nationale. Donc, nous reviendrons à la charge chaque fois que ce sera nécessaire, mais nous pensons qu'il faut très rapidement renoncer à cette adhésion qui est un véritable scandale et une véritable honte pour des gens qui se disent de gauche.
Merci.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur GAREL.
La parole est à M. CARESCHE.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, au nom de la 5e Commission. - Je n'ai pas la prétention de répondre à M. GAREL. Il a son opinion et après tout, il a le droit d'en avoir une. Le Maire de Paris tient à ce parrainage, tout simplement parce qu'il marque l'attachement de la Ville à son armée. En ce qui concerne le défilé du 14 juillet, il a parfaitement raison de dire que faire défiler des chars "bousille" je cite, la chaussée. Il y a peut-être moyen de faire autrement.
Ce n'est pas de cela qu'il s'agissait et je vous demande de voter ce projet de délibération.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci, Monsieur CARESCHE.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Une explication de vote ? Monsieur GOUJON.
M. Philippe GOUJON. - On reconnaît bien là l'extrême gauche, effectivement dans toute son acception, dans la mesure où... après, c'est vrai, et je reprends ce que disait mon collègue Jean-Charles BARDON, le scandale de vouloir interdire le défilé des Champs-Elysées. Vous avez voté tout à l'heure un v?u en ce sens, "Les Verts" et les socialistes. Maintenant on essaie de revenir sur l'adhésion de la Ville de Paris à l'Association des villes marraines, qui ne fait que rappeler que la Ville de Paris, compagnon de la Libération, s'est illustrée dans les combats de la Libération de Paris, au moment même où nous commémorons le 60e anniversaire de la Libération et ces trois gerbes devraient rappeler tout ceci à nos collègues, nous considérons vraiment que la position des "Verts", est tout à fait inadmissible et scandaleuse.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - C'est une explication de vote M. GOUJON.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDATC 111.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DDATC 111).
Non...
(Mouvements divers dans l'hémicycle).
Attendez, on va recompter tranquillement.
M. Alain RIOU. - Ça été compté, on ne revote pas, le projet de délibération est rejeté. Il n'y a pas de discussion.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Il y a un président de séance, pardonnez-moi ! Monsieur RIOU, Monsieur RIOU, attendez !!!
M. Alain RIOU. - Vous avez qu'à compter aussi ! Vous êtes partisan, le président de séance et partisan.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Il est d'autant moins partisan qu'il accepte de compter. Précisément. Si !
Donc qui est pour ?
Alors on compte, allez-y et on va voir si je me suis trompé, mais c'est possible que je me sois trompé, c'est possible.
Qui est contre ?
Des abstentions?
Donc c'est 20 voix pour, 14 contre, voilà, pardonnez-moi, Monsieur RIOU, mais bon...non écoutez cela n'est pas sérieux, il n'y a pas 13 personnes qui sont rentrées là.
M. Alain RIOU. - Il y en avait 7 tout à l'heure.
Donc il y a eu un vote avec 7 voix.
On demande une interruption de séance de 15 minutes.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Je vous accorde une interruption de séance de 5 minutes.
M. Alain RIOU. - Non de 15 minutes !
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Non, je vous accorde une interruption de séance de 5 minutes.