Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DDEEES 137 G - Lancement de marchés relatif à l'accueil et à l'accompagnement à la création d'entreprise de porteurs de projet parisiens au sein des Maisons des entreprises et de l'emploi.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2012


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DDEEES 137 G concernant le lancement de marchés relatif à l'accueil et à l'accompagnement à la création d'entreprise de porteurs de projet parisiens au sein des Maisons des entreprises et de l'emploi. Je donne la parole à Mme Sandrine CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, je souhaite signaler ce projet de délibération qui porte sur le lancement d'un nouveau marché par les Maisons des entreprises et de l'emploi parisiennes, pour proposer une offre d'accompagnement harmonisée et professionnelle aux créateurs d'entreprise parisiens.

Je pense qu'il faut saluer ici notre volonté d'aller toujours plus loin dans l?accompagnement des demandeurs d'emploi et surtout de faire évoluer nos dispositifs chaque fois que cela est possible. Le lancement de cette procédure de marché est né d'un double constat, d'une part la demande croissante d'accompagnement en matière de création d'entreprise au sein des M.D.E.E. et, d'autre part, la nécessité de s'appuyer sur des professionnels de la création d'entreprise pour effectuer un accompagnement de qualité. Les besoins en matière d'accompagnement sont importants, seul un créateur sur trois est accompagné dans ses démarches alors que l'on sait que l'accompagnement est un facteur clef de pérennité des entreprises. Le cahier des charges qui est proposé me semble qui plus est porteur d'exigences vis-à-vis des futurs prestataires et très en phase avec la réalité des démarches des porteurs de projet. Trois phases sont distinguées, une première phase d'accueil pour permettre aux porteurs de projet de connaître les divers outils et contraintes de la création d'entreprise. Pour ceux qui souhaitent aller plus loin ; une deuxième phase de diagnostic est proposée sous forme de deux entretiens individuels pour évaluer avec le porteur de projet la faisabilité et la viabilité de son projet. Enfin, les créateurs dont le projet semble viable bénéficieront d'une troisième phase d'accompagnement pour conduire à la création effective de l'entreprise. J?attire votre attention sur cette première phase d?accueil des porteurs de projet qui est extrêmement importante et sur laquelle très peu d'acteurs sont positionnés. La plupart des dispositifs exigent un premier niveau de maturité du projet pour que l'ont y ait accès. Les M.D.E.E. me semblent donc, par ce primo accueil, en plein dans leur mission d'information et d'orientation des Parisiens et au plus près des besoins actuels et locaux. L'idée n'est pas, bien entendu, d'accompagner 100 % des porteurs de projet. Tous ne deviendront pas chefs d'entreprise et il est important de pouvoir leur faire prendre conscience rapidement du réalisme ou non de leurs projets. Mais tous se verront proposer une solution. Par lettres de service très larges, les M.D.E.E. pourront réorienter les porteurs de projet qui le souhaitent vers d'autres formes de retour à l'emploi. J'en profite pour souligner l'excellent travail des six M.D.E.E. parisiennes qui ont accueilli près de 230.000 Parisiens en 2011, ont organisé 900 sessions de pré-recrutement pour les entreprises parisiennes et ont eu un impact significatif sur l'emploi avec 1.115 contrats de travail signés et 408 entreprises créées. Madame la Présidente, mes chers collègues, ce projet de délibération est particulièrement bienvenu, puisqu'il permet d'aller plus loin dans l'accompagnement des demandeurs d'emploi et dans le développement du tissu économique parisien. C'est pourquoi je vous invite à voter sans réserve ce projet de délibération. Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - La parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président. - Madame la Présidente, je remercie Mme CHARNOZ d'intervenir sur ce sujet de la création d'entreprise et je veux le dire d'autant que nous avons un jeune public cet après-midi. Je veux dire que la création d'entreprise, qui était autrefois une solution très peu envisagée par les jeunes ou même par les personnes qui cherchaient du travail, est de plus en plus une solution qui est poursuivie.

Mais simplement, pour réussir une création d'entreprise, il vaut mieux être accompagné, comme je le dis souvent : un créateur ou une créatrice d'entreprise accompagné est à 80 % sauvé. Donc l'accompagnement, ce n'est pas une mise sous tutelle, c'est une possibilité d'améliorer son projet, d'en perfectionner les aspects économiques, financiers et d'avoir accès aussi à des financements qui sont disponibles mais dont parfois on ignore qu'ils existent. Quand un jeune ou un moins jeune créateur d'entreprise veut rechercher un accompagnement, il ne sait pas à qui s'adresser. Et comme l'a très bien dit Mme CHARNOZ, il existe des "maisons des entreprises et de l'emploi" - vous trouvez cela sur le site Internet de la Ville - qui accueillent ces candidats à la création d'entreprise et leur recommande d'être gratuitement - j'insiste sur le gratuitement car certains en font métier, c'est très bien mais gratuitement c'est encore mieux pour des personnes qui ont des moyens modestes - accompagnés. Ce projet de délibération a pour but de faire en sorte que dans chacune des six maisons des entreprises et de l'emploi, il y ait, si je puis dire, un accompagnateur professionnel qui soit là et qui puisse assurer ce service. Ces accompagnateurs, on les connaît : il y a l'Association pour le développement d'initiative économique, "Paris Initiative Entreprise", le réseau "Entreprendre", des boutiques de gestion et d'autres. Mais je crois que ce projet de délibération a pour but véritablement de rendre notre service public car c'est un service public encore plus présent et encore plus efficace. Un point sur lequel Mme CHARNOZ a insisté avec une certaine discrétion, c'est le déséquilibre entre la création des entreprises par les hommes et la création d'entreprises par les femmes. A l'échelle nationale, il y a 29 % de femmes qui créent des entreprises pour une grande majorité d'hommes. Eh bien nous faisons un effort particulier à Paris avec Mme Fatima LALEM pour qu?on arrive en la matière à parité. Merci de voter ce projet de délibération.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci. Je vous laisse le temps d'applaudir et je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 137 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DDEEES 137 G).