Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DASES 564 G - Subvention et convention (55.000 euros) avec l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris dans le cadre de la poursuite du financement en 2012 du dispositif des Equipes Mobiles Gériatriques Externes (EMGE) auprès des EHPAD.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2012


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DASES 564 G relatif à l'attribution d'une subvention de 55.000 euros et d?une convention avec l?Assistance Publique - Hôpitaux de Paris dans le cadre des équipes mobiles gériatriques externes. La parole est à Mme BACHE.

Mme Marinette BACHE. - Monsieur le Président, depuis cinq ans, un partenariat utile a été mis en place entre l?A.P.-H.P. et nos établissements d?hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Il s'agit de la mise en place par l'A.P.-H.P., en lien avec la DASES et dans le cadre du Schéma départemental de gérontologie, des équipes mobiles gériatriques externes. Ce dispositif complète utilement d'autres démarches de coordination, telles que les équipes internes des hôpitaux ou les réseaux gériatriques.

Les équipes mobiles sont formées d'un médecin, bien sûr, mais également de personnels paramédicaux spécialisés et adaptés à l'intervention en E.H.P.A.D., tels que les personnels infirmiers. Par parenthèse, je préfère l'expression "personnels infirmiers" à celui d'infirmières ; il n'y a pas que des femmes qui sont infirmières et les médecins ne sont pas tous des hommes. Si on pouvait tenir compte dans la présentation des projets de délibération, de cette évolution de la société, j'y serais sensible. Ma petite poussée d'urticaire féministe étant passée, je continue en saluant également la présence dans ces équipes d'ergothérapeutes et de "neuropsy". Le travail des équipes mobiles, par le suivi, par la veille sanitaire, grâce aussi à des consultations et des interventions sur place dans les E.H.P.A.D., permet d'éviter des hospitalisations ou simplement des déplacements pour consultations hospitalières qui peuvent être fatigants, quelquefois même traumatisants pour les personnes âgées fragilisées. Le bilan effectué depuis 2007 est tout à fait positif concernant la prise en charge des personnes âgées, bilan qui révèle que l?action des équipes mobiles se partage entre 52 % de régulation, 37 % d'évaluations individuelles et 11 % de formation. Je me réjouis que, le budget de l?A.P. ne lui permettant plus d?assumer intégralement cette expérimentation, dont nous voyons combien elle est bénéfique, le Département de Paris abonde au budget pour 55.000 euros en 2012. Parallèlement, je ne peux que souhaiter que l'A.R.S. continue à participer au financement des équipes mobiles de manière significative. Il me semblerait, en effet, utile de quitter définitivement le domaine de l'expérimentation pour entrer dans celui de la pérennisation. Vous comprenez donc que c'est avec conviction que je voterai ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BACHE. C'est Mme DUBARRY qui va vous répondre et je lui donne la parole.

Mme Véronique DUBARRY. - Merci beaucoup, Monsieur le Président.

Oui, je crois que, maintenant, il est de notoriété publique que ces équipes mobiles gériatriques externes ont fait, depuis 2008, leurs preuves. En 2011, par exemple, 54 E.H.P.A.D. ont bénéficié de ce dispositif, ce qui représente quand même près de 2.000 interventions.

Il s'agit surtout non pas d'éviter l'hospitalisation à tout prix, lorsqu'elle est nécessaire, mais d'accompagner la personne dans les méandres des consultations et puis, comme vous le disiez, Madame BACHE, à l'instant, éviter les attentes trop longues, les déplacements inutiles, etc. Cela, c'est l'un des points forts de ces équipes-là.

Il y en a un autre : le fait que ces équipes se déplacent dans les E.H.P.A.D. permet aux praticiens hospitaliers de l?E.H.P.A.D. de bénéficier d'un regard conjoint sur une situation, de croiser les informations, de croiser les préconisations et, ainsi, d'apporter, en tout cas, c'est bien le but, la meilleure réponse à la personne âgée.

Le travail qui est mené dans le cadre de ces équipes est un travail conjoint en partenariat Département, A.P.-H.P. et A.R.S. Les trois sources de financement, vous l?avez dit et je crois qu?il est important d'insister là-dessus, sont essentielles pour que ce dispositif perdure. Là encore, je crois que le Schéma gérontologique sera l'occasion de valider et de faire perdurer cette expérience, et de l'inscrire définitivement dans le paysage parisien parce que nous avons besoin, peut-être plus à Paris qu'ailleurs, d'un dispositif de ce type, de façon à accompagner au mieux les personnes âgées entre l?E.H.P.A.D. et l'hôpital. Merci beaucoup à nouveau d'avoir attiré l'attention sur ce projet de délibération. Mme CAPELLE aurait aimé pouvoir vous répondre ; elle est retenue, malheureusement et c?est pour cela que cette tâche me revient. Merci beaucoup.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame DUBARRY. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 564 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DASES 564 G).