Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif aux produits de lissage capillaire. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2012


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen des v?ux référencés nos 7 G et 7 G bis dans le fascicule, déposés par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et l'Exécutif, relatifs aux produits de lissage capillaire. La parole est à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Président.

Il s'agit effectivement d'un v?u très important qui porte sur un sujet qui concerne plusieurs arrondissements de notre ville et, très précisément, il s'agit des produits de lissage capillaire, ces produits "défrisants chimiques" qui sont vendus dans un certain nombre de quartiers, notamment dans l'Est parisien, mais aussi dans le 10e arrondissement et qui peuvent avoir des conséquences extrêmement graves sur la santé des utilisateurs et, en l'occurrence, plutôt des utilisatrices. Il y a en particulier une enquête de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé qui insiste sur le fait que ces produits peuvent être extrêmement dangereux et avoir des conséquences très graves. Il s'agit par conséquent que la Ville se saisisse de ce sujet et puisse mener une campagne de prévention avec un certain nombre d'associations qui, d'ores et déjà, nous alertent sur les dangers liés à l'usage de ces produits.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur BROSSAT. Je donne la parole à M. Jean-Marie LE GUEN pour donner le point de vue de l'Exécutif et présenter le v?u n° 7 G bis.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Je veux dire à M. Ian BROSSAT qu?il n?est pas seul à se soucier des problèmes de cosmétique capillaire et que, bien évidemment, cette question importante de santé publique nous avait tous frappés. Nous avions évidemment convergé vers les préoccupations qui sont les siennes, puisque je propose un v?u de l'Exécutif, pour faire simple et direct, qui reprend très largement une partie de ses préoccupations, qui simplement l'adapte à la meilleure connaissance du risque, mais aussi à une action plus immédiate, en demandant d'ores et déjà à la D.G.C.R.F., la répression des fraudes, d'intervenir de façon plus régulière, puisqu'une partie des produits qui sont dénoncés à travers son intervention sont déjà interdits dans leur application. Donc, je pense que nous pouvons avoir ensemble un v?u commun à l'Exécutif d'une part et à celui de M. Ian BROSSAT, d'autre part.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LE GUEN. Monsieur BROSSAT, acceptez-vous le v?u de l'Exécutif qui cite explicitement votre propre v?u et qui apporte des propositions ?

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Président. Il ne fait pas que le citer, il apporte effectivement des précisions et il nous permettra d?avoir des résultats et des actions, donc nous sommes favorables au v?u de l'Exécutif.

M. Christian SAUTTER, président. - Très bien, donc le v?u n° 7 G est retiré. Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de v?u est adopté à l'unanimité. (2012, V. 49 G).