Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

24 - 2004, DPA 167 - Approbation du principe de réalisation des travaux d'amélioration de la sécurité incendie et de l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite à l'Hôtel de Ville (4e) et des modalités de passation des marchés de maîtrise d'oeuvre, de contrôle technique et de coordination santé sécurité correspondants. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer lesdits marchés

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous continuons nos débats dans la sérénité, et nous arrivons au projet de délibération DPA 167. Il s'agit d'améliorer la sécurité incendie et l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite à l'Hôtel de Ville.
Il y a une intervention de Mme RIMBERT à laquelle répondra Mme FLAM.
Vous avez la parole, Madame RIMBERT.
Mme Hélène RIMBERT. - Monsieur le Maire, je souhaiterais profiter du projet de délibération DPA 167 concernant la réalisation des travaux d'amélioration de la sécurité incendie et de l'accessibilité aux personnes à mobilité réduite de l'Hôtel de Ville pour vous rappeler un fait qui s'est produit le vendredi 18 juin 2004.
Lors de la soirée des bénévoles sportifs, un bénévole du 7e arrondissement, victime d'un grave accident de moto il y a trois ans, était en fauteuil roulant. Professeur d'E.P.S. du lycée Victor Duruy, entraîneur des jeunes au P.S.G. Racing Basket, ayant été très bien classé aux différents championnats de France en voile, planche à voile et rock acrobatique, ce sportif était présent.
Alors que nous avions téléphoné au cabinet de Pascal CHERKI pour que des agents laissent entrer son véhicule dans la cour de l'Hôtel de Ville, le parking de la Ville n'ayant, à ma connaissance, pas d'ascenseur, l'accès lui aurait été refusé si le Président de l'O.M.S. 7e n'avait été à ses côtés à ce moment-là pour expliquer ses démarches.
D'autre part, au cours de la cérémonie dans la salle des fêtes, notre bénévole n'a pas pu monter sur l'estrade, les collaborateurs de Pascal CHERKI n'ayant pas trouvé malgré ma demande une planche qui aurait pu couvrir les quelques marches. Nous avons dû aller lui remettre sa médaille dans la salle et j'ai entendu notre récipiendaire s'excuser auprès de Pascal CHERKI de son handicap. Un moment de bonheur a été gâché par un affront.
Monsieur le Maire, tous les travaux d'accessibilité doivent être étudiés avec des personnes à mobilité réduite. C'est le constat que nous avons déjà fait dans le 7e arrondissement lorsque nous avons aménagé notre gymnase aux Invalides, qui reçoit des handicapés moteurs et visuels, notamment ceux du Cercle sportif de l'Institution nationale des Invalides.
Je vous remercie de penser à toutes ces personnes que vous invitez à l'Hôtel de Ville, ainsi qu'à certains de vos personnels qui ressentent une discrimination à l'égard des autres par manque d'aménagements.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame RIMBERT. Donc je vois que vous approuvez ces travaux en faveur de l'accessibilité, mais je crois que Pascal CHERKI auquel vous avez fait allusion souhaiterait vous répondre.
M. Pascal CHERKI, adjoint. - Non, mais tout ce qui est excessif est insignifiant, et je m'étonne que Mme RIMBERT, avec qui pourtant j'entretiens les meilleures relations compte tenu de la qualité du travail qu'elle fait comme adjointe au Maire du 7e arrondissement chargée des sports, ait fait cette intervention dont le ton ne lui correspond pas.
Je m'explique. Cela fait combien d'années que ces travaux auraient dû être faits à l'Hôtel de Ville ? Première question. J'invite les élus de l'opposition à être quand même un peu humbles quand ils font des critiques sur des retards qui, ma foi, auraient dû être réglés depuis fort longtemps.
En ce qui concerne le cas d'espèce, je plaide - comment dirai-je - volontiers le fait qu'une erreur ait été commise. Mais j'aimerais quand même vous rappeler, Madame RIMBERT, puisque au-delà de cela il s'agit de la question du travail en direction du Handisport : qui a conventionné le CINSI ? L'actuelle majorité.
Qui a développé les écoles municipales handisports, les actions municipales en Région en faveur des handicapés ? L'actuelle majorité.
Mme Hélène RIMBERT. - Ce n'est pas ce que l'on demande.
M. Pascal CHERKI, adjoint. - Attendez, je vais vous répondre !
Qui a augmenté de manière substantielle les crédits alloués à l'accessibilité des handicapés dans les équipements sportifs ? L'actuelle majorité.
Pourquoi est-ce que je dis cela ? Il a pu y avoir à un moment donné une erreur ou une incompréhension. Je me suis entretenu avec la personne concernée qui ne m'a pas du tout tenu les propos que vous rapportez, et qui d'ailleurs était contente, comme les 700 autres bénévoles présents, d'avoir été pour la première fois invités à l'Hôtel de Ville en tant que bénévole sportif pour se voir remettre la médaille de la Ville de Paris.
Et qui l'a fait pour la première fois ? L'actuelle majorité.
Voilà. Donc l'an prochain, il y aura par principe une rampe d'accès lors de la soirée des bénévoles, et je ne doute pas que le travail que je mène avec Pénélope KOMITÈS continuera et se poursuivra dans l'intérêt des handicapés, car je tiens à rappeler à l'actuelle opposition que le développement de ce que l'on appelle le "Handisport" est l'une des priorités de l'Exécutif municipal depuis l'actuelle majorité.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, communiste, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur CHERKI.
Un mot de Pénélope KOMITÈS puisque la réponse de M. CHERKI a été assez brève.
Mme Pénélope KOMITÈS, adjointe. - Oui, Madame.
Je pense que les associations, qui étaient présentes vendredi soir à la réunion que j'organisais et à laquelle étiez présente, vous ont répondu, Madame. Elles ont répondu que depuis trois ans, de manière systématique, toutes les réunions qui se passent à l'Hôtel de Ville, quand il y a des lieux qui ne sont malheureusement pas encore rendus accessibles, et mon collègue vous a expliqué pourquoi, ces derniers sont systématiquement mis en accessibilité.
Il y a peut-être eu une erreur effectivement un soir, Madame, mais vous avez entendu comme moi dans cette réunion, vendredi soir, la totalité des associations vous dire que cela ne s'est jamais produit depuis trois ans.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Madame KOMITÈS.
Madame RIMBERT, si vous voulez rajouter un mot rapidement ?
Mme Hélène RIMBERT. - Je voulais simplement dire à Mme KOMITÈS que je n'étais absolument pas présenté à sa réunion. Vous confondez avec une autre élue du 7e, mais je n'étais pas présente vendredi soir. Cela, je vous l'affirme.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Bien. Merci, Madame RIMBERT.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 167.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DPA 167).