Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DDEEES 145 G - Subvention (1.060.000 euros) et convention avec l'association P.L.I.E. de Paris Nord-est (18e).

Débat/ Conseil général/ Novembre 2012


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DDEEES 145 G, qui est une subvention et une convention avec l'association "P.L.I.E. de Paris Nord-est" dans le 18e arrondissement.

La parole est à Mme CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Madame la Présidente.

En ces temps de crise, je tiens à saluer notre action dans la bataille pour l'emploi et l'action que mènent M. Christian SAUTTER et Mme Gisèle STIEVENARD sur cette thématique du P.L.I.E.

Avec le Plan local pour l'insertion de Paris Nord-est, le Département a créé un outil de lutte contre le chômage qui ne résout pas tout, certes, mais qui apporte des solutions réelles aux problématiques d'insertion des personnes les plus en difficulté, avec de beaux résultats. Plus de 2.300 personnes ont été accompagnées l'an dernier. Sur les 668 participants qui sont sortis du P.L.I.E., 246 ont accédé à un emploi durable, c'est-à-dire C.D.I. ou C.D.D. de plus de six mois, et 137 à une formation, soit un taux de sortie vers l'emploi de 57 %.

La spécificité du P.L.I.E., qui intervient sur cinq arrondissements, les 11e, 12e, 18e, 19e et 20e arrondissements, est de proposer un accompagnement personnalisé vers l'emploi aux personnes les plus en difficulté, c'est-à-dire qu'il donne du temps et des repères, un référent unique, à des personnes pour qui les solutions classiques ne marchent pas. Chaque référent suit au maximum 70 bénéficiaires. On est donc loin des moyennes de Pôle Emploi. Cet accompagnement peut durer jusqu'à deux ans et se poursuit pendant six mois, une fois la personne embauchée.

La force du P.L.I.E., c?est aussi d?être un outil multipartenarial, soutenu par l'Etat, l'Europe et le Département. On sait combien le soutien de l'Europe et du Fonds social européen est précieux, mais on connaît aussi ses travers : les délais de versement extrêmement longs.

La mobilisation du Département, face à ce que l'on peut véritablement appeler une crise de trésorerie en début d'année 2012, a été décisive pour permettre au P.L.I.E. de continuer ses actions.

C?est pourquoi je vous invite à voter ce projet de délibération de 1.060.000 euros au P.L.I.E. et le versement d'une avance pour anticiper les difficultés de trésorerie liées au délai du versement du Fonds social européen. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame CHARNOZ.

Pour répondre, la parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président. - Madame la Présidente, Mme CHARNOZ a raison d'attirer l'attention sur le P.L.I.E., le Programme local d'insertion emploi de Paris nord-est, qui est domicilié dans le 18e arrondissement, qui a commencé à agir sur les 18e, 19e et 20e arrondissements et, étant donné son succès, a été étendu aux 11e et 12e arrondissements.

Nous pensons qu?un chômeur accompagné est à moitié sauvé et, lorsqu'il s'agit de personnes en très grande difficulté, il faut un accompagnement qui soit particulièrement attentif. Comme l'a dit Mme CHARNOZ, c'est l'accompagnement que le P.L.I.E. de Paris Nord-est, qui est une association tout à fait remarquable, apporte, par exemple :

- aux chômeurs de longue durée, puisqu'ils comptent pour 53 % du public du P.L.I.E.,

- aux chômeurs qui viennent des quartiers de la politique de la ville, que Gisèle STIEVENARD suit avec une attention particulière : 41 % du public du P.L.I.E.,

- aux bénéficiaires du revenu de solidarité active : 44 % du public du P.L.I.E.,

- aux seniors : 30 % du public. Évidemment, malheureusement, certaines de ces caractéristiques se cumulent sur certaines personnes et je pourrais mentionner aussi les familles monoparentales dont les chefs de famille ont beaucoup de mal à retrouver du travail.

Ce qui est important, c'est que le P.L.I.E. a un coefficient de réussite tout à fait exceptionnel, puisque, durant l'année 2011, cela a été dit par Mme CHARNOZ, ou sinon je le précise, 57 % des sorties ont été soit vers un emploi durable, soit vers une formation qualifiante. D'après les premières informations que l'on a sur 2012, la progression devrait se poursuivre, bien que le contexte n'y soit guère favorable.

Donc, il est très important que le P.L.I.E. continue et amplifie son activité. Il y a quelques difficultés financières avec le Fonds social européen dont les procédures sont rigoureuses mais parfois un peu lourdes. Il y a là, si je puis dire, un projet de délibération qui permet au P.L.I.E. de continuer, en attendant que les fonds européens, qui ont été promis, arrivent.

Je profite de cette circonstance, puisqu'on parle des personnes en grande difficulté d'emploi, pour rappeler à notre Assemblée que le 21 novembre se tiendra le Forum en direction des seniors, le Forum de l'expérience et des seniors, où une bonne centaine d'entreprises viendront exprès pour recruter des seniors.

Ceci se passera au 104, rue d'Aubervilliers, et j'espère que vous serez nombreux, non pas à candidater mais à venir voir comment fonctionne ce type de forum qui ajoute, me semble-t-il, une dimension importante à la politique parisienne de lutte contre le chômage. Merci.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 145 G.

Qui est pour ? Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DDEEES 145 G). 2012 DDEEES 155 G - Subvention (10.000 euros) et convention avec l'association "UPTIH" (3e).

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DDEEES 155 G : subvention et convention avec l'association "UPTIH" dans le 3e arrondissement. La parole est à M. Hamou BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ. - Madame la Présidente, mes chers collègues, j'interviens simplement en ce premier jour de la semaine pour l'emploi des personnes handicapées pour me réjouir de l'adoption future, que j'espère, de ce projet de délibération.

Notre crise économique semble ne plus finir. Peut-être que c'est simplement une transition qui nous demande de changer de façon de voir, d'être en rupture et de permettre aux sans voix, sans yeux, sans oreilles de prendre leur place dans le système productif en créant des entreprises et en ne dépendant plus de l'aide sociale. C'est l'objet du travail de l'"UPTIH". Cette subvention de 10.000 euros fera économiser aux deniers publics plusieurs dizaines de milliers d'euros, grâce aux économies sur les prestations sociales et aussi aux productions de ces futurs entrepreneurs.

Je me réjouis vraiment que M. Christian SAUTTER conduise avec volontarisme cette politique inclusive. Nous venons de parler de l'exclusion sociale, l'exclusion par le handicap n'est pas une moins forte préoccupation. Travailler à faire en sorte que ces personnes, brisées par la vie ou prétendues telles, deviennent des entrepreneurs, c'est travailler pour qu?elles grimpent dans leur propre échelle de valeurs et c'est une façon de faire société qui, je pense, honore notre Assemblée.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur BOUAKKAZ.

Pour répondre, la parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président. - Madame la Présidente, M. Hamou BOUAKKAZ a raison de rappeler que cette semaine est la semaine pour l'emploi des personnes handicapées au niveau national, et c'est même un "mois extraordinaire" à Paris.

Nous considérons que les personnes victimes de handicaps méritent, elles aussi, un effort particulier parce que leur accès à l'emploi est encore plus difficile que pour beaucoup d'autres.

Alors, ce qui est original dans ce projet de délibération, c'est qu'il s'agit d'aider, d'accompagner des personnes victimes de handicaps pour qu?elles créent leur propre entreprise.

Très souvent, pour les personnes victimes de handicap comme pour des personnes, si je puis dire, qui ne sont pas victimes de handicaps, on pense que le salariat est la seule solution à la sortie du chômage. Eh bien, pas du tout, la création d'entreprise - je rappelle qu'il y a chaque semaine 500 entreprises qui se créent à Paris - peut être une voie durable de retour à l'emploi et dans la société, à condition que cette création soit accompagnée.

Donc là, en l'occurrence, nous subventionnons l'"UPTIH", dont je rappelle qu'il s?agit de l'Union professionnelle des travailleurs indépendants handicapés, pour accompagner 10 à 12 candidats à la création d'entreprise, souffrant d'un handicap, soit par des formations collectives, soit par du tutorat bénévole assuré par des chefs d'entreprise qui sont eux-mêmes en situation de handicap.

Je me permettrai, pour mettre une touche particulièrement humaine dans ce projet de délibération, de dire que le fondateur de cette Union professionnelle est celui qui a créé avec un très grand succès les "Restaurants Dans le Noir". Il y en a un rue Quincampoix, je vous invite à tenter l'expérience d'un repas pris entièrement dans le noir.

Ce projet de délibération est important. Il s'inscrit à la suite du Forum Paris pour l'emploi que nous avons réuni pour la dixième fois en septembre. Avec Mme Véronique DUBARRY, nous avons créé un espace entièrement dédié aux personnes victimes de handicap. Certaines de ces personnes ont été préparées - cent cinquante cette année - et je pense que nous sommes là, comme M. Hamou BOUAKKAZ l'a dit avec beaucoup de force comme d'habitude, dans un domaine qui montre qu'il n'y a pas de fatalité. Le retour à l'emploi est possible malgré la crise, à condition que les candidats soient motivés et à condition aussi qu'ils soient accompagnés du mieux possible par les services de la collectivité parisienne, auxquels je rends hommage, par des associations, par des bénévoles. Je crois qu'il y a une sortie, même si c'est une sortie difficile.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 155 G.

Qui est pour ? Contre ? Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DDEEES 155 G).