Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DASES 620 G - Subvention (80.000 euros) et convention avec le Pôle de santé des Envierges (20e) dans le cadre du programme "Paris Santé".

Débat/ Conseil général/ Novembre 2012


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons au projet de délibération DASES 620 G : subvention et convention avec le Pôle de santé des Envierges dans le 20e arrondissement dans le cadre du programme "Paris Santé".

C'est Mme Marinette BACHE qui intervient et M. LE GUEN qui répondra.

Madame BACHE, vous avez la parole.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Président.

On a l'habitude de présenter l'Ile-de-France comme une région privilégiée en matière de santé. C'est vrai, dans notre région, et particulièrement à Paris, sont implantés les hôpitaux de l'A.P.-H.P. dont l'excellence n'est plus à démontrer. C'est vrai, la densité de médecins par habitant est élevée, y compris en ce qui concerne les spécialistes. C'est vrai également que la quasi-totalité des Franciliens ont un médecin à moins de 2 kilomètres de chez eux.

Mais pourtant le tableau n'est pas si idyllique : il cache une extraordinaire disparité et le fait que l'inégalité d'accès aux soins, qui a explosé avec la politique menée par les gouvernements précédents, recouvre très largement la carte de l'inégalité sociale.

Notre ville n'a pas été aveugle à ces réalités. C'est pourquoi elle s'attache à développer une offre de soins accessibles à tous sur l'ensemble de son territoire, mais plus particulièrement dans nos arrondissements populaires où, nous le savons, pour des raisons financières, des populations en difficulté ne se soignent pas correctement ou trop tard, lorsque leur état de santé s'est fortement dégradé.

Pour cela, bien sûr, il y a les centres de santé. Qu'ils soient associatifs, mutualistes ou municipaux, ils méritent notre attention et notre aide.

Il y a aussi les maisons et les pôles de santé. Dans le cadre de son label "Paris Santé", la Ville aide à la création, à la modernisation, à la restructuration de maisons et de pôles de santé qui respectent, par exemple, les engagements de pratiquer les tarifs du secteur I, de pratiquer le tiers payant mais également d'offrir une prise en charge globale du malade par des équipes pluridisciplinaires ou de s'inscrire dans des coopérations avec divers réseaux et/ou l'hôpital.

Le Pôle de santé des Envierges correspond totalement à cette définition. Il est situé dans le 20e arrondissement où la densité de médecins généralistes est la plus faible de Paris, 0,8 pour 1.000 habitants, soit la moitié de la moyenne parisienne, dans un quartier politique de la ville, celui de Belleville/Amandiers. Y exercent sept généralistes reconnus pour leur longue pratique en matière de prévention et de promotion de la santé, qui sont aussi impliqués dans l'enseignement et la recherche.

Bien évidemment, le pôle pratique le tarif opposable : un impératif dans ce quartier où la population est souvent en grande précarité.

Le Pôle santé des Envierges appartient à la Fédération française des maisons et pôles de santé d'Ile-de-France, dont l?objectif de favoriser un maillage cohérent du territoire parisien en matière de santé publique rejoint notre propre objectif municipal. Il travaille en lien avec les associations de quartier, l'Atelier Santé Ville et avec le réseau sociomédical afin d?assurer une prise en charge coordonnée des patients entre infirmiers, psychologues, assistants sociaux, etc.

Ce projet de délibération et notre soutien au Pôle santé des Envierges illustrent parfaitement notre volonté de prendre en compte la spécificité et la diversité du territoire parisien afin d'élaborer - en lien avec l'A.R.S., souhaitons-le - des actions concertées sur les inégalités en matière d'accès aux soins. Bien sûr, il faut voter ce projet de délibération.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame BACHE.

Je donne la parole à M. Jean-Marie LE GUEN pour un commentaire, bref ou pas, à son choix.

M. Jean-Marie LE GUEN. - Merci, Monsieur le Président.

D'abord pour remercier Mme Marinette BACHE de cette intervention. Elle a raison de souligner la nécessité de restructurer, aujourd'hui, l?offre de premier recours en matière de santé, et nous avons commencé à le faire, notamment dans l'Est parisien. Mais je dois le dire : d'une façon ou d'une autre, il faudra que nous ayons une politique encore plus ambitieuse sur l'ensemble de la Capitale car au regard, y compris des récentes décisions gouvernementales en matière de dépassement d?honoraires, la question va se poser de créer une offre répondant à ces critères sur pratiquement l'ensemble de la Capitale.

Donc, là aussi, un dossier important.

Mais j'en profite évidemment pour me féliciter de la qualité et de l'aboutissement de ce projet, un nouveau pôle santé qui pourra être ouvert avant la fin du premier semestre 2013. C'est le résultat du travail, évidemment, en réseau, de tous les professionnels de santé et du social du quartier, des associations. Je veux citer notamment "Archipélia", "Les petits frères des pauvres", "Café social", "Solipam", le réseau santé Paris Nord, des professionnels de santé, des médecins, les docteurs DENATCH, LIARD, LEVY et MIARA, qui ont toujours ?uvré pour ces projets.

Enfin, évidemment, les autorités de la mairie du 20e : Mme CALANDRA, le maire et mon ami M. Serge WAJEMAN, son adjoint à la santé, l'ensemble des équipes de la municipalité du 20e, le propriétaire I3F également, qui a bien voulu écouter nos demandes.

Bref, un travail collectif qui fera qu?une réalisation sociale de qualité, dans cette partie du 20e arrondissement, auquel l'action sanitaire et sociale du Département est très attachée.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur LE GUEN.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 620 G.

Qui est pour ? Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2012, DASES 620 G).