Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DDEEES 132 G - Subvention (8.000 euros) avec convention cadre, avec les régies de quartier parisiennes, visant la mise en œuvre de services à la personne (SAP) en faveur des seniors.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2012


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DDEEES 132 G : subvention avec convention cadre avec les régies de quartiers parisiennes visant la mise en ?uvre de services à la personne en faveur des seniors.

La parole est à M. Gauthier CARON-THIBAULT.

M. Gauthier CARON-THIBAULT. - Merci, Madame la Présidente.

Mes chers collègues, ce projet de délibération peut paraître minime par rapport au montant mobilisé mais je crois qu'il s'inscrit dans la politique de prise en charge du vieillissement que nous avons voulu mettre en place à Paris.

En effet, aujourd?hui on ne vieillit pas de la même manière qu'hier, et aujourd?hui notre population des troisième et quatrième âges est plus importante, plus souvent à domicile et surtout en meilleure santé.

Néanmoins elles souffrent de ce que l'on appelle, de ce que Mme Geneviève LAROQUE de la Fondation nationale de gérontologie appelle, les pluri-mini-handicaps. Ce sont tous ces petits gestes, tous ces petits handicaps plutôt, qui rendent la vie de tous les jours un peu plus compliquée : le fait d'accrocher un cadre, de changer des ampoules, de bouger un meuble. Tout ce qui fait que le maintien à domicile finalement ne se fait pas qu'à travers des outils médico-sociaux mais à travers un accompagnement plus social qui permet aux personnes de rester vivre à domicile. Tous ces gestes de la vie quotidienne, tous ces petits bricolages ont pour but et vocation de pouvoir être pris en charge par les régies de quartier, que les personnes âgées soient propriétaires ou locataires de leur logement.

En effet, et cela rappellera quelques souvenirs à certains collègues qui en ont fait partie, la mission d'information et d'évaluation sur la prise en charge des seniors à Paris l'avait montré, à l'instar du rapport Boulmier, ces petites bricolages sont nécessaires car ils renforcent l'image que les seniors ont d'eux-mêmes. En effet, ils n'ont pas à appeler un tiers, un voisin, un ami, une personne de leur famille, ils n'ont pas non plus à ne pas les faire, c'est quelque chose qui est fait ; ils ont l'esprit libre et justement ils peuvent passer à autre chose dans leur vie.

C'est également ce dont nous nous rendons compte dans le réseau logement senior que nous avons mis en place dans le 3e arrondissement, dans les retours que nous font les locataires. D'autant plus que ces services ne sont pas pris en charge par le secteur économique traditionnel.

C'est la raison pour laquelle mon groupe avait déposé un amendement budgétaire l'année dernière pour aider les régies de quartier à développer ces nouveaux services, dont le paiement est aujourd'hui fiscalement aidé à travers les dispositifs de type C.E.S.U.

En effet, il y a là du lien social à créer et des nouveaux métiers à inventer. Tout cela permet de servir à la réinsertion de personnes qui en ont besoin et qui sont prises en charge par le Département de Paris.

C'est pourquoi je tenais à féliciter Mme Pauline VÉRON, qui a engagé ce travail après Mme Seybah DAGOMA. Ce développement du dialogue avec les régies de quartier, afin de développer ce système d'aide pour déterminer les besoins territoriaux, les besoins de formation ainsi que les obligations de gestion qui correspondront à cette nouvelle offre de services.

Madame la Présidente, mes chers collègues, je crois que c'est une nouvelle offre qui répond véritablement à la question que nous devrons tous nous poser ici, à savoir comment souhaitons-nous vieillir dans Paris ?

Merci.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur CARON-THIBAULT.

Pour répondre, la parole est à Mme Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON. - Madame la Présidente, mes chers collègues, je remercie M. Gauthier CARON-THIBAULT pour son intervention et pour son implication décisive dans ce projet en lien avec le réseau logement senior que la mairie du 3e arrondissement a mis en place dans des immeubles du parc social au bénéfice des seniors, comme il l'a très bien rappelé.

L'objectif de ce projet de délibération est de permettre le développement d'une offre de services à la personne à destination des seniors. Et comme vous avez pu le noter, de nombreux seniors rencontrent des difficultés à réaliser eux-mêmes de petits travaux au sein de leur domicile et la possibilité de faire appel à des entreprises privées n'est pas toujours possible pour des raisons financières.

Le Conseil de Paris a voté fin 2011 un abondement au budget 2012 des crédits attribués à l'économie sociale et solidaire pour la mise en place d'un tel service. Je vous propose qu'il soit mis en place par les régies de quartier qui se porteront volontaires pour ce dispositif. Afin de mettre en place cette offre, il est nécessaire que les régies de quartier mettent en ?uvre un certain nombre de mesures. Celles-ci leur permettront notamment d'obtenir l'agrément "services à la personne" et de mettre en place des plans de formation à destination de leurs salariés en insertion. Les petits travaux réalisés seront du type dépannage, laverie, travaux ménagers, bricolage, enlèvement d'encombrants. Il faut noter qu'au-delà du service rendu, nous allons par la même occasion recréer du lien social et du lien intergénérationnel. Ces services permettront la création d'activités complémentaires pour les salariés des régies. Ces activités économiques vont donc contribuer à l'insertion socioprofessionnelle en offrant aux salariés l'opportunité d'une professionnalisation de leur savoir-faire et en leur permettant d'augmenter leurs chances de trouver un emploi dans le secteur marchand classique.

Les services du Département de Paris ont travaillé en étroite collaboration avec les régies de quartier pour la mise en place de ce dispositif. Lors de la dernière réunion de travail organisée à l'Hôtel de Ville, six régies de quartier étaient et se sont donc portées volontaires : la régie Paris-centre, qui regroupe les quatre arrondissement du centre de Paris, les régies des 10e, 12e, 17e, 19e et 20e arrondissements.

Aussi, je vous propose de soutenir chacune des régies de quartiers qui s?est portée volontaire à hauteur de 8.000 euros et donc de voter favorablement ce projet de délibération.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame VÉRON.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 132 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DDEEES 132 G).

Je vous remercie.