Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2012 DDEEES 138 G - Subvention (500.000 euros) et convention avec l'Université Paris I Panthéon Sorbonne pour le déploiement de nouvelles applications dans le cadre d'Université Numérique en Région Paris- Ile de France.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2012


 

M. LE PRÉSIDENT. - Nous examinons en 2e Commission le projet de délibération DDEEES 138 G : subvention et convention avec l?Université Paris I Panthéon Sorbonne.

Je donne la parole à Sandrine CHARNOZ.

Mme Sandrine CHARNOZ. - Merci, Monsieur le Président.

Mes chers collègues, ce projet de délibération porte sur une subvention et une convention avec l'Université Paris I Panthéon Sorbonne pour le déploiement de nouvelles applications dans le cadre d'Université numérique Paris Ile-de-France.

Ce projet de délibération s'inscrit dans la continuité de nos engagements pour développer le numérique au sein des universités.

Notre collectivité s'est engagée dès 2007 dans la création de l'Université numérique Paris Ile-de-France, structure d'appui au développement des usages du numérique, particulièrement dans les domaines de la formation au numérique, de l'e-administration, de la vie universitaire et de la vie étudiante.

Avec l?U.N. Paris Ile-de-France, la Ville a financé trois grands projets pour 2,2 millions d'euros : la carte multiservices étudiant, les espaces numériques de travail qui, à ce jour, sont au nombre de sept et l'accès privilégié au "Monde" et au "Monde Diplomatique".

La carte multiservices, créée en 2007, est détenue par tous les étudiants des établissements membres de l'Université numérique d'Ile-de-France, plus de 200.000 étudiants. Ils ont ainsi à leur disposition un porte-monnaie électronique pour régler les services du C.R.O.U.S., les achats jusqu'à 30 euros chez les commerçants et les paiements dans les automates, horodateurs et distributeurs. Cette carte permet également d'émarger électroniquement ou d'accéder à certains locaux contrôlés.

Les espaces numériques, quant à eux, sont des bureaux virtuels, ils permettent d?accéder aux fonds des bibliothèques et faire des recherches, de mener des web conférences, de recevoir des "podcasts" pédagogiques, ainsi que des polycopiés numériques ou toute information utile à la vie de l'étudiant et à son insertion professionnelle.

Il s'agit, par ce projet de délibération, de donner un nouvel élan à ce projet d'Université numérique et de lancer de nouvelles applications pour développer les dispositifs existants et mieux partager les ressources informatiques de chaque université.

Par exemple, l'Espace numérique de travail insertion professionnelle va être enrichi. Je sais que ce volet de l'Espace numérique tient particulièrement à c?ur à M. Didier GUILLOT, qui s'est fortement mobilisé depuis 2008 pour faciliter l'insertion professionnelle des jeunes étudiants. Il est clair, dans le contexte de crise que nous subissons depuis de nombreuses années, que les jeunes peinent à entrer sur le marché du travail. Précarité, stages, chômage marquent pour beaucoup leurs premières années de vie professionnelle et le passage en université comme le diplôme n?est plus un sésame d?insertion professionnelle. Actuellement, le service en ligne "insertion professionnelle" propose aux étudiants un suivi individuel tout au long de leur cursus pour préparer leur insertion, comme la possibilité d'accéder en ligne à un conseiller ou encore un travail sur leurs compétences, des forums de discussion, par ailleurs. Ce service offert aux étudiants est le symbole d'une mutualisation réussie de compétences entre plusieurs universités. Je voudrais finir par les nouvelles fonctionnalités, avec l'exemple de cette rubrique "insertion professionnelle", qui permettront aux sites "Réseau Pro" des Universités de Panthéon-Sorbonne, Paris Descartes et Paris Diderot, de favoriser l'insertion des jeunes et, ainsi, d'intégrer de nouveaux partenaires. Au-delà de l'insertion professionnelle, une plateforme collaborative sera développée pour permettre aux étudiants d'apprendre le numérique en ligne.

Autre exemple que nous propose ce projet de délibération : le développement pour les étudiants par les universités partenaires d'une nouvelle ergonomie des espaces numériques de travail. Ce portail deviendra l?unique point d'entrée pour accéder aux informations qui concernent l'université, l'U.F.R., l?emploi du temps, les résultats aux examens.

Mutualisation, dématérialisation et services : tels sont les atouts de ce projet qui développe chaque année de nouvelles fonctionnalités qui, je l'espère, intégreront rapidement les déplacements.

(Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, remplace M. le Président au fauteuil de la présidence).

Je vous invite à voter ce projet de délibération qui démontre une nouvelle fois que Paris participe à l'évolution du numérique, et ce, avec pour objectif d'améliorer les services rendus aux étudiants à Paris.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame CHARNOZ.

Pour répondre, la parole est à M. Didier GUILLOT.

Je vous demande peut-être un peu de silence !

M. Didier GUILLOT. - Merci, Madame la Présidente.

Madame la Conseillère, chère Sandrine CHARNOZ, vous venez de le rappeler, le Département finance massivement les programmes de l'Université numérique Paris Ile-de-France depuis sa création en 2007.

La carte étudiant unique, l'accès à tous les documentalistes des bibliothèques universitaires par le site "ruedesfacs.fr", les espaces numériques de travail, l'accès privilégié au Monde et au Monde Diplomatique non seulement pour les étudiants mais pour l'ensemble des enseignants et chercheurs de la Région Ile-de-France : tous ces services et outils améliorent au quotidien les conditions de vie et les conditions d'études des étudiants parisiens.

En cinq ans, avec l?UNPIdF, l'enseignement supérieur parisien s'est pleinement engagé dans la voie du numérique.

Avec les quatre projets que porte ce projet de délibération, le Département de Paris va accompagner ce dispositif dans une nouvelle phase de développement.

Nous voulons d'abord mieux répondre aux usages quotidiens des étudiants. A Paris, le campus, c'est la Ville. La géolocalisation sur mobile répond donc à la dispersion des sites d'enseignement supérieur sur le territoire parisien, comme à l'insertion urbaine des équipements de vie étudiante.

Je ne développerai pas ce qu'a dit Sandrine CHARNOZ sur l'insertion professionnelle mais, effectivement, ce qui est développé dans ce projet de délibération répond à la demande qui a été faite par "Étudiants de Paris - Le Conseil", j'y reviendrai par la suite.

En développant des modules de formation en ligne, nous répondons également à une demande forte des étudiants qui ont bien compris la nécessité d'être performants, compétents, dans l'utilisation de ces outils numériques.

Autre axe fort : après les universités, il faut engager un travail avec les établissements de plus petite taille qui n'ont pas les moyens de proposer des outils numériques à leurs étudiants. C'est l'objet de ce projet de "marque blanche" qui répond à une nécessaire lutte contre la fracture numérique, enjeu de justice sociale et d?égal accès à l'information pour tous les étudiants de Paris.

Ces nouvelles dispositions vont dans le sens de la réflexion engagée dans le cadre de la mission "Rendre visible le campus parisien : Grand Quartier Latin", confiée à des architectes urbanistes et lancée par Mme Anne HIDALGO, M. Jean-Louis MISSIKA et moi-même.

Je précise que toutes ces innovations sont directement issues des propositions formulées par "Étudiants de Paris - Le Conseil", lors du travail mené l'an dernier sur les temps étudiants.

Une fois de plus, je suis heureux de constater, d?ailleurs, que les acteurs de l'enseignement supérieur parisien savent se saisir de leurs réflexions dont la qualité n'est plus à démontrer.

J'en profite, et j?en terminerai par là, pour vous informer, chers collègues, qu?"Étudiants de Paris - Le Conseil" ouvre son nouveau cycle de travail après-demain, mercredi 14 novembre, ici même à 18 heures 30. Cette année, nous travaillerons sur un sujet, essentiel pour les étudiants comme pour Paris : la culture.

Je vous engage à venir nombreux débattre avec les étudiants, mercredi soir, pour des propositions tout aussi constructives que celles qui concernent le numérique.

Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillères et Conseillers, je vous invite donc à voter à l'unanimité ce projet de délibération.

Merci beaucoup.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur GUILLOT.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 138 G.

Qui est pour ? Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2012, DDEEES 138 G). Je vous remercie.