Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

39 - 2004, JS 380 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer des marchés article 30 pour l'organisation des centres sports découvertes durant l'année 2004-2005

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous arrivons au projet de délibération JS 380. Il s'agit de l'organisation de centres sports découvertes durant l'année 2004-2005. Il y a une question de M. José ESPINOSA et une réponse de M. CHERKI.
Monsieur ESPINOSA, vous avez la parole.
M. José ESPINOSA. - Merci, Monsieur le Maire.
Chers collègues, le présent projet de délibération porte sur un aspect du sport moins connu du public et, quelques fois, sous-estimé par la collectivité. Effectivement, la politique mal nommée de "prévention par le sport" connaît des développements dans la Capitale. Il s'agit de répondre à de nouveaux besoins grandissants pour faciliter une démarche d'intégration sociale, pour valoriser les qualités de la jeunesse, pour susciter des vocations sportives.
Ces activités sportives multiples organisées dans la proximité, dans les quartiers où la vie n'est pas toujours la plus facile à vivre, ces activités engendrent des rapports collectifs de qualité. Accueils sportifs organisés tout au long de l'année en collaboration avec les associations de quartier, elles attirent un nombre de jeunes de plus en plus grand.
Soulignons au passage que cet accueil se fait gratuitement pour les familles, ce qui n'est pas rien. La Ville met à disposition, notamment pendant les vacances, des équipements sportifs dont nous disposons.
En concertation avec les mairies d'arrondissement, ce dispositif est une bonne réponse pour faire connaître les différents sports existants et inciter à une pratique sportive de masse.
C'est pourquoi nous voterons ce projet de délibération qui représente un pas vers une action plus large concernant le renforcement et le développement d'une filière publique d'animations sportives à Paris.
Nous avons besoin d'un nombre plus important d'animateurs en relation avec les besoins existants. La demande monte fortement des quartiers mais également des milieux scolaires, des centres d'animation et de loisirs, du mouvement sportif lui-même. Il y a là un véritable gisement d'emplois de jeunes à travailler.
Si la Ville veut se doter d'un service public dynamique en la matière, il faut y mettre des moyens. Je note particulière que, sous l'impulsion de l'adjoint au sport, des efforts financiers conséquents ont été réalisés. J'apprécie également l'effort d'investissement réalisé en matière d'équipement, mais attention à la stagnation qui nous guette comme on peut s'en apercevoir avec les subventions de nombreuses associations de proximité.
Ce service public nouveau que nous souhaitons tous suppose d'établir des conventions avec les clubs, l'Education nationale par exemple. Renforcer les liens, promouvoir des activités nouvelles suppose et implique de nouveaux moyens humains et financiers.
Pour conclure, je dirais : amplifions le mouvement entrepris depuis 3 ans. Quant à la filière d'animation, nous sommes prêts à prendre toute notre place dans cette réflexion.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Merci, Monsieur ESPINOSA.
Monsieur CHERKI, amplifions le mouvement.
M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Les deux précédentes interventions ont montré l'excellence de la contribution des communistes à la politique de développement du service public sportif à Paris, et le rôle d'aiguillon important que remplit cette formation politique de notre majorité municipale. Je ne peux rien rajouter d'autre à ce qu'a dit M. ESPINOSA, si ce n'est que vous présidez, mon excellent collègue, Christian SAUTTER, et que nous allons bientôt discuter des arbitrages budgétaires.
Je vous ai fait une petite demande complémentaire pour financer le projet de délibération qui vient là. Et vous savez qu'en matière de prévention ça marche quand on n'en parle pas parce que, quand on en parle, c'est un échec. Je pense que vous aurez à c?ur que nous apportions une réponse favorable au développement de cette action appréciée par les usagers et les élus.
Je vous en remercie, Monsieur ESPINOSA.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Très bien, Monsieur CHERKI, pour cette belle passe.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 380.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, JS 380).