Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

159 - QOC 2004-445 Question de M. Christophe LEKIEFFRE et des membres du groupe U.M.P. à M. le Maire de Paris sur l'achat d'un reportage photos par le Fond d'art contemporain

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


Libellé de la question :
"Une vingtaine de photos sont actuellement présentées au mur d'un couloir au 1er étage de la mairie du 2e arrondissement. Il s'agit d'un banal reportage-photos de Bruno SERRALONGUE, sur la manifestation du collectif des sans papiers de la Maison des Ensembles, rue d'Aligre dans le 12e, qui s'est déroulée place du Châtelet.
Ce reportage, est-il indiqué, a été acquis en 2003 par le Fond municipal d'art contemporain.
M. Christophe LEKIEFFRE et les élus du groupe U.M.P. demandent au Maire de Paris quel a été le coût de cette acquisition ? Et, dans quelle mesure le fond d'art contemporain était-il concerné par un simple reportage photos, militant ?"
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"La commission d'acquisition du F.M.A.C. est composée de personnalités qualifiées (conservateurs, critiques d'art, organisateurs d'exposition) dont les propositions sont guidées par des considérations esthétiques.
Le F.M.A.C. possède près d'un millier d'?uvres photographiques, acquises depuis les années soixante-dix. Il s'agit de photos réalisées par des artistes plasticiens.
Dans ce cadre, l'?uvre photographique, composée de dix-sept éléments et intitulée "Manifestation du collectif de sans papiers de la Maison des Ensembles, place du Châtelet, Paris", a été acquise en 2003 par le Fonds municipal d'art contemporain moyennant 13.500 euros.
Bruno SERRALONGUE est considéré comme l'un des artistes les plus prometteurs de sa génération. Lauréat du prix Altadis en 2003, il poursuit une carrière internationale et participe régulièrement à des manifestations prestigieuses telles que "Manifesta" (Frankfort, 2002).
Il utilise la photographie comme un moyen d'expression, au même titre que les autres disciplines artistiques. A l'instar des peintres, il va à la rencontre de son sujet. La photographie est pour lui une pratique de vérité. Les images sont celles d'un enquêteur paradoxal, à la fois présent et discret.
L'exposition présentée à la mairie du 2e arrondissement a été prêtée au Centre international de la photographie à New York en 2003 et sera de nouveau prêtée pour une exposition au Musée départemental d'art contemporain de Rochechouart fin 2004. Ces demandes témoignent de l'intérêt suscité par le travail de Bruno SERRALONGUE."