Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

171 - QOC 2004-458 Question de Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE à M. le Maire de Paris à propos d'une possible fermeture des 22 jardins d'enfants gérés par l'O.P.A.C

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2004


Libellé de la question :
"Des informations diffusées récemment dans la presse laissent entendre que les 22 jardins d'enfants gérés par l'O.P.A.C. feraient l'objet, dans les prochains mois, d'une fermeture définitive.
Cette situation serait la conséquence du souhait de la Ville de récupérer les locaux concernés afin d'y aménager des crèches, qui font effectivement cruellement défaut dans Paris, comme l'attestent les 1.000 places créées piteusement au cours des trois années et demie par l'actuelle équipe municipale.
Le groupe U.M.P. souhaiterait avoir des précisions sur cette décision qui, si elle s'avérait exacte, porterait un sérieux coup à la politique d'accompagnement des jeunes enfants."
Réponse (Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe) :
"Je constate que vous portez tout à coup un grand intérêt à l'avenir des 22 jardins d'enfants O.P.A.C. en vous appuyant sur des informations parues dans la presse, faisant état de l'éventuelle transformation de ces structures en crèche.
Je voulais tout d'abord souligner qu'il aurait été souhaitable que l'ancienne municipalité se penche bien avant sur ces établissements, car l'état de vétusté dans lequel ils se trouvent prouvent bien que durant de longues années, vous n'avez pas jugez opportun de les entretenir.
A ce jour, comme j'ai déjà eu l'occasion de l'expliquer aux syndicats ainsi qu'aux familles, nous sommes en phase de réflexion, et il ne s'agit nullement de transformer les 22 jardins d'enfants en crèche, mais bien de les rénover et de les adapter, pour accueillir les enfants dans des conditions conformes à celles des jardins d'enfants municipaux. Ce projet de transformation, qui s'étalerait sur plusieurs années, offrirait également l'occasion d'ouvrir de nouvelles places d'accueil aux enfants porteurs de handicap.
Cette inquiétude soudaine vous permet en fait de revenir sur un débat que vous affectionnez particulièrement, et je vous rappellerai encore une fois que ce n'est pas 1.000, mais 1.900 places qui ont été créées depuis 2001. J'avoue cependant ne pas comprendre le terme "piteusement" que vous utilisez pour qualifier ces ouvertures. Comment alors qualifieriez-vous le bilan de la précédente mandature, où environ 1.000 places ont été ouvertes en 6 ans ?"