Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DDEEES 73 - Subventions à 4 associations étudiantes pour soutenir leurs projets. - Montant total : 37.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2010


 

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DDEEES 73 relatif à l'attribution de subventions d'un montant de 37.000 euros à 4 associations étudiantes pour soutenir leurs projets.

La parole est à Mme Olivia POLSKI.

Mme Olivia POLSKI. - Merci, Monsieur le Maire.

Dans le contexte actuel de crise économique et d'augmentation du chômage, dont les jeunes diplômés souffriront le plus encore en 2010, je tenais à saluer le très fort engagement de la Ville de Paris en faveur de l'insertion professionnelle des étudiants.

En juin dernier, le Conseil des étudiants de Paris a remis à M. Didier GUILLOT, adjoint au Maire de Paris en charge de la vie étudiante, neuf propositions en faveur de l?insertion professionnelle des jeunes diplômés. Ces propositions visent notamment l'amélioration de l'information aux étudiants, leur mise en réseau avec les entreprises, la prolongation des droits étudiants aux étudiants en recherche d'emploi.

La Ville de Paris s'est alors engagée sur trois propositions relevant de sa compétence.

Dans le cadre de l'université numérique en région, la Ville de Paris investit 100.000 euros, en partenariat avec l'université Paris Sorbonne, pour la création d?un outil en ligne, permettant aux étudiants d'être suivis individuellement tout au long de leur cursus pour préparer leur insertion professionnelle : des informations personnalisées, un travail en ligne avec un conseiller, l'identification des compétences, l'expression de leurs attentes et besoins, le forum de discussions, etc.

Cet outil, au sein des espaces numériques de travail, sera transférable à d'autres établissements d'enseignement supérieur, membres de l'université numérique.

Deuxième engagement : la Ville renforcera les liens entre étudiants, universités et employeurs par la généralisation, à l?ensemble des universités parisiennes, de la plateforme numérique, dite Réseau Pro, plateforme financée par la Ville de Paris depuis 2008.

Enfin, troisième engagement, dès cette rentrée universitaire, il sera ajouté sur les sites Internet www.étudiantsdeparis.fr, ainsi que dans le guide de la Mairie de Paris "Un étudiant dans la ville", un volet pratique insertion professionnelle.

Aujourd'hui, grâce à ce vote sur l'attribution de subventions à quatre initiatives portées par des associations étudiantes parisiennes, que sont la MANU, la Confédération étudiante, la FAGE et BIODOCS, qui ?uvrent dans le sens souhaité par le rapport du Conseil des étudiants de Paris, la Ville de Paris pourra continuer son engagement en faveur de l'insertion professionnelle des jeunes diplômés.

J'en profite pour saluer le formidable travail que mène Didier GUILLOT pour les étudiants et les étudiantes parisiens.

Je vous remercie, Monsieur le Maire, mes chers collègues, de bien vouloir adopter ce projet de délibération.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Merci, Madame POLSKI.

Je donne la parole à M. Didier GUILLOT.

M. Didier GUILLOT, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Madame la Conseillère, Monsieur le Maire, je vous remercie pour votre question.

"Etudiant de Paris - Le Conseil" a effectivement été relancé en 2009 et succède à l?ancien conseil parisien de la vie étudiante ou C.P.V.E. J?ai souhaité trois nouveautés pour cette instance participative.

D'une part, elle a été élargie à de nombreux partenaires syndicaux et associatifs. Ensuite, elle travaille à présent en lien direct avec les étudiants, via le site Internet participatif "etudiantdeparis.fr" et elle se concentre sur un seul thème par an pour approfondir chaque question et faire des propositions concrètes et crédibles.

Ce sont les étudiants eux-mêmes qui ont choisi de débattre de l'insertion professionnelle pour le premier cycle de ce nouveau Conseil. C'est d'ailleurs leur préoccupation première. Et si le diplôme reste le meilleur rempart contre le chômage, les jeunes diplômés parisiens ont été particulièrement touchés par la montée du chômage de ces dernières années et par la précarisation du premier emploi.

La Ministre de l?Enseignement supérieur a confié aux universités une nouvelles mission : l'insertion professionnelle. Ce choix était pertinent, mais au cours des travaux de "Etudiant de Paris - Le Conseil", nous avons pu mesurer la faiblesse des moyens matériels et humains accordés aux Bureaux d?aide à l'insertion professionnelle, chargé de mettre en ?uvre cette nouvelle mission au sein des universités.

L'insertion professionnelle est une question qui touche tous les étudiants, qu?ils soient dans une université prestigieuse ou non, ou dans une grande école.

Les étudiants se sont saisis de cet enjeu et ont travaillé de façon partenariale avec tous les acteurs : universités, associations, C.R.O.U.S., Pôle emploi, entreprises. Ils ont identifié six problématiques et ont fait trente-trois propositions à la Ville de Paris, dont neuf ont été retenues. Je souhaite maintenant les partager avec tous les acteurs.

Le premier défi est celui d'encourager les étudiants à développer leur expérience durant leur cursus. Sur ce terrain, le Secrétariat général a été chargé de travailler pour améliorer l?accompagnement des stagiaires à la Ville, nombreux et qui, je l'espère, le seront encore plus.

Le second enjeu identifié par le Conseil est de prolonger les droits des jeunes diplômés dans la période de transition entre le diplôme et l'emploi. Sur ce sujet, des discussions ont lieu avec le C.R.O.U.S., notamment pour permettre aux étudiants de pouvoir bénéficier de l'accès au restaurant universitaire ou au logement étudiant, après l'obtention de leur diplôme.

Le troisième défi consiste à aider les étudiants à identifier leurs compétences.

Au-delà du financement du projet de l?université de Paris Sorbonne, que vous avez décrit, Madame la Conseillère, et que nous financerons à hauteur de 100.000 euros, les associations étudiantes, à la suite de leur implication dans les travaux du Conseil, ont fait des propositions concrètes pour répondre à cet enjeu.

Dans ce projet de délibération qui nous occupe, cette proposition est reprise, notamment par ANIMAFAC et la MANU.

Sur ce point, par ailleurs, des discussions sont également en cours avec les BAIP des autres universités qui donneront certainement lieu à des actions concrètes dans les prochaine semaines, et tout particulièrement avec Paris III.

Créer des liens entre les établissements professionnels et étudiants était le quatrième enjeu du Conseil. C'est ce qu'a fait la Ville avec l'organisation du Forum pour l?emploi des jeunes diplômés au "104", organisé par mon collègue Christian SAUTTER, et qui a connu un grand succès. C?est également ce que propose la MANU à travers les rencontres MANUDrinks, par exemple, ou la FAGE, BIODOC ainsi que la Confédération étudiante dans les délibérations présentes.

La cinquième proposition du Conseil était d'améliorer l?information délivrée aux étudiants sur l'insertion professionnelle. Effectivement, le guide de rentrée "Un étudiant dans la Ville", coproduit par le C.R.O.U.S. et la Ville pour la première fois dans cette rentrée 2010 et le site "Etudiantdeparis.fr" traitent de façon concrète et pratique des questions liées à l'accès à l'emploi.

Enfin, le Conseil a également suggéré d'impulser la création d'un observatoire de l'insertion professionnelle. Cette proposition reste à l?étude avec tous les partenaires.

Sachez que le Conseil sera par la suite amené à étudier l'ensemble des propositions qui n'ont pas encore été mises en ?uvre et à suivre leur application. Ce n'est donc pas terminé pour le suivi de ces propositions.

Vous le voyez, ces propositions sont concrètes et surtout mises en ?uvre, non seulement par la Ville de Paris, qui prend toutes ses responsabilités alors même que ce n?est pas une compétence propre à la Ville, mais par tous les acteurs qui se sont mobilisés au cours de ces six mois : universités, associations, Pôle emploi, C.R.O.U.S.

Nous espérons que la méthode sera aussi féconde au cours du prochain cycle du Conseil, qui commencera en novembre prochain, et qui traitera de la question du bien-être étudiant avec les questions d'accès aux soins, de qualité du logement, d'équilibre alimentaire et de handicap.

Je précise que le rapport est téléchargeable sur le site "Etudiantdeparis.fr". Merci beaucoup.

(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Merci, Didier GUILLOT.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 73.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2010, DDEEES 73).