Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DFPE 384 - Signature des conventions relatives à l'attribution de subventions aux associations Solidarité Roquette, Relais 59 et La Clairière pour l'essaimage du dispositif de formation et d'accès au métier d'auxiliaire parentale. Montant total : 19.828 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DFPE 384 concernant la signature des conventions relatives à l'attribution de subventions aux associations "Solidarité Roquette", "Relais 59" et "La clairière" pour l'essaimage du dispositif de formation et d'accès au métier d'auxiliaire parental, d'un montant de 19.828 euros.

La parole est à Mme LANG, pour cinq minutes.

Mme Anne-Christine LANG. - Merci.

Monsieur le Maire, mes chers collègues.

J'ai souhaité intervenir sur ce projet de délibération qui me semble tout à fait emblématique de la volonté de la Ville de Paris, inchangée depuis 2001, et réaffirmée en 2008 d'offrir une solution d'accueil pour les jeunes Parisiens, les petits Parisiens, aussi diversifiée et complète que possible.

Ainsi, si l'accueil collectif est une priorité de notre collectivité, et en témoigne le projet de 4.500 places supplémentaires, l'accueil à domicile l?est tout aussi.

Depuis 2004, dans le 2e arrondissement, le centre social "La clairière" a mis en place une action globale d'insertion, depuis la formation jusqu'à la mise en relation avec des familles souhaitant ce mode de garde à domicile.

Lors de la mission d'information et d?évaluation du Conseil de Paris sur l'engagement de la collectivité parisienne auprès des familles en matière d'accueil des jeunes enfants de moins de 3 ans - le titre est complet -, qui a eu lieu au premier semestre 2009 et dont j'ai assuré le rôle de rapporteur, nous avons pu constater l'efficacité de ce dispositif. Les résultats parlent d'eux-mêmes : en 2009, 34 femmes ont été formées, et presque 60 % d'entre elles ont ainsi obtenu un emploi durable.

A des femmes d'origine étrangère, éloignées de l'emploi, mais ayant résolu leur problème linguistique et désirant garder des enfants à domicile, "La clairière" offre à la fois une formation professionnalisante, non rémunérée d?auxiliaire parentale à domicile, qui est dispensée par des professionnels, tels que les EGI, des infirmières puéricultrices, des pédopsychiatres et nutritionnistes, soit quatre mois pour 123 heures de formation, c?est-à-dire une formation proche de celle des assistantes maternelles. Un accompagnement social sur mesure tout au long du dispositif, mais aussi une mise à l'emploi ainsi qu'un service de suivi et de médiation en cours d'emploi.

A l'image du R.A.M., ce dispositif comprend aussi la mise en place d?un relais enfants parents, auxiliaire parental, d'un espace de rencontres et de partage d?expérience qui accueille les trois acteurs d?un tel dispositif deux demi-journées par semaine.

Je vous demande en conséquence de bien vouloir approuver cette délibération qui propose un soutien financier aux associations "Solidarité Roquette" implantée dans le 11e arrondissement et "Relais 59" implanté dans le 12e arrondissement pour que, avec l'aide et la compétence de "La Clairière", elles puissent mettre en ?uvre dans leurs arrondissements respectifs un tel dispositif d'insertion dans le domaine de la garde d'enfants à domicile.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voudrais m'associer aux propos d'Anne-Christine LANG qui a souligné l?intérêt, l?originalité et le succès du dispositif qu?a mis en place l'association "La Clairière" depuis 2004 dans le 2e arrondissement.

Jacques BOUTAULT, ce matin, en avait également souligné l'intérêt pour ce qui est de la partie Conseil général puisque c'est un dispositif qui est doublement subventionné par notre collectivité, au titre du Conseil général pour la partie emploi et insertion et au titre du Conseil municipal pour la partie accueil de la petite enfance.

Vous l'avez précisé, Madame la conseillère, la création de ce dispositif repose sur l?expérience de l?association "La Clairière" via les activités de son centre social et sa connaissance des besoins des familles du centre de Paris en termes de garde d'enfants à domicile ou de garde partagée.

Il s'agit d'un côté de développer l'emploi de femmes en insertion qui sont fortement éloignées et qui ont pourtant le souhait de travailler auprès des enfants.

Il s'agit de l'autre de mettre en relation des parents avec une auxiliaire parentale, de les rassurer sur sa formation et ses compétences et de suivre la formation employeur/employé qui se crée.

Enfin, il s'agit de créer des lieux, les relais d?auxiliaires parentales, ce que l?on appelle communément dans notre jargon les R.A.P., qui permettent aux auxiliaires de se rencontrer, de travailler de façon moins solitaire, d'échanger sur leurs pratiques, de bénéficier de conseils et qui permettent aux enfants, dans le même temps, de rencontrer d'autres enfants, de se socialiser et de participer ensemble à des activités d'éveil.

En 2009, ce sont 34 femmes qui ont bénéficié d?une formation et obtenu leur attestation, ce qui a pu déboucher pour 22 d'entre elles sur un C.D.I. ou un C.D.D.

Les deux délibérations qui vous sont proposées ici visent à étendre le dispositif dès cette année dans les 11e et 12e arrondissements, dans lesquels on retrouve une demande potentielle de familles pour la garde à domicile.

Pour cela, les deux centres sociaux identifiés, "Solidarité Roquette" dans le 11e arrondissement et "Le Relais 59" dans le 12e arrondissement vont développer cette activité.

Ces deux centres sociaux vont bénéficier de l?ingénierie de l'association "La Clairière", à la fois pour la sélection des candidates, pour la formation, la mise en relation et le suivi des contrats entre familles et auxiliaires.

Chaque centre pourra former ainsi 15 personnes supplémentaires. Pour compléter le dispositif, un relais d'auxiliaires parentales sera ouvert dans chacune des deux structures.

La Ville a fait le choix de soutenir un essaimage qui, pour cette année, concerne les 11e et 12e arrondissements.

Je voudrais indiquer qu'au prochain Conseil de Paris vous sera proposé un projet de délibération qui va dans le même sens, qui soutient et permet le développement d?un dispositif très proche, développé cette fois-ci par la Fondation des ?uvres de la Croix Saint-Simon dans les 11e, 12e, 15e et 20e arrondissements.

Parallèlement au développement soutenu de l'offre d'accueil collectif mis en place par la collectivité parisienne, le développement de ces dispositifs sur le territoire parisien, qui constitue un engagement du mandat, doit se poursuivre dans les années à venir afin d?assurer un maillage et répondre aux besoins des familles qui font le choix ou se tournent vers l'accueil à domicile.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DFPE 384.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DFPE 384).