Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif au rétablissement de l'accès handicapés de l'Eglise Sainte Elisabeth de Hongrie.

Débat/ Conseil général/ Décembre 2012


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - A présent, nous examinons la proposition de v?u non rattachée, référencée n° 3 G dans le fascicule, déposée par le groupe U.M.P.P.A., relative à l'accès handicapés de l'église Sainte-Elisabeth de Hongrie.

Je donne la parole à Mme Marie-Laure HAREL.

Mme Marie-Laure HAREL. - Merci.

Ce v?u vise à ce qu?un accès handicapés soit rétabli dans l'église Sainte-Elisabeth, qui est située rue du Temple, dans le 3e. Il y a une porte qui est condamnée au fond de l?église, au niveau de l'abside. Le trou est percé dans la pierre et il n'est plus possible d'y accéder, notamment parce qu'il faudrait que soit effectuée la mise à disposition de quelques mètres carrés d'une cour qui appartient au lycée professionnel Abbé Grégoire. Je sais qu'en ce qui concerne ce v?u Mme DUBARRY a évoqué en commission le fait que le lycée professionnel dépendait du Conseil régional, mais je ne vois pas en quoi cela impliquerait de retirer le v?u puisque je demande juste au Maire de Paris de prendre les dispositions nécessaires et notamment avec le Conseil régional, s'il le faut, pour que cette cour puisse être mise à disposition. Je crois qu'il a aussi été mentionné le fait que l'église appartenait à l'ordre de Malte. Or, elle y est rattachée mais je ne pense pas qu'elle lui appartienne en tant que tel.

A partir du moment où je demande juste au Maire de Paris de prendre les dispositions nécessaires, l'éventail des possibles est large. Que le lycée appartienne ou non au Conseil régional, ce serait bien qu?un geste soit fait de notre part, d'autant que le curé responsable de la paroisse a indiqué sa volonté au Maire de Paris un certain nombre de fois et avait cru rencontrer un peu de coopération. Merci.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Merci, Madame HAREL. Pour répondre, je donne la parole à Mme Véronique DUBARRY.

Mme Véronique DUBARRY. - Merci, Madame la Présidente.

Madame HAREL, j'ai un vrai souci avec ce v?u. D'un côté, c'est un lycée, donc c'est le Conseil régional et, y compris en termes d'incitations ou d'interventions, ce n'est pas à la Ville de dire au Conseil régional ce qu'il a à faire sur l'ensemble de ses bâtiments. De l'autre, nous avons donc une église qui contrairement à ce que j'ai dit, et je suis tout à fait prête à faire un mea culpa, et maxi mea culpa s'il le faut?

Oui, pardon, c'est cela que je voulais dire : amende honorable, cela va de soi, dans cet espace éminemment laïque. C'était amende honorable que je voulais faire. Donc amende honorable sur qui est le propriétaire de cette église et qui est l'utilisateur. La Ville est propriétaire mais, malgré tout, depuis l'arrêt du Conseil d'Etat du 19 juillet 2011, la Ville n'a pas d'obligation de réaliser ce type de travaux.

Là où j'ai un problème dans l'exposé, dans ce que nous voterions de votre v?u, c'est : "prendre les dispositions logistiques nécessaires à l'instauration d'un accès". Je ne prendrai, la Mairie de Paris ne prendra aucune disposition logistique. En revanche, si vous souhaitez que le Maire de Paris écrive un courrier à la Région pour attirer son attention, au curé de l'église Sainte Elisabeth de Hongrie pour lui dire que nous y attachons une importance, bien sûr, mais ce ne sont pas des dispositions logistiques. Comment vous dire ? Je suis un peu mesquine, cela ne fait aucune doute, mais dans "dispositions logistiques", je ne peux pas m'empêcher d'entendre dispositions financières. Or, comme vous le précisez dans votre v?u, c'est une église conventuelle de l'Ordre de Malte, je ne crois pas que ce soit l'une des congrégations qui ait le moins d'argent en France, donc je pense qu'une participation?

Mme Marie-Laure HAREL. - Cela pourrait être possible.

Mme Véronique DUBARRY. - Tant mieux, j'en suis ravie, mais du coup votre v?u, en l'état, ne peut pas être voté.

En vertu de ce que je viens de vous expliquer, je vous demande de retirer votre v?u, et je vous assure que je ferai, y compris un courrier à la vice-présidente en charge des affaires des lycées au Conseil régional. Mais cela n'ira pas au-delà parce que, je le redis, ce n'est pas de notre responsabilité.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Merci, Madame DUBARRY. La parole est à M. Pierre AIDENBAUM.

M. Pierre AIDENBAUM. - Merci.

Deux choses, deux précisions par rapport à ce que vous venez de dire, qui est tout à fait exact, c'est que premièrement, jusqu'à présent, et j'en ai encore parlé avec l'abbé Snoëk il y a huit jours, le lycée de l'Abbé Grégoire ne voit pas d'un bon ?il qu'on l'ampute d'une partie de sa cour. Premier problème. C'est une petite partie, certes mais une partie.

Deuxièmement, je me suis de nouveau retourné vers les architectes des Bâtiments de France qui, il y a quelques années déjà, quand on leur avait fait cette demande, s'étaient opposés à toute modification de l'arrière du bâtiment.

Ce sont les deux précisions complémentaires que je voulais apporter. C'est en effet un vieux débat, dans la mesure où la pente pour monter à l'église, côté rue du Temple, est trop importante pour pouvoir faire une rampe d'accessibilité aux handicapés. Donc, il faudra que l'on tente de trouver une solution, mais ce n'est pas simple.

Merci.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Merci, Monsieur AIDENBAUM.

Je mets aux voix le v?u n° 3 G. Si vous ne le retirez pas, ce que j'ai compris, il y a un avis défavorable de l'Exécutif. Vous ne le retirez pas, nous sommes d'accord ?

Mme Marie-Laure HAREL. - Non, je ne le retire pas.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Je mets donc aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstention ?

La proposition de v?u est repoussée. Merci.