Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2012
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif à la relation entre l'Exécutif et l'APUR.

Débat/ Conseil général/ Décembre 2012


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous examinons à présent, en 1ère Commission, le projet de délibération DU 9 G relatif à l'attribution d'une subvention de 759.000 euros et d'un avenant à convention avec l?association "Atelier Parisien d'Urbanisme" (APUR), sur lequel le groupe U.M.P.P.A. a déposé la proposition de v?u référencée n° 1 G dans le fascicule.

Je donne la parole à M. Jérôme DUBUS.

M. Jérôme DUBUS. - Merci, Madame la Présidente.

Je m'étonne que Mme HIDALGO ne soit pas là ce soir, puisque ce v?u la concerne très directement.

Nous avons appris par voie de presse, dans le "Journal du Dimanche" du 2 décembre, que Mme HIDALGO avait un projet sur la Petite Ceinture.

C'était très bien, nous étions parfaitement contents. Simplement, ce projet a été élaboré par les services de l'APUR. En tant que membres du Conseil d'administration, avec Mme Claire de CLERMONT-TONNERRE, nous sommes deux représentants, nous n'avons à aucun moment eu communication de cette étude.

D'ailleurs, Mme HIDALGO s'exprimait en tant que Première Adjointe et en tant que candidate, je la cite. Le journaliste nous disant : "qu'il avait pu consulter un document jalousement conservé et en avant-première", je le cite également."

Depuis, d'ailleurs, nous avons reçu un certain nombre de mails, la lettre de l'APUR, etc. 48 heures après l'intervention de Mme HIDALGO dans la presse, nous avons reçu enfin cette étude que nous n'avions jamais eue auparavant. C'est une grande première à l'APUR car, d'habitude, les membres du Conseil d'administration reçoivent cette demande technique ou cette étude avant qu?elle ne paraisse dans la presse.

Bref, il a fallu, avec l'APUR, faire un coup politique et nous nous demandons, bien évidemment, puisque nous sommes à un an et demi des municipales, comment tout cela va se dérouler dans les mois qui viennent.

De deux choses l'une : - ou bien l'APUR et sa présidente respectent une certaine déontologie dans cette affaire et elle ne s'exprime qu'en tant que présidente de l'APUR ou qu?en tant que Première Adjointe. C'est une première possibilité. - ou bien, et c'est la possibilité que nous donnons à Mme HIDALGO, il serait mieux, si elle veut s?exprimer en tant que candidate, qu'elle ne s'exprime plus en tant que présidente de l'APUR et qu'elle s'exprime en tant que candidate, ce qui nécessite qu'elle démissionne purement et simplement de la présidence de l'APUR. Je note d'ailleurs qu'il y a une dizaine de jours, Mme HIDALGO a démissionné de la présidence de la S.P.L.A. Batignolles pour les mêmes prétextes, car elle nous a expliqué en Conseil d?administration de la S.P.L.A. Batignolles qu'elle devait démissionner pour ne pas confondre les genres. Pour l'APUR, dont elle est présidente et dont le rayonnement est bien supérieur à celui de la S.P.L.A. Batignolles, c'est exactement le même raisonnement.

C'est la raison pour laquelle nous demandons très clairement ce soir - j'ai déjà eu l'occasion de le demander par voie de presse - que Mme HIDALGO choisisse une bonne fois pour toutes : soit elle s'exprime en tant que Première Adjointe, soit elle s?exprime en tant que candidate, mais une bonne fois pour toutes, ne confondons pas les genres.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci. Pour répondre, je donne la parole à M. Pierre MANSAT.

M. Pierre MANSAT. - Je répondrai à M. DUBUS peut-être très directement. Je vais dire quelque chose qui va lui déplaire, mais ce v?u apparaît complètement déplacé, non seulement parce qu'il s'appuie sur un projet de délibération dont il n?a fait absolument pas écho, puisqu'il s'agissait de la subvention à l'APUR - mais cela peut arriver -, mais surtout parce qu'il introduit dans notre hémicycle des considérations politiciennes qui ne sont pas du tout à la hauteur des enjeux de l'APUR et des travaux qu?il mène de façon générale.

Monsieur DUBUS, c'est peut-être un peu une manie chez vous parce que ce n'est pas la première fois que vous demandez la démission d?Anne HIDALGO.

M. Jérôme DUBUS. - C?est la première fois.

M. Pierre MANSAT. - Non, ce n'est pas la première fois que vous essayez d'utiliser l'APUR, toujours avec cette hauteur de vue.

Vous accusez Mme Anne HIDALGO d'avoir gardé jalousement les résultats d'une étude menée par l'APUR. Pourtant, la réalisation de cette étude, tout d'abord, n'a jamais été un secret puisqu?elle appartient au programme initial de l'APUR dès 2011 et qu'elle a fait l'objet de nombreuses annonces, qu'elle a été rendue publique sous une forme de note de 8 pages en janvier 2012. Cette note a été adressée à l'ensemble des membres du Conseil d'administration de l'APUR, comme toutes les études de l'APUR. Par ailleurs, sur le fond, l'engagement autour de l'aménagement de la Petite Ceinture fait largement consensus parmi nous. Il a été évoqué au précédent Conseil de Paris. Mme HIDALGO a d'ailleurs fait adopter un v?u qui avait le numéro 97 bis lors de la séance des 12 et 13 novembre, qui portait sur la rénovation de la Petite Ceinture et sur l?ensemble du processus de concertation qui allait se mettre en place.

Ce v?u a été suivi d'une lettre de Mme Anne HIDALGO, de M. Julien BARGETON et de Mme Fabienne GIBOUDEAUX aux maires d'arrondissement, leur détaillant le mécanisme en cours et les processus à suivre pour l'élaboration de la concertation autour de la Petite Ceinture, qui se traduira par une journée de restitution le 14 février 2013. C'est ma première remarque.

La deuxième remarque, Mme Anne HIDALGO l'avait rappelé à cette occasion à notre Conseil, les projets d'aménagement dans le 16e arrondissement qui sont achevés et les projets dans le 15e qui sont en cours dédient ce lieu à la promenade, à la respiration, à la déambulation et préservent en même temps le patrimoine unique qui est cette Petite Ceinture, cette réalisation que nous menons en bonne intelligence avec la mairie du 15e arrondissement. Aujourd'hui, Monsieur DUBUS, si l'U.M.P. souhaite nous faire part de sa vision de Paris, qu'elle le fasse, elle a tout à fait la possibilité et je dirais même que les électeurs sont tout à fait attentifs, de façon générale, à ce que pourrait être cette vision de Paris de l'U.M.P. En ce qui concerne la Petite Ceinture, vous serez le bienvenu parmi l?organisation de la concertation qui est en cours d'être réalisée actuellement et vous serez bien entendu invité à participer à cette occasion.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur MANSAT. Je donne la parole à M. GAREL pour une explication de vote.

M. Sylvain GAREL. - Merci, Madame la Présidente.

Nous ne voterons pas ce v?u. Cela étant, la première partie de ce qui est écrit rappelle à l'Exécutif que les moyens de la Ville de Paris ne peuvent être utilisés que dans le cadre de l?exercice de leur mandat et de leur fonction, cela me semble une bonne règle qui devrait être respectée, y compris par tous les maires d'arrondissement, de gauche comme de droite et par la Mairie de Paris et les candidats qui peuvent s'autodéclarer candidats.

Parce que, effectivement, nous aussi avons été choqués dans cette interview de l'introduction où Mme Anne HIDALGO parlait à la fois en tant que première adjointe et en tant que candidate. On doit s'exprimer soit en tant que candidat soit en tant que premier adjoint, mais on ne peut pas s?exprimer en tant que les deux ; c'est compliqué, sinon.

Merci.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci.

On va passer au vote.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DU 9 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2012, DU 9 G). Merci.