Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif à la fermeture des agences de proximité et des agences spécifiques de Pôle emploi. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2013


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Maintenant, nous passons à l'examen des v?ux référencés nos 11 et 11 bis dans le fascicule, déposés par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et l'Exécutif, relatifs à la fermeture des agences de proximité et des agences spécifiques de Pôle Emploi. La parole est à M. Ian BROSSAT.

M. Ian BROSSAT. - Merci, Monsieur le Maire. Nous le savons tous, nous vivons dans une période qui est très fortement marquée par l'explosion du chômage, en particulier dans les quartiers les plus populaires de notre ville, et dans le même temps, malheureusement, les projets de fermeture des agences de proximité et des agences spécifiques de Pôle Emploi à Paris se poursuivent. Il nous paraît nécessaire, à la suite, notamment, d'une interpellation des personnels de Pôle Emploi, de continuer à se battre pour maintenir des agences de proximité, pour faire en sorte que les chômeurs, les demandeurs d'emploi, qui ont besoin d'être aidés, d'être soutenus dans leur démarche, puissent continuer à l'être. C'est la raison pour laquelle nous présentons ce v?u, qui vise à ce que nous nous adressions ensemble au Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle, afin qu?il renonce au projet de fermeture des agences parisiennes de Pôle Emploi.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur SAUTTER, vous avez la parole.

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Monsieur le Maire, Monsieur le Président BROSSAT, Pôle Emploi est un service public de toute première importance à Paris et en France, et au nom de l'Exécutif parisien, je partage une grande partie de votre inquiétude, notamment à la perspective que l'on passe de 60 agences à Paris à 27 agences, pour partie par fusion entre les anciennes agences de l'A.N.P.E. et celles des ASSEDIC, mais aussi par regroupement d'agences de l'A.N.P.E.

Il y a là une vraie difficulté, d'autant que le chômage augmente - il augmente moins à Paris qu'ailleurs, mais il augmente quand même -, et nous savons tous que plus les chômeurs sont accompagnés par un suivi sur mesure et plus ils ont une meilleure chance de retrouver un emploi.

Je rappelle que grâce à l'action des services départementaux de la Ville et de grandes associations comme le P.L.I.E., près de 40.000 chômeurs ont retrouvé en 2011 la route de l'emploi.

Il est donc tout à fait paradoxal qu'au moment où la majorité a changé, que le souci du chômage est plus important, ce programme de fermeture continue à se poursuivre, d'autant que, comme vous l'expliquez dans votre v?u, la nouvelle organisation du travail est particulièrement éprouvante pour les agents de Pôle Emploi qui doivent suivre un nombre de plus en plus important de demandeurs d'emploi, et chaque demandeur d'emploi, je le répète, mérite un suivi sur mesure.

Sur les considérants, je n'ai pas de difficulté particulière, Monsieur BROSSAT, avec votre exposé. Si l'Exécutif a déposé un v?u, reprenant vos considérants, nous avons cherché à détailler ce qu'il serait possible de demander, si le Conseil de Paris en est d'accord, au Directeur général de Pôle Emploi, cinq choses, cinq points importants.

Premièrement, améliorer la qualité de l?accompagnement des demandeurs d'emploi dans les agences, notamment en matière d'accueil des usagers, et ceux-ci se plaignent fréquemment.

Deuxièmement, maintenir des agences de proximité à Paris, particulièrement dans les arrondissements où le taux de chômage est le plus élevé ; je voyais le maire du 18e arrondissement me faire des signes en la matière.

Troisièmement, améliorer la qualité des conditions de travail des agents de Pôle Emploi dans les nouvelles agences.

Quatrièmement, veiller à la qualité de l'accompagnement de l'ensemble des demandeurs d'emplois parisiens, quelle que soit l'estimation de leur distance à l'emploi - concept un peu bizarre !

Cinquièmement, et c'est un point important que je reprends d'ailleurs de votre v?u, c'est de demander au directeur général de Pôle Emploi qu'il nous dise, sur les 2.000 embauches en C.D.I. qui ont été annoncées l'an dernier, combien seront affectées sur Paris, car il ne faudrait pas que notre capitale soit moins bien traitée que d'autres.

Je vous propose, Monsieur BROSSAT, de conserver vos considérants, de substituer la démarche de l'Exécutif, qui est à mon avis plus détaillée et plus concrète que ce que vous proposez, et donc, je vous suggère de retirer votre v?u au profit du v?u de l'Exécutif, sachant que nous aurons l'occasion - Lyne COHEN-SOLAL y a fait allusion -, dans le prochain comité parisien pour l'emploi, de revenir sur toutes ces questions, et en particulier sur le dossier Virgin dont nous parlions tout à l'heure.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Christian SAUTTER.

Qu'il soit clair que le v?u n° 11 bis est largement inspiré du v?u n° 11.

Deuxièmement, je vous mandate pour être très combatif sur ce sujet. Honnêtement, les emplois de Pôle Emploi m'importent un peu plus que des départs à la retraite non remplacés de la Banque de France. Je n'avais pas fait le lien entre les deux. Il se trouve que cela tombe bien. Côté Pôle Emploi, au moment où nous sommes? donc bravo pour ce v?u n° 11 bis inspiré du v?u n° 11, mais comptez sur moi pour être combatif comme sur Virgin.

Là, en plus, c'est Pôle Emploi, c'est le service public de l'emploi. Je ne sais pas si c'est un hasard que les hochements de tête de certains élus soient partagés, mais tel est mon état d'esprit.

Vous retirez, je pense, le v?u n° 11, et M. GIANNESINI m'a demandé une explication de vote sur le v?u n° 11 bis puisqu'il ne reste que le v?u n° 11 bis.

M. Jean-Jacques GIANNESINI. - Oui, Monsieur le Maire, merci.

Nous voterons naturellement ce v?u n° 11 bis dans la mesure où - ce que vous venez de dire effectivement - les emplois de Pôle Emploi sont très importants.

Et puis d'autant plus que depuis l'arrivée de M. HOLLANDE, il y a 1.000 chômeurs de plus par jour, et ce n'est pas du tout en fermant les agences, une par une, que nous arriverons à mieux accueillir, à mieux accompagner et à mieux conseiller les chômeurs qui arrivent chaque jour. Merci.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Merci, Monsieur, mais franchement, sur le chômage, j'invite tout le monde à l'humilité.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de v?u est adopté à l'unanimité. (2013, V. 8).