Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe U.M.P.P.A. relatif aux troubles de voie publique dans le 3e arrondissement.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2013


 

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Nous abordons maintenant le v?u référencé n° 39 dans le fascicule, déposé par le groupe U.M.P.P.A., relatif aux troubles de voie publique dans le 3e arrondissement. La parole est à Mme Marie-Laure HAREL, pour une minute.

Mme Marie-Laure HAREL. - Merci beaucoup.

Je présente donc un v?u demandant à M. le Préfet de police d'intervenir face à la présence de Roms dans le 3e arrondissement. J'espère que la partie gauche de cet hémicycle ne va pas une fois de plus se mettre à hurler au seul mot de Rom ou de mendicité car nous ne sommes pas moins sensibles que vous de ce côté-ci : il y a simplement des problèmes qu?il faut avoir le courage de traiter.

Rester inactif face à un tel phénomène, ce n?est pas rendre service aux riverains qui pâtissent de nombreuses nuisances dans ce quartier et dans d'autres ailleurs à Paris, et ce n'est pas non plus rendre service aux enfants exploités et victime de ces systèmes. Je ne pense pas que vous jugiez la politique de Manuel VALLS particulièrement atroce ou barbare.

Donc, je ne demande rien d?autre que ce qu?elle soit appliquée par M. le Préfet de police dans le 3e arrondissement. Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Madame. Pour vous répondre, la parole est à Mme EL KHOMRI.

Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Avant de passer la parole à M. le Préfet de police, je voudrais dire à Madame que l'on n'a absolument jamais occulté les problématiques autour de cette question. Nous avons aussi beaucoup parlé de filières, de victimes de traite, d?enfants qui étaient à la fois auteurs d'actes de délinquance et victimes de réseaux, et je crois qu?il serait intéressant et important, justement, de prendre un peu de hauteur.

D'ailleurs, sans vouloir occulter la situation qui existe dans le 3e arrondissement, puisque M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement, y est tout à fait sensible et nous en parle, je pense que si votre v?u avait été porté par la conseillère U.M.P. du 3e arrondissement, vous auriez pu avoir des premiers éléments de réponse, notamment dans cette instance-là, mais passons.

Sachez que depuis sa prise de fonction, M. le Préfet de police a fait de la lutte contre les réseaux qui exploitent des victimes, des femmes et des mineurs, l?une de ses priorités.

C'était, d'ailleurs, l'un des thèmes majeurs de nos différentes rencontres, et je peux vous dire que l'action qui est menée dans le 3e arrondissement s'inscrit pleinement dans le cadre de la politique conduite par le Gouvernement ; n'ayez aucune crainte.

Mais au-delà du travail policier pour lutter contre les réseaux, la réponse à cette problématique réside aussi dans notre capacité, à l'échelle locale et européenne, à trouver des réponses judiciaires et éducatives pour les mineurs victimes de ces réseaux.

C'est pour cela que, bien évidemment, je vous invite à retirer votre v?u après la réponse de M. le Préfet de police ou j'appelle à voter défavorablement, parce que je pense que la question et l?élucidation des différentes affaires autour de cette question, le nombre de réseaux qui ont pu être démantelés, ne relèvent pas que d'une action policière, mais également d?une action éducative et d?une action judiciaire. Tant que nous ne serons pas en capacité, à l'échelle européenne, de mettre à l'abri ces mineurs, nous serons toujours dans la même difficulté.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci beaucoup. La parole est maintenant au Représentant de M. le Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Merci, Monsieur le Maire.

Madame la conseillère, les troubles de voie publique engendrés, effectivement, par des groupes de personnes dans le 3e arrondissement font l'objet de toute notre attention, et vous comprendrez donc que je récuse la qualification d?inactivité que vous avez employée, dans une triple logique et conformément, exactement, aux instructions définies par le Ministre de l'Intérieur.

En premier lieu, la Préfecture ?uvre activement pour prévenir l'installation de tout campement ou de toute installation durable. Je crois, d'ailleurs, qu'aucune installation de ce type n'est enregistrée sur l'arrondissement et je note que les familles qui, un temps, avaient retenu notre attention place de la République notamment, sont retournées en Roumanie, suite à l'action conjointe d'un certain nombre de partenaires.

Les regroupements qui sont effectivement constatés boulevard Beaumarchais ou rue du Temple donnent lieu à une action régulière des effectifs du commissariat, en lien également avec les services sociaux, mais également les associations en charge de secours aux sans-abris.

Je note également qu'une méthodologie d'action conjointe entre services de police, services sociaux, associations, a récemment été affinée, définie, avec les quatre maires d'arrondissement concernés par le secteur de la Bastille.

En second lieu, les services de police poursuivent une action de voie publique de nature à prévenir toute infraction ; j'ai déjà eu ici l'occasion à plusieurs reprises de définir et d'indiquer que cette action était une priorité, avec l'appui également de policiers roumains, vous le savez.

Enfin, je vous rejoins pleinement lorsque vous mentionnez la présence de réseaux mafieux, structurés, qui exploitent la vulnérabilité des plus fragiles, notamment des enfants. Depuis le mois de septembre, ce sont quatre réseaux, puisqu?un quatrième a été démantelé il y a une quinzaine de jours, qui ont fait l?objet d?une action policière et judiciaire. Vous le voyez, l'efficacité et l'action des services de police sont conditionnées, en la matière, à une action partenariale avec l'ensemble de ses partenaires, et ce cadre d'action en commun, partenarial, a récemment été renforcé sur le secteur de la Bastille pour que nous ayons tous ensemble et collectivement plus d?efficacité dans la prise en compte des phénomènes que vous avez décrits.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci.

A la lumière des explications qui ont été données, le v?u est-il maintenu ou retiré ?

M. le Maire du 3e arrondissement avait souhaité s?exprimer ; je lui donne bien volonté la parole et je reposerai ma question à Mme HAREL après.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Rien sur le fond ; je remercie M. le Préfet et Mme l'adjointe de leur réponse, qui vont tout à fait dans le même sens et qui ont rappelé tout ce qui est fait dans ce domaine.

Je voulais simplement m'étonner, Madame la conseillère, élue du 16e arrondissement, de votre intérêt régulier, Conseil après Conseil, pour le 3e arrondissement, mais je vous signale deux choses simplement : il y a une élue U.M.P. dans le 3e arrondissement, elle ne pose pas les questions que vous posez en Conseil de Paris ; peut-être souhaiteriez-vous que j?intervienne pour un rapprochement entre vous et elle, de manière à ce que vous vous coordonniez ; c'est la première chose. Deuxièmement, je vous rappelle que tous les Conseils d'arrondissement dans le 3e - je sais que ce n'est pas comme cela dans le 16e - sont ouverts au public et que le public peut interroger le maire ou les élus de l?arrondissement. Je vous invite également à venir à nos Conseils d'arrondissement pour interroger le maire qui vous répondra. Je vous remercie.

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

De toute façon, j'avais bien l?intention de demander à Mme HAREL si elle maintenait le v?u ou si elle le retirait ; vous avez la parole, Madame.

Mme Marie-Laure HAREL. - Je compte bien évidemment maintenir mon v?u, je constate juste, en tout cas, qu'il visait à demander l'application de la politique du Ministre de l'Intérieur, rien de plus, et qu'il reçoit l'avis défavorable de l'Exécutif dans cette Assemblée.

Monsieur AIDENBAUM, je suis, en tout cas, ravie de constater de mon côté qu'au fur et à mesure des Conseils, vous défendez de plus en plus notre conseillère du 3e, donc, je constate, en tout cas, que de votre côté, le rapprochement entre l?U.M.P. et la gauche dans le 3e arrondissement est bien effectif. Cela me fait plaisir !

M. Bernard GAUDILLÈRE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe U.M.P.P.A., assortie d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est repoussée.