Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DGRI 6 - DPE 10 - Subvention (50.601 euros) et convention avec l'association pour le développement médical et aide humanitaire au Cambodge (69470 GENAS), pour le projet d'approvisionnement en eau potable de la commune rurale de Baray au Cambodge.

Débat/ Conseil municipal/ Février 2013


 

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Nous examinons à présent le projet de délibération DGRI 6 - DPE 10 relatif à l'attribution d'une subvention de 50.601 euros et convention avec l'association pour le développement médical et l?aide humanitaire au Cambodge, qui nous vient de la commune de Genas pour le projet d'approvisionnement en eau potable de la commune rurale de Baray, au Cambodge. La parole est à M. Patrick KLUGMAN.

M. Patrick KLUGMAN. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, je suis très heureux d'attirer votre attention sur un projet de délibération relatif à l'attribution d'une subvention à l'association pour le développement médical et l?aide humanitaire au Cambodge.

Il s'agit d?une subvention qui porte sur un projet d'approvisionnement en eau potable, auquel la Ville de Paris contribuera, vous l'avez dit, Monsieur le Maire, à hauteur de 50.600 euros en 2013, 2014 et 2015.

Le projet qu?il nous est proposé de soutenir concerne un accès à l'eau potable dans le village de Baray, village de 8.000 habitants situé à 55 kilomètres de Phnom Penh, dans une zone inondable de la plaine basse du Mékong. La population de Baray est contrainte de marcher plusieurs heures pour puiser l'eau du Mékong, elle-même très polluée. Il est donc fréquent que les habitants de ce village souffrent de maladies liées à cette pollution, qui sont difficilement soignées. Le projet proposé est une réplique d?une opération déjà menée en 2009 par cette association dans une commune rurale voisine. Il prévoit la construction d'une station de production d'eau et d?un réseau de distribution jusqu'au domicile des habitants, ainsi que l'implantation de deux bornes fontaines dans le village, trois groupes de toilettes seront installés dans les espaces publics du village et 50 latrines familiales sèches et humides seront réalisées. Une campagne de sensibilisation sur l'hygiène élémentaire destinée à la population sera, en outre, assurée par le président de l'association, docteur en médecine.

Voilà pour l'essentiel de ce projet de délibération qui me semble exemplaire et tout à fait représentatif du travail remarquable mené par l'immense Pierre SCHAPIRA, avec Anne LE STRAT. C'est pourquoi je voudrais que Pierre SCHAPIRA puisse nous en dire un peu plus, à la fois sur l'action de la Ville dans cette zone et, au-delà, dans le partenariat mené avec cette association. Je vous remercie.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur KLUGMAN. La parole est à l'immense Pierre SCHAPIRA, qui a, entre autres, le mérite d'être un peu Algérien?

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint. - Je ne peux que répondre à l?avocat international, Maître KLUGMAN.

Je vous remercie des éloges qui sont faits, mais je ne suis pas le seul, nous travaillons avec Anne LE STRAT, puisque vous savez que nous sommes dans un dispositif qui s'appelle la loi Oudin, où nous ponctionnons un centime par mètre cube d'eau, théoriquement, sur la facture des usagers, et la Ville peut lever à peu près un million d'euros dédiés à la solidarité internationale. Vous avez décrit ce qui se passe à Baray, mais je voudrais surtout vous dire que ce projet vise à prévenir les maladies transmissibles par l'eau polluée, ce que vous avez dit, évidemment, sensibiliser les villageois à l'hygiène de l'eau, aux problèmes d'assainissement et à la notion du coût de l'eau. Nous sommes donc pleinement dans le respect des objectifs du millénaire, puisque vous savez qu'il y a huit objectifs du millénaire, l?eau en est un, mais, en même temps, cela touche l'objectif du millénaire sur le genre, sur la santé maternelle, sur le combat contre le paludisme et l'environnement humain et durable. L'approche socioculturelle des projets d'accès à l'eau et à l'assainissement est extrêmement importante, car de son inclusion ou non dans les projets dépend leur adéquation réelle aux besoins des populations, et donc leur pérennité et l'efficacité. C'est pourquoi ce projet porté par une association de migrants? C'est une association de migrants ici en France, qui fait beaucoup de co-développement, connaît bien cette zone, avec laquelle nous avons entrepris ce partenariat. Ce projet est également aidé par le fonds Eau du Grand Lyon et reçoit le soutien technique d'une O.N.G. locale et du Gret.

Là, nous sommes dans un partenariat pluri-acteurs, ce qui nous est demandé au niveau européen et par le Gouvernement français, par le Ministre du Développement.

Je rappelle, par ailleurs, que nous avons des relations avec Phnom Penh historiques, depuis plus de 30 ans, notamment en matière d'accès à l'eau potable et à l'assainissement. Nous finançons un programme de branchement au réseau de distribution pour les familles les plus pauvres. C'est un travail que nous faisons.

J'ajoute, et je terminerai sur ce point, que de plus, nous sommes actuellement dans un projet de formation des égoutiers de Phnom Penh, une mission d'évaluation a eu lieu en 2012 et la Ville va recevoir une délégation de Phnom Penh cette année pour une séquence de formation pour les égoutiers. Voilà, Monsieur le Maire.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DGRI 6 - DPE 10.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2013, DGRI 6 - DPE 10).