Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DPE 8 - Subvention (135.000 euros) et convention avec l'association Coup de Main, pour la création d'une recyclerie (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 2013


 

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Nous allons à présent examiner le projet de délibération DPE 8 relatif à l'attribution d'une subvention de 135.000 euros et d'une convention avec l'association Coup de Main pour la création d'une recyclerie dans le 20e arrondissement, sur lequel l'amendement n° 32 a été déposé par les groupes Communiste et élus du Parti de Gauche et E.E.L.V.A. La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Merci, Monsieur le Maire, je vais essayer de parler un peu plus fort, car on vous entendait peu.

Ce projet de délibération est important, nous allons accorder 135.000 euros à l'association Coup de Main pour la création d'une recyclerie/ressourcerie.

Pour rappel, ce projet se veut être une réponse parmi d'autres, bien sûr, à la question des marchés, dits à la sauvette ou nommés marchés sauvages ou encore - et je préfère - marchés des biffins.

Nous avons déjà eu nombre d'occasions de débattre de ce sujet. Je tiens à vous signaler que, enfin, l'étude de l'association Aurore a été rendue publique. Elle est très instructive et je vous invite vraiment tous à la lire attentivement.

Elle confirme par exemple que 94 % des biffins vendent à Paris et non sur les différents endroits de la région Ile-de-France.

Elle confirme également que, dans les marchés sauvages, la présence des biffins représente bien 80 % des vendeurs. En d'autres termes, les activités illicites de recel, par exemple, sont très minoritaires.

Je dois rappeler que, en Conseil d'arrondissement du 20e, nous avons déjà eu fréquemment des débats assez houleux sur le sujet, la maire du 20e arrondissement nous rappelant souvent qu'il y aurait de vrais et de faux biffins, les vrais biffins seraient ceux qui, par complément de leurs revenus, revendraient des objets usagers collectés et, dans le 20e, nous aurions affaire à de faux biffins parce que sans papiers, parce qu?exclus du marché du travail, parce que Roms. Je tiens à signaler ici qu'il n'y a pas de vrais ou faux biffins, qu?il n?y a pas de vrais ou faux pauvres. Il y a des personnes qui, face à la crise, se trouvent contraintes, pour survivre, de revendre les objets qu'ils ont chinés.

Alors, je tiens à travers ce projet de délibération à déplorer cependant qu?il n'y ait pas eu à ma connaissance de réunion de travail à la suite de cette étude de l'association Aurore, mais il me semble qu'il est encore temps.

Concernant le projet de recyclerie/ressourcerie, comment allons-nous prendre en compte toutes les analyses de cette étude ?

D?autre part, nous avions voté et accordé 34.000 euros pour l'établissement d'un diagnostic social préalable au développement du projet de recyclerie/ressourcerie.

A ma connaissance, ce diagnostic social n'a pas encore été rendu public et je trouve cela dommage, mais peut-être a-t-il été rendu public et je n'en ai point eu connaissance, mais vous me reconfirmerez.

Il me semble important que, avant de voter 134.000 euros pour avancer dans la concrétisation de ce projet qui, déjà, s?est bien développé, ce diagnostic social puisse faire l'objet d'un débat public entre nous, pour pouvoir affiner les mises en ?uvre du projet de recyclerie/ressourcerie.

Maintenant, sur le fond du projet, nous allons permettre aux Parisiens de pouvoir déposer leurs objets, leurs vieux objets qu'ils n'utilisent plus. Nous allons donc inciter ainsi au recyclage et à une conscientisation sur nos déchets, sur la nécessité de leur donner une deuxième vie. Il me semble, en termes de transmission de la conscience écologique, qu'il s'agit d'un aspect très important de ce projet. Nous allons également permettre de revaloriser ces objets, en permettant notamment leur revente, une fois transformés.

Mais, en l'état, le projet de délibération, selon nous, donne une place trop peu importante aux biffins, puisque la seule place qui leur est accordée est celle autour des emplois d'insertion.

Je tiens à préciser que ces contrats seront environ de 800 euros par mois, soit en dessous du seuil de pauvreté. Ils ne seront qu'au nombre de 12. Alors, bien sûr, nous allons avoir plusieurs personnes qui vont passer les unes à la suite des autres sur ces contrats d'insertion, mais nous sommes quand même sur un volume très dérisoire en termes d'impact sur le nombre bien plus conséquent d?hommes et de femmes qui survivent sur les marchés à la sauvette.

Nous avions voté au Conseil de Paris du mois de novembre un v?u dans lequel nous nous engagions notamment (il y avait eu un v?u de l'Exécutif en réponse au v?u du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche), à ce que l'actuel projet de recyclerie expérimentale du quartier de la porte de Montreuil intègre un espace de vente directe, afin de permettre aux vendeurs à la sauvette et aux acheteurs d'y développer leurs activités en toute légalité, en lien notamment avec les associations "Amélior" et "Sauve qui peut les biffins", qui sont à notre connaissance les deux seules associations, pour l'instant, qui permettent aux biffins de s'organiser.

Donc, nous souhaiterions que ce projet de délibération intègre ce v?u de l'Exécutif et c'est dans ce sens que nous présentons un v?u au nom du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche et du groupe E.E.L.V.A. et que je présente avec ma collègue Fabienne GIBOUDEAUX, afin justement d'aller dans ce sens, car il nous semble nécessaire de ne pas limiter la présence des biffins dans ce projet aux seuls 12 contrats aidés.

D'ailleurs, nous devrions être beaucoup plus innovants et essayer de construire avec eux plutôt un mode coopératif, comme il se développe notamment au Brésil sur ces questions des Biffe Converters et des recycleries.

Nous souhaiterons donc que soit intégré dans ce projet de délibération le v?u qui avait été adopté.

"Insérer professionnellement une population précarisée vivant de la vente à la sauvette." A la suite de cela, ajouter : "Expérimenter avec elle un espace de vente directe, soit par le prêt d'un espace de vente dans la boutique soit par la rémunération des objets apportés à la recyclerie." Je vous remercie.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Madame SIMONNET, vous avez dépassé un peu votre temps. Il faudra brider votre verve, à l'avenir.

La parole est à Mme Olga TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe. - Monsieur le Maire, mes chers collègues.

Madame SIMONNET, merci de mettre une nouvelle fois en lumière l'expérimentation de recyclerie/ressourcerie qui est portée par l'association Emmaüs Coup de Main, qui vise l'insertion des vendeurs à la sauvette de la porte de Montreuil, notamment les Roms.

Je ne reviendrai pas longtemps sur ce projet que nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer à de nombreuses reprises, avec Frédérique CALANDRA, projet sur lequel la maire du 20e arrondissement est particulièrement investie.

Alors, grâce à l'obtention du permis de construire pour l'aménagement de la zone d'apports volontaires, les travaux vont pouvoir rapidement débuter afin que l'espace soit ouvert aux Parisiens dès ce printemps.

Parallèlement, nous continuons à accompagner l'association Coup de Main dans sa recherche d'un entrepôt pour stocker et recycler les objets récupérés.

Madame SIMONNET, par rapport à l'espace de vente de la rue Saint-Blaise, nous avons souhaité qu'il puisse effectivement être largement ouvert à la diversité des vendeurs à la sauvette, notamment les Roms et en y intégrant un espace de vente directe.

A ce sujet, je voulais vous dire que nous sommes très satisfaits de la publication toute récente d'une instruction du Ministre du Travail aux services déconcentrés de l'Etat, visant à faciliter l'accès aux contrats aidés des Roumains et des Bulgares, sans attendre la levée des mesures transitoires fin 2013.

Un certain nombre de Roms pourront ainsi bénéficier des contrats aidés, mobilisés par "Coup de Main", ce qui permettra de lever ce frein à l'insertion qu'est la restriction de l'accès à l'emploi.

Par rapport au budget de 34.000 euros que vous avez évoqué pour les familles roms présentes dans les campements, que ce soit porte de la Chapelle, à la Z.A.C. "Claude Bernard", à Bastille, et les familles Roms place de la Bastille, quai de la Rapée, place des Vosges, nous avons deux mesures d'accompagnement des familles du quartier Bastille, qui sont prises en charge à la fois à l'hôtel et dans trois logements, dans le 12e et le 15e arrondissement, un accompagnement de la P.M.I. et aussi de soutien à la scolarisation. Pour terminer et par rapport à votre proposition d'amendement, dans la mesure où il vise à améliorer l'insertion professionnelle et les conditions de vie des vendeurs à la sauvette, je donne un avis favorable. Voilà ce que je voulais vous proposer et vous inviter à voter ce projet de délibération.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition d'amendement n° 32 déposée par les groupes Communiste et élus du Parti de Gauche et E.E.L.V.A., assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition d'amendement n° 32 est adoptée.

Je mets maintenant aux voix, à main levée, le projet de délibération DPE 8 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2013, DPE 8).