Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DAC 41 - Signature d'un avenant à convention avec la SARL La Manufacture (11e) pour l'attribution d'une subvention au Théâtre de la Bastille. Montant : 355.000 euros.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2010


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DAC 41 relatif à la signature d'un avenant à la convention avec la SARL La manufacture dans le 11e arrondissement pour l'attribution d'une subvention de 355.000 euros au Théâtre de la Bastille.

Je donne la parole à Mme TAÏEB, pour cinq minutes.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, de la même façon dont je veux me féliciter de la subvention de 355.000 euros au Théâtre de la Bastille, situé dans le 11e arrondissement, j'aurais pu me féliciter de la délibération qui concerne la subvention allouée aux Athévains dans le 4e arrondissement ou encore au "Paris Mouff?Théâtre" dans le 5e arrondissement, et plus largement de la véritable politique de soutien au Théâtre, menée par notre Municipalité et conduite par notre excellent collègue Christophe GIRARD.

Car les temps sont durs du côté des théâtres parisiens. Après une année 2009 morose, avec quelques 300.000 spectateurs de moins qu'en 2008, soit une baisse de 9,5 %, le secteur théâtral subit aussi la crise économique.

Longtemps le théâtre de la Bastille a dû faire face à des difficultés financières liées notamment à l?emprunt contracté pour des travaux de rénovation en 2003 et aux recettes de billetterie limitées en raison de sa faible jauge. Ce qui est le cas de nombreux théâtres parisiens qui optent d'ailleurs, depuis quelque temps, pour un spectacle à 19 heures suivi d'un second à 21 heures.

Certains cumulent petite jauge et autres infortunes. Pierre SANTINI, du théâtre Mouffetard, que j'ai rencontré l'an dernier, n'a d'autre solution, par exemple, que d'arrêter sa programmation en juillet et en août car on étouffe littéralement dans la salle.

A l'inverse, certains sont mieux dotés, comme le Rond-Point, magnifique théâtre subventionné par la Ville et l?État et dirigé, qui plus est, par Jean-Michel RIBES qui, j?ai envie de dire, mérite notre Molière pour son dynamisme et son talent au service de l'art dramatique d'aujourd'hui.

Quant à la cinquantaine de théâtres privés à Paris, ce qui est encore un autre sujet, on y prend forcément plus de risques et je me félicite de l'intérêt qui est prêté à cette catégorie de théâtres, même si cette notion de frontière théâtre public/privé me gêne souvent, car il s?agit, dans les premiers comme dans les seconds, de création, d?expression et d?art dramatique tout simplement.

On s'intéresse en tout cas visiblement davantage à ces théâtres. Le Ministère de la Culture, la Ville de Paris et l?A.S.T.P. se sont engagés à leurs côtés avec deux nouvelles conventions triennales qui portent sur la période 2009-2011, et notamment la convention travaux qui précise les conditions dans lesquelles le Ministère de la Culture et la Ville de Paris contribuent au financement de travaux visant à la sauvegarde du patrimoine des théâtres, avec l'accent mis sur les travaux de sécurité et des études d'accessibilité aux personnes porteuses de handicap, un premier pas en attendant la mise en accessibilité efficiente et concrète.

Faisons en sorte que les théâtres et autres lieux de création et d'expression restent une exception parisienne et restons de vigilants partenaires, afin d'éviter que des théâtres en souffrance financière ne soient vendus ou transformés en bureaux, banques ou autres commerces.

Enfin, pour conclure sur le théâtre de la Bastille, qui a connu de réelles difficultés financières, nous espérons que cette importante subvention permettra à ce théâtre de continuer à offrir une programmation de qualité et rester un des lieux phares de la création à Paris.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Pour répondre, la parole est à M. Christophe GIRARD.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Je remercie à mon tour l'excellente conseillère de Paris, Karen TAÏEB, solidaire et très constructive, toujours, pour son intervention.

En effet, le théâtre de la Bastille, dirigé par Jean-Marie HORDÉ, est une sorte de théâtre privé et non un théâtre municipal ou d'État, mais qui reçoit des subventions de la Ville et de l'État. Jean-Marie HORDÉ est à la tête de ce théâtre depuis 21 ans. Il fait partie des théâtres de taille intermédiaire, comme le théâtre de la Cité internationale, le Monfort ou le théâtre Paris-Villette, qui mènent, en effet, une politique artistique audacieuse, en prenant des risques de programmation et en proposant de vraies conditions d'accueil aux compagnies ; c'est un point très important pour nous que les artistes, les compagnies, soient accueillis dans de bonnes conditions à Paris.

Nous avons renforcé notre soutien à ces lieux d'exigence et d'innovation l'année dernière. Malgré un contexte budgétaire serré et difficile, nous avons continué à leur accorder un effort particulier cette année, afin de leur redonner une marge artistique plus confortable.

Il faut savoir que l'offre théâtrale a explosé à Paris ces 40 dernières années. Le nombre de salles a doublé, il y a une sorte d'inflation du nombre de salles, et le nombre de spectacles a été multiplié par cinq, avec une moyenne de 300 spectacles par semaine. La majorité de ces salles sont des théâtres privés de petite jauge, 40 ou 50 places, non subventionnés, qui trouvent leur équilibre financier en accueillant les compagnies dans des conditions précaires et en fonctionnant à la location.

Pour remédier à cette situation inquiétante et devant cette inflation, nous devons maintenir notre soutien aux théâtres qui garantissent des conditions d?accueil décentes aux artistes et, parmi eux, renforcer notre soutien aux théâtres qui soutiennent les compagnies en production et permettent l'émergence de projets artistiques innovants. C'est, en effet, la mission de "Paris Ville d'artistes".

La politique théâtrale de la Ville de Paris se décline en plusieurs aides et dispositifs :

- le soutien aux huit théâtres municipaux, c'est-à-dire ceux financés exclusivement par la Ville, le Théâtre de la Ville, la Maison de la poésie, le Monfort, le Paris-Villette, le Mouffetard, le Théâtre 13, le Théâtre 14 Jean-Marie Serreau et le 20e Théâtre ;

- l'aide aux principaux lieux de création et de diffusion cofinancés avec l'Etat comme le théâtre du Rond-Point, le théâtre de la Bastille, l'Etoile du Nord, le théâtre de la Marionnette, les Athévains, cités par Karen TAÏEB, le théâtre de la Cité internationale, l'International Visual Theatre d?Emmanuelle LABORIT, le théâtre Ouvert, le théâtre Dunois, le Tarmac et la liste est encore plus longue que cela ;

- l'aide aux petites et moyennes salles : la Comédie italienne, rue de la Gaîté, dans le 14e arrondissement de M. CHERKI, le théâtre de l'Opprimé, l'Atelier du plateau, le Grand parquet, cher à Mme FOURNIER ;

- l'aide aux théâtres privés, évoquée par l?excellente Karen TAÏEB, via le soutien à l?A.S.T.P. (Association de soutien aux théâtres privés), ce sont 57 théâtres privés parisiens membres de l?A.S.T.P. qui sont ainsi soutenus par la Ville ;

- l'aide aux festivals, principalement le Festival d'automne et "Paris quartier d'été", mais également plusieurs festivals de proximité comme les Arènes de Montmartre, la compagnie Mystère Bouffe, du Rififi aux Batignolles, Escapade ;

- l'aide aux centres de ressources comme Cassandre, Aneth et SKITe ;

- les aides directes aux compagnies ; il s'agit d?aides à la diffusion attribuées sur la base du respect d'un certain nombre de critères : nombre de représentations, conditions d'accueil des artistes.

Au total, c'est un budget de 25,6 millions d?euros qui est consacré, en 2010, à la politique théâtrale.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 41.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DAC 41).