Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés contre le démantèlement de l'Hôtel de la Garantie situé 14, rue Perrée.

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2010


 

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous allons passer maintenant à l'examen du v?u référencé n° 71 dans le fascicule, déposé par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, contre le démantèlement de l'Hôtel de la Garantie qui ne se rapporte à aucun projet de délibération.

La parole est à M. Pierre AIDENBAUM.

M. Pierre AIDENBAUM, maire du 3e arrondissement. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, suite à une indiscrétion, j'ai appris que le Ministère du Budget, donc le Gouvernement, avait décidé de fermer et de vendre, d?ici 2012, le bâtiment appelé "Hôtel de la Garantie", situé 14, rue Perrée, dans le 3e arrondissement, qui avait été inauguré en 1926 par Joseph Caillaux.

Cette décision, si elle est définitive, aura pour conséquence le démantèlement des différents services hébergés : bureau de la garantie, bureau Paris Temple, recette générale de Paris, laboratoire des douanes de Paris, et la délocalisation prévue des 120 salariés qui travaillent actuellement sur ce site.

Le bâtiment public est le seul sur l'ensemble du bassin parisien à offrir une telle spécificité de service, et notamment et particulièrement, j'insiste, sur celui de la garantie, qui intéresse tout particulièrement les bijoutiers, les orfèvres et maîtres d?art du 3e arrondissement et du centre de Paris. C'est là où il y a le poinçon qui est fait sur tous les bijoux (or, argent, etc.).

Considérant la volonté désormais affichée de l'Etat de faire disparaître progressivement le service public de proximité au mépris des intérêts collectifs des usagers, considérant - c'est la politique du Gouvernement - que pour combler une fois de plus les déficits, l'Etat tend à brader son patrimoine dans un contexte foncier fragile et, enfin, considérant que la vente de ce type de bâtiments, de biens, favorise la spéculation immobilière, pouvant exclure, pour la Ville, toute possibilité de s'en rendre acquéreur, le v?u demande à M. le Maire de Paris de demander au Ministère du Budget de bien vouloir maintenir l'ensemble des services de l'Hôtel de la Garantie sur ce site.

Je vous remercie.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Pour vous répondre, Monsieur AIDENBAUM, la parole est à l'excellent Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, adjoint. - Merci, Monsieur l'excellent Président !

Je vais, au nom de l'Exécutif, donner un avis favorable à ce v?u, en soulignant trois mots.

Le premier mot est : respect. Il est absolument scandaleux que les agents et les élus du 3e arrondissement aient découvert le projet du Ministère du Budget de vendre l'immeuble parce que des experts sont venus un matin pour estimer la valeur du bien. Je trouve que ce type de démarche est vraiment carrément honteux. Il faut respecter les salariés, il faut respecter les élus parisiens.

Deuxième point : l'emploi. Comme M. AIDENBAUM l'a très bien dit, il s'agit de 120 emplois, dont on ne sait pas où ils vont aller. Est-ce que ce sera dans Paris, est-ce que ce sera hors de Paris ? Personne n?en sait rien. Je crois qu?il y a là un sujet de préoccupation important.

Troisième mot, qualité du service public. M. le Maire du 3e arrondissement a fort bien expliqué qu'une des responsabilités de ce service des douanes était le poinçon, c'est-à-dire la garantie de la teneur en métal précieux des bijoux qui sont fabriqués, et beaucoup de ces bijoux sont fabriqués ou vendus dans le 3e arrondissement.

Si ce service est envoyé au diable vauvert, il est clair que les artisans et les commerçants qui sont spécialisés dans cette profession très utile au dynamisme économique parisien verront le service public se dégrader.

Pour ces trois raisons : qualité du service public, maintien de l'emploi public à Paris et respect des salariés et des élus, je donne un avis favorable à ce v?u n° 71.

M. Jean-Louis MISSIKA, adjoint, président. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposée par le groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2010, V. 240).