Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

134 - Vœu n° 65 déposé par MM. Jean-Didier BERTHAULT, Richard STEIN et les membres du groupe U.M.P. relatif à l'implantation d'une antenne de police porte d'Asnières

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Nous passons maintenant à l'examen du v?u n° 65 déposé par le groupe U.M.P., relatif à l'ouverture d'une antenne de police dans le 17e arrondissement.
La parole est à M. BERTHAULT.
M. Jean-Didier BERTHAULT. - Merci, Monsieur le Maire.
Je me permets de revenir par le biais de ce v?u sur un problème qui touche la vie quotidienne de beaucoup d'habitants du 17e arrondissement et consécutif à la livraison maintenant quasi achevée de la Z.A.C. des Hauts de Malesherbes et sur l'implantation de cette antenne de police au sein de la Z.A.C. des Hauts de Malesherbes.
Justement, Madame AUTAIN, j'allais rappeler que vous aviez voté ce v?u et qu'il y avait unanimité du Conseil d'arrondissement, en 2004, comme il y avait eu d'ailleurs unanimité en 2001. Pour l'instant, la réponse que nous avons et les éléments que nous avons de la Préfecture nous montrent que la destination finale de ce lieu ne sera pas une antenne ouverte au public, mais plutôt un local pour les îlotiers.
Nous le regrettons. Nous le soulignons, l'ensemble des élus, l'ensemble de la population de cet arrondissement.
De plus, je voudrais rappeler que le 17e avec plus de 170.000 habitants n'a aujourd'hui que deux postes de police, un rue Truffaut et un avenue Gourgaud, ce qui est un peu en dessous de ce qu'on peut trouver dans d'autres arrondissements. Etant donné l'étendue de l'arrondissement, il aurait été souhaitable que cet équipement ne soit pas un seul local fermé, mais une antenne ouverte au public, de façon à constituer un pôle dans un endroit qui est en outre sensible et que vous connaissez bien.
Le Commissaire divisionnaire LAVILLE et toute son équipe y ont d'ailleurs réalisé un travail formidable, sur tout ce secteur Saussure, Asnières, ainsi qu'avec la police de Levallois sur des opérations particulières de sécurité.
Je souhaite que la Préfecture puisse nous apporter une réponse précise sur ce qui sera fait sur ce secteur.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. le représentant du Préfet de police et ensuite à M. CARESCHE.
M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - Vous avez raison, Monsieur BERTHAULT, de rappeler que c'est une question récurrente puisque vous êtes déjà intervenu en juin 2001 sur ce sujet.
C'est un sujet sensible.
Il faut avoir à l'esprit qu'à partir du moment où on ouvre un local de police pour tenir un poste en permanence, il faut sept fonctionnaires, ce qui veut dire concrètement qu'on obère la présence sur la voie publique. Il faut sept fonctionnaires simplement pour remplir une mission d'accueil.
C'est la raison pour laquelle il n'a pas été envisagé de transformer ce point d'appui qui sert aux patrouilles de surveillance sur l'ensemble de cette zone, notamment la zone sensible de Saussure. Ce n'est pas un point d'appui destiné à recevoir du public.
J'ajoute, par rapport à ce que vous avez dit, que le 17e arrondissement qui est en effet un des plus gros arrondissements de Paris - et je souhaite vous remercier d'avoir rendu hommage au travail remarquable du Commissaire LAVILLE - dispose de trois entités : le commissariat central, l'UPQ des Epinettes-Batignolles, l'UPQ Monceau-Ternes.
En termes de répartition géographique, il n'est pas envisagé, en tout cas pour l'instant, de modifier quoi que ce soit.
En revanche, je peux m'engager aujourd'hui à renforcer à nouveau la présence policière, les surveillances sur l'ensemble Péreire, Malesherbes et notamment Saussure, afin de densifier la présence de la police sur ce site.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Merci.
La parole est à M. CARESCHE pour la position de l'Exécutif sur ce v?u.
M. Christophe CARESCHE, adjoint. - La doctrine de la Préfecture de police est connue dans ce domaine. D'autres secteurs pourraient d'ailleurs être concernés.
Je suis plutôt enclin à faire confiance à ceux qui ont quotidiennement en charge les problèmes de sécurité. Et s'ils nous disent qu'il vaut mieux que les effectifs de police soient dans la rue plutôt que dans les commissariats, c'est un argument qui me paraît assez recevable.
Sinon, que M. BERTHAULT se tourne vers ses amis et vers le Gouvernement pour lui demander des effectifs supplémentaires de police. A ce moment-là, il pourrait avoir satisfaction.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Votre avis sur le v?u, Monsieur CARESCHE ?
M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Mon avis importe peu, c'est celui du Préfet de police qui compte.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - D'accord, mais l'Exécutif doit donner sa position, défavorable ou favorable.
M. Christophe CARESCHE, adjoint. - Je partage la position du Préfet de police.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Parfait, c'est clairement exprimé. Je mets aux voix...
... Monsieur BERTHAULT, si vous avez une explication de vote ou si vous souhaitez retirer votre v?u, vous pouvez le faire.
Vous avez la parole.
M. Jean-Didier BERTHAULT. - J'ai bien entendu les arguments du représentant du Préfet de police et de M. CARESCHE. Je voudrais simplement préciser qu'on nous rappelle souvent dans cet hémicycle que des efforts importants sont faits en matière de sécurité, notamment en matière de recrutement de personnels.
Je ne voudrais pas que la décision de ne pas ouvrir au public soit définitive. Dans la mesure où des effectifs pourront être dégagés, il faudrait que l'on puisse éventuellement prévoir que ce local soit un jour ouvert au public.
Je prends acte, Monsieur le Préfet, de tout ce que vous nous avez promis pour améliorer la sécurité dans ce secteur, mais je souhaiterais que dans la mesure où la coproduction de la Ville avec la Préfecture de police permettrait d'avoir des agents dans ce secteur, on puisse les affecter à l'ouverture d'un poste de police ouvert au public.
Je maintiens ce v?u.
M. Eric FERRAND, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u n° 65 déposée par le groupe U.M.P.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
La proposition de v?u n° 65 est repoussée.