Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

26 - 2004, SGRI 59 - Subvention à l'association "La Clairière". - Montant : 15.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je vous propose, que pour que nous terminions avec cette Commission, de passer à l'examen, très rapide je l'espère, du projet de délibération SGRI 59 relatif à l'attribution d'une subvention à l'association "La Clairière", pour un montant de 15.000 euros.
La parole est à M. LEKIEFFRE.
M. Christophe LEKIEFFRE. - Afin d'éclairer les membres de notre Conseil avant le vote de cette importante subvention, je souhaite faire quelques observations.
Premièrement, du point de vue technique, cette délibération n'est pas passée devant le Conseil du 2e arrondissement, alors même que le siège social et une grande partie de l'activité de La clairière se situent dans notre arrondissement.
Deuxièmement, je souhaite dénoncer une fois de plus l'engagement politique en faveur du Parti socialiste et de la gauche dont se rendent régulièrement coupables quelques responsables de cette association dans l'exercice de leurs fonctions et responsabilités. Ainsi, à chaque élection, durant chaque campagne, cette association organise les visites médiatisées des têtes de liste de la gauche à Paris : aux présidentielles, c'était JOSPIN : aux municipales, Bertrand DELANOË.
D'ailleurs, pour preuve de cette connivence avec le parti socialiste, je vous invite, chers collègues, à vous connecter sur le site de la fédération du parti socialiste de Paris en choisissant la page du 2e arrondissement. Vous constaterez comme moi que le seul lien associatif affiché et revendiqué par le parti socialiste du 2e, c'est "La clairière" ! On a pourtant plein d'associations, mais le seul qui est affiché comme lien avec le Parti socialiste, c'est "La clairière" !
Enfin, troisième et dernier point, je vous invite à lire jusqu'au bout, jusqu'à la dernière page ce projet de délibération puisque, en général, c'est à la fin que l'on comprend tout : vous y découvrirez que les 15.000 euros qui seraient attribués par notre Conseil ne serviraient pas à soutenir les actions souvent utiles de cette association, mais à prendre en charge l'accueil et le déplacement de cinq experts ou membres d'ONG de Montevideo invités par le Maire de Paris à participer à un prochain colloque à l'Hôtel-de-Ville.
L'artifice consistant à faire prendre en charge sous forme de subvention associative les frais de réception du Maire de Paris ne passera pas.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Vous avez oublié de parler de la Reine d'Angleterre qui, me semble-t-il, a aussi visité "La Clairière".
La parole est à M. LHOSTIS, membre éminent, non pas du parti socialiste du 2e arrondissement mais d'une autre formation de la majorité.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, au nom de la 6e Commission. - Membre du parti communiste depuis 1963, et j'y suis toujours avec mes cotisations à jour. Voilà !
(Rires).
Je peux vous montrer ma carte si vous voulez. Donc je ne roule pas pour le parti socialiste ! Mais je roule pour le Maire de Paris.
Alors, je ne sais pas ce que sont ces réunions occultes du parti socialiste dans la clairière, la nuit venue...
(Rires).
Mais non, ce n'est pas très sérieux !
Nous sommes effectivement en train de préparer un colloque international sur la prévention des toxicomanies. Il va y avoir 8 à 900 participants, ce sera un événement considérable ! Tout le monde salue ce travail. Et bien évidemment il faut faire venir des gens, puisque c'est un colloque international, pour réaliser des échanges avec des villes qui sont confrontées aux mêmes difficultés que nous sans avoir forcément les mêmes moyens et la même expérience.
Voilà, c'est très clair, très transparent. Il n'y a pas besoin de diaboliser...
(Protestations sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
C'est comme l'installation dans votre arrondissement d'un centre de jour pour toxicomanes. Cela va se faire sans vous, mais cela se fera avec la population, comme d'habitude contre vous.
(Applaudissements sur les bancs des groupes communiste, socialiste et radical de gauche, du Mouvement républicain et citoyen et "Les Verts").
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur LHOSTIS.
Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération SGRI 59.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, SGRI 59).