Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

95 - Vœu n° 46 déposé par M. Jérôme COUMET et les membres du groupe socialiste et radical de gauche au sujet des éléments lapidaires du pavillon dit "de Julienne"

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - M. Patrick BLOCHE va intervenir sur le v?u n° 46 dont je rappelle qu'il concerne les éléments lapidaires du pavillon dit "de Julienne", sujet important sur lequel je lui donne la parole.
M. Patrick BLOCHE. - Il y a dans cette Assemblée, surtout à une heure aussi tardive et quand nous sommes aussi peu nombreux, des habitudes et des bonnes habitudes. Il m'arrive souvent de voir le président de séance donner la parole à un élu sur un projet de délibération alors que son tour est passé et qu'il est arrivé en retard dans l'hémicycle, ce qui arrive à chacun d'entre nous.
J'essaie simplement que nous vivions tous ensemble dans de bonnes conditions.
En l'occurrence, il arrive qu'un élu qui ne soit pas présent en séance au moment où il devait prendre la parole intervienne grâce au bon vouloir de l'Exécutif. J'ai demandé, effectivement n'ayant pas réagi, à M. SAUTTER qui est président de la séance, de présenter ce v?u qui n'a pas été présenté : ce n'est pas qu'il est tombé ou qu'il a été retiré, il n'a pas été défendu, je le défends.
Je ne demande pas à ce que ce v?u soit débattu. Il sera redéposé dans trois semaines, mais comptez sur la vigilance du groupe socialiste pour vous interpeller à chaque fois que vous demanderez des dérogations.
Quand un élu de l'opposition ne sera pas présent en séance au moment où on lui demandera la parole, je ferai un rappel systématiquement.
M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Pour terminer, on ne va pas débattre de ce v?u. Je vois simplement Mme MAZETIER opiner du chef à l'idée que l'on va mettre rapidement à l'abri ces pierres qui sont tout à fait importantes.
Chers collègues, l'essentiel est que les pierres soient mises à l'abri et que l'on ne fasse pas de débats de procédure à 23 heures 35. Donc tout le monde est rassuré, les pierres vont être mises à l'abri et M. COUMET, comme chacun d'entre nous, est tout à fait rassuré.
Le v?u est retiré.