Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

32 - III - Question d'actualité de M. Alain RIOU, Mme Violette BARANDA et les membres du groupe "Les Verts" relative aux célébrations de la Libération de Paris

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à M. RIOU pour la question d'actualité posée par groupe "Les Verts".
M. Alain RIOU. - Monsieur le Maire, les cérémonies célébrant la Libération de Paris furent dignes et à la mesure de l'événement, faisant acte de mémoire pour toutes celles et tous ceux qui se sont battus au nom de la liberté. Nous ne pouvons que nous enorgueillir de l'implication de la Ville dans l'organisation de telles célébrations. En revanche les conditions de retransmission de cet événement ont suscité une polémique entre chaînes de télévision, une polémique qui appelle aujourd'hui des éclaircissements. Si l'on en croit la FNJ-CGT de France 3, la cérémonie officielle a été vendue par les organisateurs pour 450.000 euros à TF1, le syndicat soulignant que l'achat par TF1 des droits exclusifs de retransmission d'une cérémonie officielle de la République a privé les téléspectateurs du service public de toute image. Ce qui est sûr c'est que TF1 a été la seule chaîne à pouvoir retransmettre la cérémonie officielle à partir de 18 heures. Seuls les discours du Président Jacques CHIRAC et de vous, Monsieur le Maire, étaient accessibles aux autres chaînes françaises qui ne pouvaient retransmettre la cérémonie qu'à partir de 19 heures 40. Le fait qu'un événement de portée nationale soit accaparé par un média, qui plus est privé, nous semble inadmissible et contraire à tous les principes que nous défendons contre la marchandisations de la mémoire, d'autant plus quand l'exclusivité se solde par une limitation de la liberté de la presse.
Sans évidemment préjuger de l'attitude de la Ville de Paris dans cette affaire, le groupe "Les Verts" souhaite savoir si la Ville, sous quelque forme que ce soit, a négocié avec TF1 un contrat d'exclusivité portant sur la rediffusion des images des célébrations de la libération de Paris, sinon quelles sont les informations, dont vous disposez, pour nous dire dans quelles conditions ont été menées les négociations avec TF1 pour la retransmission de cette cérémonie et quels étaient les termes de cet accord.
M. LE MAIRE DE PARIS. - La parole est à Mme Odette CHRISTIENNE, éventuellement je ferai un commentaire après.
Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.
Je veux d'abord remercier M. Alain RIOU et aussi Mme Violette BARANDA au sujet de l'appréciation sur la cérémonie.
Par contre les affirmations qui laissent entendre que la Ville de Paris aurait vendu à TFl les droits de retransmission de la cérémonie officielle, c'est proprement scandaleux !
La Ville n'a bien évidemment rien perçu de TF1 pour la captation réalisée le 25 août. C'est la chaîne privée qui a déboursé 192.000 euros pour couvrir les frais de production engagés pour la couverture de l'événement. Il faut savoir qu'il y avait plus de 10 caméras en direct. Après le succès rencontré par les célébrations du 60e anniversaire du débarquement en Normandie, c'est spontanément que TF1 s'est proposé de renouveler la même opération pour la Libération de Paris dans des conditions identiques à celles qui avaient prévalu le 6 juin.
Le service public que nous avions approché n'était pas intéressé par cette cérémonie officielle, leurs antennes étant occupées par la couverture des Jeux olympiques. Ils ont accepté de suivre la partie festive du 25 août orchestrée par Jérôme SAVARY, le bal de la Bastille a été ainsi retransmis en léger différé par France2 et le parcours de la colonne française qui a parcouru la Ville était suivie par France3 national pour une émission spéciale en direct. Les deux programmes n'auraient pu voir le jour sans le soutien de la Ville de Paris.
Je vous remercie.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur RIOU, avant les questions d'actualité, vous pouvez me poser des questions surtout si un événement a plus d'un mois car plusieurs mensonges ont été colportés sur cette affaire. Je dis bien mensonges.
Premièrement, la Ville de Paris n'a rien vendu.
Deuxièmement, la Ville de Paris a mis à la disposition des chaînes de télévision qui le voulaient des images, la meilleure preuve c'est que quand un responsable d'une chaîne qui n'est pas TF1 m'a téléphoné quelques jours avant me disant : "Mais comment... On voudrait..." J'ai dit : "Mais attendez, regardez vos programmes." Qu'est-ce qu'il y a marqué dans vos programmes imprimés depuis des semaines ? Dans le programme de TF1, il y avait marqué "retransmission de la cérémonie." et dans d'autres ce ne l'était pas, parce que d'autres avaient préféré diffuser la fête du soir. Vous ne croyez quand même pas que je vais me plaindre qu'une chaîne demande à diffuser en direct les émissions de commémoration de la Libération de Paris, car ils n'ont pas diffusé que le discours du Président de la République et du Maire, ils ont tout diffusé, en intégral. C'est les seuls qui ont voulu. On n'a rien fait payer, on n'a rien refusé aux autres ! Je vais plus loin parce que le mensonge m'a un peu agacé. Lorsque j'ai vu qu'une chaîne publique avait des difficultés à diffuser des images pendant le direct de TF1, c'est-à-dire pendant un journal régional, je me suis assuré qu'elle les ait, moi personnellement !
Alors pour le reste chacun a fait ce qu'il voulait. A partir de 20 heures, tout le monde a eu toutes les images qu'il voulait. Cela s'est passé dans la transparence, dans l'honnêteté et moi j'ai fait en sorte, car je prends mes responsabilités, qu'un maximum de téléspectateurs de toutes les chaînes profitent du message, de la transmission de l'Histoire et des valeurs dont moi je ne m'enorgueillis pas, Monsieur le Président.
Il me suffit de m'en réjouir, l'orgueil à mon avis, c'est pour ceux qui ont libéré Paris, nous, nous ne sommes que de modestes transmetteurs de ce qu'ils ont fait. Nous n'avons aucune raison d'avoir de l'orgueil pour avoir simplement fait notre devoir.
(Applaudissements sur les bancs du groupe socialiste et radical de gauche).
M. Alain RIOU. - Je vous remercie donc, Monsieur le Maire, de cette réponse très claire.
Simplement, la difficulté dans cette affaire, c'est que peut-être il y aurait eu une action à mener. Il reste que si la question n'avait pas été posée il n'y aurait pas eu de réponse. Il reste que le syndicat CGT du service public prétend que 450.000 euros ont été payés par TF1. Si c'est faux, si c'est un mensonge, c'est grave comme affirmation et il aurait fallu réagir. Cela aurait été beaucoup plus simple. Mais je suis heureux de votre réponse et, de manière secondaire, que le groupe "Les Verts" ait permis de la faire connaître.
M. LE MAIRE DE PARIS. - Monsieur RIOU, je vous entends toujours avec plaisir. Simplement, j'ai répondu publiquement et, comme par hasard, les chaînes de télévision qui se plaignaient se sont tues et le syndicat aussi.
Car j'ai répondu et j'ai même répondu en étant à Athènes car cela m'a échauffé les oreilles et j'ai croisé du monde à Athènes... J'ai répondu nettement. Et mes collaborateurs ont aussi appelé et informé le syndicat qui n'a pas insisté. Sauf qu'il n'a pas fait de démenti, mais il n'a pas insisté.
Vous auriez pu, mais vous faites comme vous voulez, m'interroger à ce moment-là et j'aurais pu vous faire la réponse. Mais cela ne me dérange pas de vous la faire maintenant, avec toujours grand plaisir.