Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

QE 2013-19 Question de Mme Claude-Annick TISSOT et des membres du groupe U.M.P.P.A à M. le Préfet de police relative à l’intensification des rondes de police la nuit sur une partie de la Place Léon Blum.

Débat/ Conseil municipal/ Avril 2013


 

Libellé de la question :

"Mme Claude-Annick TISSOT attire l?attention de M. le Préfet de police sur l?insécurité croissante sur les trottoirs des immeubles 2, 4 et 6 place Léon Blum, dans le 11e.

Cette insécurité est due en grande partie à la présence de nombreux SDF qui stationnent sur les bancs, possédant de gros chiens jamais muselés et rarement tenue en laisse. Depuis quelques jours viennent s?ajouter des individus venus en voiture de banlieue qui approvisionnent en alcool les SDF et dont la présence insolite inquiète la population de la place. Mme Claude-Annick TISSOT demande à M. le Préfet de police s?il est possible d?intensifier les rondes de police la nuit sur cette partie de la place Léon Blum."

Réponse (Mme Myriam EL KHOMRI, adjointe) :

"Depuis quelques mois, les services de police sont amenés à constater le regroupement d'individus installés principalement sur l'îlot situé face à l'immeuble du n° 6 de la place Léon Blum dans le 11e arrondissement. Ces individus sont au nombre de 10 à 15, âgés de 50 à 70 ans. Ils résident dans le quartier, à Paris ou même en banlieue et exercent une activité professionnelle. Leur fixation est favorisée par la proximité d'un magasin d'alimentation générale auprès duquel ils s'approvisionnent en boissons alcoolisées. Leur arrivée sur la place Léon Blum coïncide avec la fermeture d'une épicerie exotique située au 17, rue Auguste-Laurent, à une centaine de mètres de la place. Fermé depuis le début de l'année 2012, ce commerce, tenu par un ressortissant haïtien, a été pendant près de vingt ans, un relais social et communautaire pour les haïtiens de la Région parisienne. Actuellement, ce local commercial n'a pas été repris. Dès l'apparition de ce phénomène, des instructions précises ont été données aux effectifs de l'arrondissement afin de contrôler systématiquement les personnes regroupées à cet endroit et de réprimer les comportements pouvant porter atteinte à la tranquillité du voisinage. Lors des différents contrôles réalisés, il n'a cependant pas été constaté de réel tapage, ni d'ivresse manifeste et publique. Néanmoins, douze procès-verbaux ont été établis pour non respect de l'interdiction de consommation d'alcool sur la voie publique en application de l'arrêté préfectoral du 10 décembre 2008. Des instructions permanentes ont été données afin de répondre le plus efficacement possible aux appels des riverains importunés par ces individus en intervenant dans les meilleurs délais afin d'éviter les fauteurs de troubles et de réprimer toutes les infractions pouvant être constatées."