Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

78 - 2004, DAC 50 - Subvention de fonctionnement à l'association "Musique nouvelle en liberté" (1er). - Montant : 420.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Mes chers collègues, nous examinons le projet de délibération DAC 50 relatif à l'attribution d'une subvention de fonctionnement à l'association "Musique nouvelle en liberté" à Paris 1er, montant : 420.000 euros.
La parole est à Mme MACÉ de LEPINAY, pour le groupe U.M.P.
Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Madame la Maire.
"Musique nouvelle en liberté" est une association imaginée et créée par Marcel LANDOWSKI, dont nous connaissons tous le rôle qu'il a eu dans le développement de la musique à Paris et en Ile-de-France.
En 1990, Jacques CHIRAC et le Conseil de Paris ont accepté d'accompagner cette initiative originale : introduire dans les programmes de concerts classiques des morceaux de musique contemporaine. Depuis cette époque, l'association s'est développée et a rayonné au-delà de notre Ville. Elle a toujours une action exemplaire et salutaire.
C'est pourquoi j'ai choisi cette association pour déplorer, encore une fois, que les projets de délibération accordant des subventions de fonctionnement arrivent si tard devant notre Conseil.
Comment, Monsieur le Maire, pouvons-nous seulement aujourd'hui voter ce projet de délibération ? Les associations culturelles, vous le savez, sont mises en difficulté du point de vue de leur trésorerie par des votes aussi tardifs. De plus, elles ne savent pas en début d'année de quels moyens elles pourront disposer et doivent vivre plusieurs mois dans l'incertitude ; ce qui, avouons-le, peut faire douter du réel attachement de la Ville au concours qu'elles apportent à la vie culturelle parisienne.
Croyez-vous, Monsieur le Maire, que la transparence soit plus grande sous cette mandature alors qu'encore une fois nous examinons les projets de délibération culturels dans la nuit ? Et croyez-vous que mes chers collègues leur portent l'attention qu'ils méritent alors que la séance comporte plus de 1.200 projets de délibération, dont 200 au titre de la culture ?
Monsieur le Maire, cher Christophe GIRARD, ne me dites pas : "Et alors ?", ce n'est pas très gentil.
Monsieur le Maire, je ne vous demande pas de me lire une réponse rédigée par l'administration ou par votre cabinet sur ce projet. Je voulais seulement attirer l'attention de notre Assemblée sur des mesures prises de manière doctrinaire par la majorité en début de mandature et qui n'aboutissent qu'à fragiliser les associations culturelles qui animent notre Ville.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la démocratie française).
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Pour répondre aux interrogations de Mme MACÉ de LÉPINAY, je donne la parole à M. Christophe GIRARD.
M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Alors je vais essayer de ne pas me laisser perturber par mes voisins un peu agités à cette heure et vous répondre que, la nuit portant conseil, je crois qu'il est normal, lorsque le Bureau des subventions aux associations donne un certain nombre d'avis et que ces avis sont réservés, soit sur les comptes, leur présentation, soit sur la structure elle-même de l'association, que nous ayons en effet des réponses techniques, juridiques précises, qui soient cohérentes financièrement et que nous approfondissions l'instruction du dossier.
Simplement, lorsque les associations ont quelques défaillances dans leurs réponses, nous les aidons à nous apporter ces réponses, et ensuite en effet, en Conseil de Paris, en toute transparence après être passé en 9e Commission où vous siégez, nous sommes en mesure de voter les subventions.
Et en ce qui concerne "Musiques nouvelles en liberté", j'ai à la fois rencontré Jean-Claude CASADESUS tout comme Benoît DUTEURTRE qui comprenaient tout à fait qu'il manquait des éléments au dossier et qu'ils devaient répondre à un certain nombre de questions. Ces questions ayant été en partie satisfaites, nous sommes en mesure de voter la subvention qui n'est pas d'un petit montant et je vous rappelle qu'il s'agit de l'argent public.
Mme Lyne COHEN-SOLAL, adjointe, présidente. - Merci, Monsieur GIRARD.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 50.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DAC 50).