Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Avril 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DDEEES 49 G - DASES 200 G - Subvention et participation (127.500 euros) et avenant à la convention avec la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint Simon" (20e).

Débat/ Conseil général/ Avril 2013


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous examinons à présent le projet de délibération DDEEES 49 G - DASES 200 G. Il s'agit d?une subvention et d?une participation à la convention avec la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint-Simon", dans le 20e arrondissement.

La parole est à Mme Frédérique CALANDRA.

Mme Frédérique CALANDRA. - Madame la Présidente, très rapidement, je voulais souligner que, bien entendu, je soutenais ce projet de délibération, le travail accompli par la Fondation étant excellent en ce domaine.

Je voulais simplement rappeler que dans le 20e arrondissement, nous avons été désagréablement surpris par la décision subite de la Fondation de se retirer du centre social du Sud du 20e arrondissement, dans un quartier qui connaît de très grands problèmes de paupérisation, et donc dans un quartier où la présence d'un centre social est plus que nécessaire. Nous avons été surpris par la façon dont nous avons été mis devant le fait accompli, plus par la méthode que par le fond. Je peux comprendre que la Fondation rencontre des difficultés à tenir ce centre, car c'est toujours compliqué et lourd à gérer, mais la façon dont la décision a été prise était très brutale, et j'ajoute également que nous soutenons le groupe des bénévoles et les salariés de ce centre social, mais, surtout et avant tout, nous souhaitons qu'un centre social soit préservé dans ce quartier qui en a besoin.

Je tiens à rappeler aux associations et aux fondations, que le Département de Paris n'est pas qu'un guichet qui délivre des subventions, nous ne sommes pas là que comme "pousse subvention", il faut aussi nous appeler quand il y a des difficultés, avant de mettre la clef sous la porte, et pas après, pour que nous puissions envisager des mesures d'urgence.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame CALANDRA.

La parole, à présent, est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - C'est exactement dans le même esprit, nous avons abordé ce sujet au Conseil d'arrondissement et nous étions unanimes pour dire qu'il était déplorable qu'une fondation, du jour au lendemain, sans se donner la peine de prévenir les élu-e-s, les représentants de la collectivité, qui, pour autant, participait à soutenir financièrement ce centre social? Il était déplorable de voir que la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint-Simon" ait décidé de se retirer de ce centre social.

Il serait quand même bon que, du coup, nous réfléchissions : comment des structures, au statut associatif, peuvent, à un moment donné, toucher un certain nombre de financements pour mener des activités ? Ici, dans le projet de délibération, il s'agit de poursuivre les activités menées dans le cadre de la plate-forme de service à la personne, qu'elle a initiée depuis 2008.

Visiblement, nous sommes satisfaits de la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint-Simon" dans la gestion de cette plate-forme, mais, visiblement, la Fondation de la Croix Saint-Simon, elle aussi, puisqu'elle abandonne le centre social parce qu?elle estime que c'est une activité trop coûteuse et elle garde d'autres activités d'intérêt général, social, mais qui, visiblement, le sont moins à ses yeux dans sa comptabilité. Cela pose quand même débat.

Est-ce que l?on peut, à un moment donné, accepter que des structures, du jour au lendemain, cassent une structure associative et d?implication citoyenne sur un quartier, mais pour autant, sans être le moins du monde inquiétées, puissent continuer à répondre à d'autres sollicitations de notre collectivité, ici pour une plate-forme de service à la personne, cela aurait pu être autre chose ? On devrait s'interroger.

Nous soutiendrons ce projet de délibération, mais je pense qu'il était important que nous exprimions notre plus vif mécontentement vis-à-vis de la Fondation "Oeuvre de la Croix Saint-Simon" et que nous demandions également à l'ensemble des adjoints concernés par cette Fondation que l?on réfléchisse aussi sur les rapports qui permettent, tout d'un coup, à une fondation d'accepter de se préoccuper de ci ou de cela parce que cela semble économiquement viable et, tout d'un coup, de se défaire d'un quartier, d'une structure de démocratie locale aussi essentielle que peut représenter un centre social.

Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame SIMONNET.

Comme l'ont rappelé Frédérique CALANDRA et Danielle SIMONNET, les centres sociaux parisiens sont des acteurs tout à fait essentiels pour le développement du lien social, qui est indispensable à la cohésion de notre cité, et ils permettent de lutter contre l'isolement des plus fragiles, d'aider les familles à s'intégrer à la vie du quartier et d'accompagner les usagers dans leurs démarches d'insertion sociale et professionnelle.

Je peux vous assurer que l'ensemble de l'Exécutif regrette la décision de l'association et Myriam EL KHOMRI, en lien avec la mairie du 20e arrondissement, la C.A.F., la DASES, la Fédération des centres sociaux, est particulièrement vigilante à la gestion de cette période très délicate pour les usagers du centre social. C'est un sujet sur lequel nous sommes particulièrement investis, avec Christian SAUTTER, avec Gisèle STIEVENARD, et nous suivons le travail qui est fait avec la Fédération des centres sociaux, avec la DPVI, qui commencent à accompagner les bénévoles qui souhaitent créer une association pour faire perdurer le centre social. Donc, nous sommes vraiment dans une identification de ces ressources locales pour réorienter le public, à partir de septembre prochain, et tout cela est en cours de travail. Je voulais vraiment vous dire que la Ville est particulièrement vigilante aussi quant au devenir des salariés.

Concernant plus particulièrement l'action de la fondation Croix Saint-Simon, qui fait l'objet de ce projet de délibération, il est porté par le pôle formation de la Fondation et évidemment n'est pas remis en cause par la fermeture du centre social.

Nous avons un projet de plateforme de services à la personne qui s'appuie sur des relais d'auxiliaires parentales qui sont dédiés à la petite enfance, et aussi un relais d'auxiliaires de vie pour l'aide à domicile des personnes âgées et des adultes handicapés.

Voyez à quel point cette action conduite est utile.

Donc, nous avons besoin de soutenir ce projet de délibération et je vous invite à le voter favorablement.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 49 G - DASES 200 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2013, DDEEES 49 G - DASES 200 G).

Je vous remercie.