Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

101 - 2004, DDEE 141 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec l'association "Promosalons" prévoyant l'attribution d'une subvention. - Montant : 75.000 euros

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2004


M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DDEE 141 concernant une autorisation à M. le Maire de Paris de signer une convention avec l'association "Promosalons" prévoyant l'attribution d'une subvention de 75.000 euros.
La parole est à Mme Violette BARANDA, pour le groupe "Les Verts".
Mme Violette BARANDA. - Merci, Monsieur le Maire, mes chers collègues.
Nous devons nous prononcer sur la signature d'une convention entre la Ville de Paris et l'association "Promosalons" prévoyant l'attribution d'une subvention de 75.000 euros.
Le groupe "Les Verts" était déjà intervenu en 2003 sur cette même délibération pour alerter nos collègues sur la promotion par cette association, entre autres de deux salons dédiés à l'armement : "Milipol" et "Eurosatori". On retrouvait dans ces deux salons tout le bric-à-brac des semeurs de souffrance et de mort.
Comme de nombreux autres salons, ils attirent ce que l'on appelle pudiquement du "tourisme d'affaires".
La dernière édition de "Milipol" organisée par le Ministère de l'Intérieur via la "Sofremi" a attiré sur notre sol quelque 700 sociétés internationales et reçu plus de 18.000 visiteurs.
Quant à "Eurosatori" qui totalisait 977 exposants, il fut visité par 44.700 visiteurs, donc, au total, ces deux salons ont accueilli 62.700 visiteurs et reçu plus de 1.677 exposants.
Il est certain, et la Municipalité a fait une petite avancée en précisant en page 2 du projet de délibération que nous sommes aujourd'hui en train d'examiner : "Néanmoins, la Municipalité souhaite que l'aide qu'elle apporte à l'association soit orientée sur les promotions de salons obligatoirement adhérents de "Promosalons" portant sur des activités en cohérence avec la politique conduite par la Ville de Paris, en particulier dans le domaine du tourisme représentant un certain nombre d'emplois dans la Capitale. Les secteurs économiques reconnus sont la mode, la maison, les métiers de l'art, l'alimentation, la communication, le transport public, le BTP, l'architecture, la santé, la recherche et l'environnement".
Alors, soit, c'est très bien. Et il est précisé également : "Dans la convention qui vous est soumise, en aucun cas "Promosalons" ne pourra utiliser ce soutien pour financer les salons liés au thème de l'armement."
Pour louable que soit cette intention, elle semble inapplicable dans les faits. En effet, comment empêcher qu'une subvention ne soit utilisée, même indirectement, à tel ou tel usage ? Les économies qu'elle fait réaliser d'une part peuvent toujours dégager des ressources indirectement par effet mécanique.
D'autre part, en page 3, il est écrit : "lien avec le site Internet "Promosalons"." Un lien est créé entre le site de "Promosalons", 500.000 visites par an, et celui de la Ville de Paris, accompagné éventuellement d'un bandeau permettant d'annoncer en permanence un ou des messages concernant le positionnement de Paris en matière de tourisme d'affaire. Soit, très bien. Mais croyez-vous sincèrement que "Promosalons" n'annoncera plus sur son site web les salons "Milipol" et "Eurosatori" ? Personnellement, j'en doute. Surtout que, quand on va sur le site de "Promosalons", nous avons la désagréable surprise de voir annoncer ces grandes farfouilles de l'armement que sont "Milipol" et "Eurosatori".
Nous continuerons donc à voter contre cette subvention tant que "Promosalons" fera la promotion de tels événements qui, de plus, portent atteinte à la sphère privée par la vente d'engins divers : entre autres, aujourd'hui, la grande mode est l'espionnage domestique.
De plus, nous nous interrogeons sur l'opportunité de subventionner indirectement le Ministère de l'Intérieur. N'oublions pas que ces salons ne cessent de croître en fréquentation et en masse d'objets proposés d'année en année, où l'on peut toujours se procurer l'attirail complet de l'assassinat de masse ou privé, du char d'assaut à l'arme de poing, alors que des milliers de personnes aujourd'hui, dans notre pays, se prononcent contre la tenue de ces salons et que dans certains autres pays ils ont été carrément interdits.
Aussi vous comprendrez, Monsieur le Maire, mes chers collègues, que malgré les nombreux aspects positifs de l'action menée par "Promosalons", et nous en sommes conscients, et les garanties obtenues par la Ville, nous ne pourrons en l'état voter ce projet de délibération.
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. Alain LE GARREC, pour le groupe socialiste.
M. Alain LE GARREC. - Merci, Monsieur le Maire.
A entendre Mme BARANDA, je crois qu'il y a des dizaines de projets de délibération que nous ne pourrions pas voter.
A Paris, en Ile-de-France, effectivement, l'activité salons et congrès attire chaque année entre 9 et 10 millions de visiteurs et plus de 100.000 entreprises. L'activité de tourisme d'affaires génère en termes économiques pour Paris et sa région plus de 3 milliards d'euros. Cette activité rapporte aussi 507 millions d'euros pour l'hôtellerie et plus de 410 millions pour la restauration. Ce n'est qu'un exemple car un touriste d'affaires est plus dépensier qu'un touriste de vacances. D'autres secteurs en profitent donc également. Un touriste d'affaires est aussi souvent un touriste classique qui prépare son futur voyage.
Ces délibérations expliquent que Paris, qui était leader sur le créneau du salon, perd des parts de marché face à l'Allemagne, l'Espagne ou l'Italie. Nul doute que les nouveaux pays européens et les nouveaux pays asiatiques chercheront à s'imposer. Nous avons donc affaire à une très rude concurrence et elle va s'affirmer.
Pendant des années, l'atout de Paris était son seul nom. Cela devient de moins en moins vrai, et il faut donc nous battre avec nos adversaires, et nos concurrents ne nous feront pas de cadeaux.
L'association "Promosalons" a pour but, comme son nom l'indique, de promouvoir à l'étranger les salons spécialisés français. Je ne vais pas revenir sur le projet de délibération qui expose clairement les objectifs de "Promosalons" pour 2004. Il est aussi demandé à "Promosalons" de travailler plus étroitement avec l'Office de tourisme de Paris pour améliorer les synergies, d'autant que "Promosalons" a l'avantage d'avoir des représentations dans nombre de pays sur lesquels nous pouvons aussi nous appuyer.
Il y eut, au cours des années passées, des ambiguïtés sur la promotion de certains salons comme ceux l'armement. Une clause exclut dorénavant cette promotion qui doit se cantonner à des secteurs qui ne posent pas de problèmes de conscience. Nous serons à cet égard très regardants, mais ne tombons pas dans l'angélisme.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Merci.
Le président RIOU a la parole pour une explication de vote.
M. Alain RIOU. - Le groupe "Les Verts" tient compte du fait que l'adjoint au Maire compétent a introduit dans ce projet de délibération, bien sûr sous l'autorité du Maire, cette clause particulière qui nous semble... Même si effectivement, comme l'a dit Violette BARANDA, on ne sait pas si elle sera véritablement efficace. En tout cas, la subvention n'est versée que pour un objet qui nous semble correct. Le groupe "Les Verts" ne votera pas contre, changera le vote qu'il a émis la dernière fois et s'abstiendra. Mais nous serons, comme Alain LE GARREC, vigilants, et on ne nous y reprendra pas si, bien évidemment, il y avait une utilisation quelconque de la somme délivrée par le Conseil de Paris au bénéfice de l'armement ou de tout autre motif de sécurité.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - La parole est à M. Jean-Bernard BROS, pour l'Exécutif.
M. Jean-Bernard BROS, adjoint, au nom de la 2e Commission. - Effectivement, nous avons fléché cette subvention. Je ne vais pas revenir sur ce qu'a dit notre collègue Alain LE GARREC, mais nous avons choisi d'aider les salons de l'alimentation, la communication, le transport, le BTP, la santé, l'environnement et les services.
Dernier point d'information pour tous mes collègues ici présents, "Promosalons", en dehors du projet de délibération, s'est engagé à nous présenter un bilan et un récapitulatif du fléchage et donc des dépenses engagées au titre de la subvention. En 2005, nous examinerons à la fois la demande de la subvention, mais aussi le résultat du fléchage de cette subvention. C'est une garantie supplémentaire, Monsieur RIOU, que j'amène au groupe des "Verts".
Merci.
M. Alain LHOSTIS, adjoint, président. - Il n'y a pas d'argent pour l'armement.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEE 141.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2004, DDEE 141).