Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe communiste relatif aux époux Rosenberg.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2006


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Mes chers collègues, nous continuons nos débats et je vous propose d?examiner le v?u référencé n° 21 dans le fascicule.

Le v?u, déposé par le groupe communiste, concerne les époux Rosenberg.

Je donne la parole à M. VUILLERMOZ.

M. Jean VUILLERMOZ. - Ecoutez, si vous voulez bien que l?on parle des époux Rosenberg. Le 19 juin 1953, à la prison de Sing Sing, Julius Rosenberg puis son épouse Ethel sont exécutés par électrocution. Ils étaient accusés d?avoir livré les secrets de la bombe atomique aux savants soviétiques et ont été condamnés à mort pour espionnage au profit de l?U.R.S.S. à l?issue d?un procès truqué.

Leur condamnation à mort en 1951, la seule jamais prononcée en temps de paix pour espionnage aux Etats-Unis, avait soulevé une vague de protestations et de solidarité à travers la planète. Des millions de citoyens, des personnalités politiques diverses, des intellectuels, des acteurs avaient signé des pétitions pour exiger la vie sauve pour les condamnés. Ils sont dès lors devenus le symbole de l?honneur de ceux qui, au prix de leur vie, se battent pour un monde pacifique et de progrès.

De plus, Greenglass, le frère d?Ethel également accusé, a reconnu dans un entretien télévisé avoir menti sur les rôles de son beau-frère et sa s?ur en échange de la mise hors cause de sa propre femme, Ruth, et d?une peine plus clémente pour lui. Or, son témoignage avait servi de base pour la condamnation à mort des époux Rosenberg. Plus de 50 ans plus tard, la mémoire du combat pour la paix et la liberté de ces deux militants communistes américains est toujours nécessaire.

C?est pourquoi Nicole BORVO et les élus du groupe communiste émettent le v?u que le Maire de Paris intervienne pour que les noms des époux Rosenberg soient attribués à une rue de Paris.

(M. Christophe CARESCHE, adjoint, remplace Mme Anne HIDALGO au fauteuil de la présidence).

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur CAFFET, vous avez la parole.

M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

S?il y a quelque chose sur lequel nous sommes probablement tous d?accord dans cet hémicycle, c?est que les époux Rosenberg ont subi un sort atroce, morts par électrocution après une condamnation à mort, et ceci, pour des faits d?espionnage qui, pendant très longtemps, ont semblé non avérés.

Il semblerait et je me réfère à un article qui est paru dans un quotidien du soir il y a quelques mois, que les études des historiens semblent avoir montré quand même que les époux Rosenberg, comment dirai-je, n?étaient pas totalement innocents des faits qui leur avaient été reprochés.

Même s?il n?y a pas eu un procès en révision, il semblerait quand même qu?ils n?aient pas été complètement innocents et qu?il est probable que c?est par eux qu?une partie des secrets militaires des Etats-Unis aient pu sortir de la frontière et aient pu être transférés à une puissance étrangère. Voilà.

Donc, je n?ai pas de religion particulière sur cette proposition que vous faites. Personnellement, je ne la voterai pas mais je comprendrai bien évidemment que chacun se détermine en conscience et fasse le choix qui lui convient.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - D?accord.

Je mets aux voix, à main levée, le voeu.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le voeu est adopté. (2006, V. 171).