Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe socialiste et radical de gauche relatif à un hommage à Marc Bloch. Vœu déposé par le groupe M.R.C. relatif à un soutien de la Ville de Paris au transfert des cendres de Marc Bloch au Panthéon de la République.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2006


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen de deux v?ux numérotés 26 et 27, déposés par le groupe socialiste et le groupe M.R.C., concernant un hommage à Marc Bloch.

Monsieur SARRE, vous avez la parole.

M. Georges SARRE, président du groupe du Mouvement républicain et citoyen, maire du 11e arrondissement. - Merci, Monsieur le Maire.

Mes chers collègues, un matin de juin 1944, dix jours après le débarquement, voici presque 62 ans, jour pour jour, Marc Bloch était extrait du cachot du fort Montluc à Lyon, où il était enfermé pour être emmené dans un camp près de Saint-Didier-de-Formans. Fusillé le premier de son groupe, Marc Bloch tombe en criant : ?Vive la France !?.

Marc Bloch fut à bien des égards un universitaire et un citoyen remarquables. S?il a puissamment rénové la science historique, c?est en lui permettant d?appréhender des dimensions que, jusque-là, elle avait laissées de côté. Les phénomènes anthropologiques, par exemple, furent intégrés à l?analyse historique à son instigation.

Marc Bloch était donc un grand universitaire. C?était un homme mû par la volonté de comprendre et de savoir. C?était un grand républicain aussi.

Combattant pendant la Première Guerre mondiale, il est mobilisé en tant que sergent en 1914 et termine la guerre en 1918 en tant que capitaine. Professeur à l?université de Strasbourg, puis à la Sorbonne, Marc Bloch fait le choix en 1940 d?être mobilisé une nouvelle fois. De la débâcle de 1940, il tire un livre, ?L?étrange défaite?, dans lequel il livre sa vision des événements des mois de mai et juin 1940.

D?abord révoqué par l?Etat français, comme de nombreux Français de confession juive, Marc Bloch est finalement réintégré pour services scientifiques exceptionnels rendus à la France. Très vite engagé dans la résistance, il est arrêté en mars 1944. Torturé, puis exécuté sommairement, Marc Bloch, par son destin, représente l?engagement et la souffrance de milliers de Français morts pour un idéal : la République.

La France vit en ce moment une bien étrange crise : le communautarisme, le repli sur des identités largement fantasmées menace le pacte républicain. Au milieu du déluge de repentance, il n?est pas vain de rappeler l?exemple de ce grand Français que fut Marc Bloch.

C?est la raison pour laquelle ce v?u demande que la Ville de Paris soutienne l?initiative de 17 historiens en faveur du transfert des cendres de Marc Bloch au Panthéon de la République.

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Monsieur BLOCHE, vous avez la parole.

M. Patrick BLOCHE. - J?interviens après Georges SARRE qui a rappelé avec force et conviction l?extraordinaire destin de Marc Bloch. Notamment, je souhaiterais souligner la marque forte qui a été la sienne puisqu?on considère assez couramment qu?il a révolutionné la science historique au XXe siècle. Ce spécialiste du Moyen-âge, devenu ensuite professeur en chaire d?histoire économique à la Sorbonne.

L?Histoire lui doit beaucoup. La France aussi lui doit beaucoup, non seulement parce que c?était un patriote et sans aucun doute ses ascendances alsaciennes y ont beaucoup contribué. Georges SARRE rappelait ses deux engagements dans les deux conflits qu?a connus l?Europe au XXe siècle. Ce fut aussi un grand résistant.

Ce grand résistant, comme cela a été rappelé, a été arrêté par la Gestapo le 8 mars 1944. Torturé, il sera finalement abattu le 16 juin à Saint-Didier-de-Formans près de Lyon. En tombant, il cria : ?Vive la France !?.

De ce fait, beaucoup de personnalités des médias, je pense notamment au ?Figaro?, se sont mobilisées ces derniers temps pour souhaiter qu?un hommage tout particulier soit rendu à Marc Bloch par le transfert de ses cendres au Panthéon. C?est l?objet du v?u à la fois du groupe M.R.C. et du groupe socialiste et radical de gauche.

Nous avons souhaité, en tant qu?élus socialistes et radicaux de gauche, y ajouter un codicille supplémentaire. Nous aimerions aussi et également, au-delà de l?hommage que la République se doit de rendre à Marc Bloch et qui est une compétence de l?Etat, que Bertrand DELANOË, en notre nom, exprime son soutien à l?initiative qui a été prise de demander à Jacques CHIRAC que les cendres de Marc Bloch soient transférées au Panthéon, mais nous souhaitons également que la Municipalité parisienne prenne l?initiative pour qu?un établissement scolaire parisien porte son nom.

Voilà, Monsieur le Maire, les raisons qui nous ont amenés à voter ces deux v?ux complémentaires.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.

Madame CHRISTIENNE, vous avez la parole.

Mme Odette CHRISTIENNE, adjointe. - Je répondrai. Je crois que l?essentiel a été dit. On peut lire, par exemple, le liminaire de la proposition des historiens.

?La mémoire du grand historien et grand résistant que fut Marc Bloch continue aujourd?hui à marquer notre réflexion et notre amour pour la France. C?est un point essentiel.

Par son enseignement, par ses écrits, par le renouveau de l?histoire et le rayonnement qu?il a donné à cette discipline dans le monde entier, comme par ses actes et sa mort héroïque, celui qui reste aujourd?hui comme un modèle de citoyen, de soldat, d?intellectuel, de héros mérite de la France une reconnaissance particulière et une place choisie au Panthéon des gloires nationales?.

Je dois ajouter que j?ai fait l?éloge de Marc Bloch lorsque nous avons reçu en 2005 la dernière promotion de l?Ecole supérieure des officiers de réserve spécialistes d?état-major, puisqu?il était lui-même officier de réserve spécialiste d?état-major.

Donc, un avis favorable.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe socialiste et radical de gauche, assorti d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2006, V. 174).

Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe du Mouvement républicain et citoyen, assorti d?un avis favorable de l?Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le voeu est adopté. (2006, V. 175).