Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

III - Question d’actualité de M. Christophe NAJDOVSKI et les membres du groupe “Les Verts” relative à l’extension du stade Roland Garros et l’occupation du bois de Boulogne.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2006


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je donne la parole à M. NAJDOVSKI du groupe ?Les Verts? pour leur question d?actualité.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Madame la Maire.

Vous me permettrez tout d?abord de dénoncer les propos de M. MANO qui, à l?instant, vient d?avoir des paroles ignominieuses à notre égard, dans la mesure où hier, et nous le regrettons, l?Exécutif n?a pas réservé une suite favorable à un certain nombre d?amendements ou de v?ux qui étaient déposés par les élus de la majorité municipale?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous sommes sur les questions d?actualité.

M. Christophe NAJDOVSKI. - ? pour des logements sociaux. Nous n?avons pas eu de réponse positive non plus de la part de l?Exécutif sur une augmentation de la part de logements dans les?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - On ne va pas refaire le débat du P.L.U. qui a duré quelques heures.

Monsieur NAJDOVSKI, vous posez votre question d?actua-lité, s?il vous plaît.

M. Christophe NAJDOVSKI. - ? sur tout Paris, il y a une priorité qui sera?

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Vous posez votre question d?actualité. Le débat du P.L.U. a eu lieu hier et chacun s?en expliquera auprès des Parisiens.

Allez-y, Monsieur NAJDOVSKI.

M. Alain LHOSTIS, adjoint. - 210 logements en moins pour les infirmières. Elles seront informées.

Vous répondrez devant les infirmières. On les enverra à 50 kilomètres de Paris.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - M. NAJDOVSKI et uniquement lui pour la question d?actualité du groupe ?Les Verts?.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Nous avons récemment appris dans la presse que la question de l?extension du stade Roland Garros avait été remise sur le tapis. Alors que le précédent projet d?extension qui amputait le bois de Boulogne a handicapé la candidature de Paris pour l?organisation des J.O. et a heureusement été abandonné, le Président de la Fédération française de tennis est revenu récemment sur le sujet en déclarant qu?il envisageait une extension du stade.

Le Maire de Paris annonçait que le stade Georges Hébert, stade municipal de la porte d?Auteuil, serait susceptible de permettre l?extension de Roland Garros avant 2012. Ce stade, tout comme les serres du jardin d?Auteuil et le square du Tchad, est classé en zone urbaine verte.

Votre prise de position appelle donc plusieurs commentaires ou questions.

Nous sommes d?abord surpris de découvrir par la presse que ce projet d?extension revient sur la table. Vous avez annoncé la volonté de la Mairie de Paris de participer au financement de l?extension de Roland Garros pour un montant de 20 millions d?euros.

Autorisez-nous à vous dire qu?il est permis de douter de la priorité d?un tel projet par rapport à d?autres, comme le financement d?équipements publics ou de logements pour les Parisiens.

Comment ne pas voir également que ce projet équivaut à la création d?un équipement qui sera vraisemblablement sous employé et coûteux à amortir ?

Comment ne pas voir non plus que beaucoup de sportifs ou de responsables de la Fédération de tennis n?approuvent pas le projet d?extension alors que les ligues régionales ont de réels besoins de financement pour se développer ?

Pourquoi ignorer les propositions alternatives beaucoup moins coûteuses, formulées par des responsables sportifs et par des associations de protection de l?environnement, comme le fait de doter le court Philippe Chatrier d?une couverture rétractable ou d?améliorer les capacités d?accueil de certains autres courts et ainsi de suite.

Une éventuelle extension de Roland Garros sur le stade Georges Hébert entraînerait donc la suppression d?un centre sportif municipal qui accueille aujourd?hui associations et scolaires.

Vous avez annoncé votre intention de relocaliser le stade Hébert sur l?hippodrome d?Auteuil. Pensez-vous, Monsieur le Maire, que les activités hippiques soient compatibles avec le fonctionnement au quotidien d?un stade municipal ?

Comment comptez-vous construire un stade sur un espace boisé classé ?

Si Roland Garros s?étend, qu?en est-il également de la redevance versée par le concessionnaire à la Ville de Paris ?

Celle-ci sera t-elle renégociée à la hausse ?

Nous sommes également inquiets du devenir des serres d?Auteuil et du square du Tchad. Alors que vous aviez donné votre feu vert pour l?extension de Roland Garros sur le bois de Boulogne, malgré la protestation des associations et des élus écologistes, comment ne pas être inquiet du devenir des serres d?Auteuil et du square du Tchad qui se retrouveraient coincés au milieu d?un nouvel ensemble qui risquerait, tôt ou tard, de les condamner ?

Par ailleurs, nous vous rappelons notre engagement commun pour l?ouverture au public ou la reconquête de 11 hectares d?espace naturel dans le bois de Boulogne avec le vote d?un v?u au Conseil de Paris. Alors que vous avez décidé de renouveler la concession de la Croix-Catelan qui restera un club fermé, réservé à une catégorie fortunée de la population, nous vous rappelons cet engagement commun d?ouverture des espaces du bois de Boulogne au plus grand nombre, conformément à la charte des bois.

Les élus ?Verts? souhaitent un débat sur l?aménagement global du bois de Boulogne et que ces abords soient ouverts et non pas que les dossiers soient pris un par un, sans vision d?en-semble. Beaucoup de questions restent en suspens et les élus ?Verts? du Conseil de Paris veulent, au-delà des discours et des engagements verbaux et même écrits dans les v?ux, des actes concrets pour que les Parisiens disposent d?équipements sportifs et de loisirs ouverts à tous. Notre priorité doit être l?ouverture d?espaces aujourd?hui inaccessibles aux Parisiens dans le bois de Boulogne et malheureusement le projet d?extension de Roland Garros ne répond nullement à cette priorité.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - M. CHERKI a la parole pour répondre.

M. Pascal CHERKI, adjoint. - Je n?ai pas très bien compris quelle était la question car maintenant ?Les Verts? sont devenus des spécialistes du cadre de vie dans le 16e arrondissement. Je voulais bien être sûr que l?on allait parler des équipements sportifs et pas, comme j?ai pu croire au début, des 210 logements d?infirmières supprimés. On parle bien des équipements sportifs.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente . - Allez-y, Monsieur CHERKI, sur Roland Garros. La question était claire.

Monsieur LHOSTIS, nous laissons M. CHERKI répondre sur Roland Garros.

Pascal CHERKI, répondez s?il vous plaît. Vous êtes le seul à avoir le micro.

M. Pascal CHERKI, adjoint. - Il faut laisser M. FLORES s?exciter un bon coup, après on pourra reprendre le débat sereinement. Je suis prêt à atteindre une minute.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - L?excitation n?est pas bonne conseillère. Continuez.

M. Pascal CHERKI, adjoint. - Le tournoi de Roland Garros, Madame la Maire, a connu cette année encore, un succès populaire incontestable, qui contribue au rayonnement de Paris. Dans un contexte de concurrence internationale? j?ai un problème de voix.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je n?ai rien entendu. Je veux entendre Pascal CHERKI.

M. Pascal CHERKI, adjoint. - C?est un peu comme au Parc quand cela crie derrière, j?ai du mal à me concentrer.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je donne la parole au président du groupe ?Les Verts?.

M. René DUTREY. - Les provocations se succèdent, les mots se succèdent. Je demande 2 minutes de suspension de séance pour faire redescendre l?atmosphère.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Elle est de droit mais je voudrais dire à M. le Président du groupe ?Les Verts? que les provocations sont vraiment sur tous les bancs. Je lui demande donc aussi de veiller à ce qu?elles n?émanent pas trop de son groupe.

La séance est suspendue.