Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DUCT 126 - Convention de délégation de service public pour la gestion de l'équipement public municipal Le Patronage Laïque, 72 avenue Félix Faure (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Juillet 2013


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons en 5e Commission et examinons le projet de délibération DUCT 126 concernant une convention de délégation de service public pour la gestion de l'équipement public municipal Le Patronage laïque, 72 avenue Felix Faure (15e). La parole est à M. Claude DARGENT.

M. Claude DARGENT. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, chers collègues, ce projet de délibération propose à notre Assemblée d'approuver une convention de délégation de service public avec l?association" Actions pour les collectivités territoriales et initiatives sociales, sportives, culturelles et éducatives".

Il s'agit de la gestion d'un nouvel équipement public situé 72, avenue Félix Faure dans le 15e, cet établissement occupe l?emplacement d?un ancien immeuble occupé depuis 1908 par l'association "Le Patronage laïque du 15e - Maison pour tous" dans le cadre d'un bail que lui avait consenti la Ville de Paris.

Construit au début du siècle dernier, Le Patronage laïque du 15e est l'héritier des patronages laïques créés peu après la loi de 1905 relative à la séparation de l'église et de l'État. Il représente tout un pan de la mémoire et de l'histoire de cet arrondissement et de ses habitants. L'immeuble d'origine est devenu propriété de la Ville en 1998, il était trop vétuste pour être réhabilité, il a donc été démoli récemment pour laisser place à une opération mixte : au rez-de-chaussée et au premier étage, un nouvel équipement public municipal, et aux trois derniers étages, des logements sociaux pour jeunes travailleurs. Je tiens à saluer l'achèvement de cet équipement, la fin des travaux étant prévue aux alentours du mois de décembre prochain. La Ville a souhaité qu'il soit créé un établissement de loisirs culturels et scientifiques pour la promotion des valeurs laïques et républicaines. On le constate, ces missions seront en continuité avec l'histoire du lieu. L'établissement change cependant de dimension car il est appelé à avoir désormais un rayonnement parisien. Réparti sur deux niveaux, il sera doté d'un foyer comprenant notamment un espace d'accueil, une salle polyvalente pouvant accueillir 130 personnes et à l'étage ont été aménagées des salles de cours, de réunion et un espace détente. Il était demandé aux candidats de présenter des projets qui prévoient un programme d'activités, de manifestations et de formations se distinguant de la seule offre de loisirs par la mise en ?uvre d'un programme pédagogique centré sur la sensibilisation aux questions relatives à l'État de droit et la laïcité, aux questions d'égalité républicaine, ou encore à la sensibilisation à l'acceptation des différences culturelles.

La mise en ?uvre de ce programme devait être structurée autour de trois axes : l'existence d'un lieu ressources favorisant l'information, l'échange et la formation, des activités de loisirs à caractère technique ou scientifique, linguistique ou culturel et artistique et, enfin, la mise en ?uvre d'activités à destination spécifique des jeunes.

L'examen des offres des candidats au regard de 3 critères : qualité du projet pédagogique, qualité du projet d'activité, et intérêt et solidité des propositions financières pour la Ville a conduit à proposer l'Association A.C.T.I.S.C.E. Elle aura la charge, si vous l'acceptez chers collègues, d'animer ce lieu innovant au projet ambitieux dans le respect de l'héritage attaché à cet emplacement. Rappelons pour mémoire tout de même que ce lieu a bien failli disparaître et qu'il a été sauvé de sa destruction programmée par la droite parisienne et du 15e arrondissement grâce à l'élection en 2001 de Bertrand DELANOË et de son équipe, et c'est la même équipe qui met aujourd'hui ce lieu en mesure de poursuivre et d'élargir ses activités pour les décennies à venir.

Un mot pour terminer sur la dénomination qui concerne le projet de délibération qui suit, il nous est proposé de dénommer cet établissement "Patronage Laïque Jules Vallès" pour rendre hommage à la fois à l'histoire du lieu et à ce républicain convaincu. Il est né en 1832, mort en 1885, il fut journaliste, homme politique, écrivain et il a été interné ou emprisonné à diverses reprises pour avoir défendu ses idées. Il a été employé à la mairie de Vaugirard pendant les années 1860 ce qui est un des éléments de justification de cette dénomination et élu à la Commune par les habitants du 15e arrondissement en 1871.

Jules Vallès y intervint notamment en faveur de la liberté de la presse et je tiens à souligner, il appartient à la minorité qui s'opposa à la création d'un Comité de salut public faisant valoir sur ce sujet ses conceptions anti autoritaires.

Il est donc tout à fait légitime de donner le nom de Jules Vallès à un établissement situé dans le 15e arrondissement et qui a les caractéristiques rappelées.

Cette dernière proposition n?a pas recueilli l'accord de la municipalité du 15e arrondissement, on se demande pourquoi, sauf à considérer que cette partie du passé de Paris et du 15e arrondissement doit être cachée, dissimulée, refoulée, c?est pourtant, chers collègues, l'une des composantes de notre histoire. Certes elle nous ramène à une période où le 15e arrondissement était majoritairement orienté à gauche, c'est probablement ce qui déplaît à l'actuel maire de cet arrondissement, mais cette période a bien existé et d'ailleurs, si les électeurs en décident, elle peut fort bien revenir. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Monsieur le Maire du 15e, la balle est dans votre camp.

M. Philippe GOUJON, maire du 15e arrondissement. - M. DARGENT a fait un discours très idéologique et dogmatique, on y est habitué. Je voudrais simplement lui dire que si mon prédécesseur, dont je ne partageais pas l'hostilité au Patronage Laïque, voulait le démolir, je rappelle que c'était pour y substituer un centre d'hébergement pour personnes en situation de handicap, ce n'était pas forcément une mauvaise cause.

En tout cas, je pense que là il s'agit encore d'une occasion manquée, car lorsque Mme HIDALGO m'avait confié son souhait en début de mandature de rénover le Patronage Laïque et d'en faire un vrai équipement associatif de proximité, je lui avais donné mon accord, parce que je pensais qu'on pouvait effectivement travailler ensemble sur ce projet.

Mais le projet présenté aujourd'hui n'a plus rien à voir avec un équipement de quartier, d'ailleurs c'est l'association "Patronage Laïque Maison pour tous" qui le dit, puisqu'il s'agit d'offrir au monde, si je peux dire, un temple à la laïcité qui, je pense, a plus besoin d'actes concrets pour être défendue que de bâtiments à sa gloire surtout quand il coûte plus de 5,5 millions d'euros !

Le contenu du projet de délibération, du cahier des charges s'apparente davantage, M. DARGENT l?a confirmé, à un discours politique, voire politicien qu?à un exposé technique de recherche de l'intérêt public, sans compter qu'évidemment pas une seule fois, ce n'est pas le moindre reproche que l'on peut faire, il n'est fait mention du 15e arrondissement, ni de sa municipalité, encore moins de ses habitants, ni de l'association "Patronage Laïque" dont M. DARGENT n'a pas dit un mot, qui a été totalement évincée du lieu, pour ne pas dire "virée".

Le comité de pilotage, mis en place au début de cette opération, avec les élus du 15e arrondissement d'ailleurs, ne s'est plus réuni depuis belle lurette. D'abord une réhabilitation soi-disant impossible alors qu?aucune étude ne nous a été présentée bien qu?elle existât selon l?association "Patronage Laïque", qui s'appuyait sur l'expertise technique de la Ville pour demander sa rénovation. Celle-ci aurait coûté déjà moins cher qu'un nouveau bâtiment qui va coûter près de 6 millions d'euros, prélevés d'ailleurs, je le dis au passage, sur les investissements localisés du 15e, qui, vous pouvez vous en douter, étaient destinés à de vraies priorités des habitants du 15e arrondissement. Sans compter une subvention annuelle de fonctionnement de 500.000 euros, au moment où l'on serre les cordons de la bourse c'est quand même pas mal, qui est 21 fois supérieure à la subvention octroyée jusqu'à présent à l'association du "Patronage Laïque - Maison pour Tous".

Encore plus grave, les riverains se sont carrément insurgés lors d'une réunion publique et, à travers une pétition de 300 signataires, contre le parti pris architectural imposé par la Mairie centrale, particulièrement austère, sombre et inadapté au quartier, surdensifiant l'îlot et coiffé, pour faire bonne mesure, comme l'a rappelé M. DARGENT, d'une résidence pour travailleurs avec trois niveaux sur cinq abritant la partie logement. Il faut savoir si ce sont des logements ou si c'est un patronage laïque ? Ce lieu de nature indéterminée ignore complètement les besoins du 15e arrondissement dans le domaine associatif et culturel, un manque d'autant plus évident que le centre culturel qui était prévu à l?origine dans la Z.A.C. Boucicaut, pas très loin, a été réduit de 3.800 à 750 mètres carrés avec, à la clef d?ailleurs, un projet d'Agence nationale du court-métrage, imposé là encore par la première adjointe sans aucune concertation avec le 15e ni même la moindre information, puisque nous l'avons appris par la presse, et sans aucun rapport avec les souhaits exprimés depuis des mois par les riverains et la mairie du 15e pour occuper ce lieu. Cerise sur le gâteau, l'espace dévolu aux associations, l'espace associatif qui était prévu sur la Z.A.C. Boucicaut, initialement prévu sur 1.100 mètres carrés, a quant à lui purement et simplement disparu, rayé de la carte? Quand on lit le programme d'animation prévu par "Actisce" autour des thèmes qui lui sont imposés (laïcité, valeurs républicaines et sociales, diversité culturelle, discrimination et citoyenneté), on imagine mal que les salles soient encore suffisamment disponibles pour satisfaire en plus les nombreuses, très nombreuses demandes venant du 15e arrondissement et même de tout Paris, puisque le cahier des charges impose que l'équipement rayonne sur tout Paris. Ce que l'on craignait a donc fini par se produire : nous héritons dans le 15e d?un équipement financé sur les investissements localisés du 15e arrondissement contre l'avis de la mairie du 15e arrondissement et à la place d'autres investissements, mal construit, dans l'urgence, dans un bâtiment très contesté par les riverains, sans aucun lien avec l'arrondissement, ne répondant à aucune des priorités des habitants ni du 15e arrondissement. D'ailleurs, l'association "Patronage Laïque - Maison pour Tous" a écrit à tous les élus de cette Assemblée pour dénoncer - et Dieu sait si elle était proche de la municipalité actuelle - "cet espace qui ne sera dédié qu'à la célébration de la laïcité" avec, c?est vrai, pour grand-prêtre, M. Marc BLONDEL qui a trouvé ainsi une reconversion, Mme HIDALGO. Cette association appelle à la mobilisation "pour que continue à vivre la laïcité de proximité dans le 15e arrondissement, mais dans un vrai espace de liberté" et non de propagande tel que l'a décrit M. DARGENT. Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président.- Merci, Monsieur GOUJON. La parole est à M. Hamou BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire. M. GOUJON est assez constant, je dois dire et, à chaque fois que l'on délibère (mais je vous rendrai hommage à de nombreuses reprises dans cet exposé), donc je rends hommage à M. GOUJON pour sa constance puisque, depuis que nous portons ce projet de construction d'un patronage laïque du XXIe siècle, il s'exprime toujours de la même façon, oubliant d'ailleurs d'une séance sur l'autre que nous avons délibéré des aspects précédents. Nous avons délibéré en juin 2010 de la destruction/reconstruction des anciens locaux du "Patronage Laïque". Nous nous sommes appuyés pour cela sur une expertise de la Direction de l'Urbanisme qui recommandait, compte tenu de la vétusté du bâtiment, de le détruire et de le reconstruire. Je n'ose imaginer que M. le Maire du 15e arrondissement conteste la qualité des professionnels de la Direction de l'Urbanisme. Je n'émets donc pas cette hypothèse. Puisque nous devions démolir et reconstruire ce "Patronage Laïque" (d'ailleurs le permis de démolir n'a pas été attaqué, pas plus que le permis de construire), nous en avons profité, soucieux des deniers des Parisiens, pour optimiser l'utilisation du foncier.

Nous avons donc construit sur cette parcelle, comme l?a décrit Claude DARGENT, un équipement formidable au service de cette grande cause qu'est la laïcité (Claude l'ayant abondamment décrit, je n'y reviens pas) et sur les R+2, R+3, R+4 nous avons construit une extension d'un foyer de jeunes travailleurs parce que tout le monde sait bien que pour les jeunes, se loger à Paris reste une difficulté, malgré l'extraordinaire impulsion que notre Municipalité a donné à la construction de logements sociaux.

Alors, cette démolition/reconstruction aurait coûté trop cher. Non, Monsieur GOUJON, cette démolition/reconstruction se termine à un coût de l'ordre de 5.750 euros du mètre carré SHON (je parle sous le contrôle de mes collègues), c'est le prix moyen de construction d'un tel immeuble à Paris. La subvention est 21 fois supérieure à la subvention octroyée à l'ancienne association gestionnaire du lieu, le "Patronage Laïque - Maison pour Tous" du 15e arrondissement, et pour cause : le projet qui va être mis en ?uvre est une démultiplication par, à mon avis, beaucoup plus que 21 de ce qui se passait dans cet immeuble.

Claude l'ayant décrit, je ne vais pas revenir sur ce point, mais il est évident que la laïcité à Paris a besoin de s'épanouir dans un lieu comme celui-là, a besoin de créer des débats, des occasions de dialogue, des occasions de vivre ensemble dans un lieu qui est moderne, qui a toutes les nouvelles technologies, qui dispose d'un pôle ressources sur la laïcité, qui disposera de lieux d'accueil pour le personnel dignes de ce siècle et dignes de l'idée que nous nous faisons de la façon dont les gens doivent travailler à Paris.

Donc, véritablement, dès le début 2014, vous aurez à voir la mise en ?uvre d'un véritable centre d'animation, à la fois innovant et généraliste. Il sera en lien, d'ailleurs, avec le centre d'animation Cévennes pour ce qui concerne ses activités généralistes, mais vous allez voir que ce lieu sera optimisé et très bien utilisé, Claude y est déjà revenu.

Alors, ce lieu n'est pas beau. Monsieur GOUJON, mon expérience d'aveugle me conduit à vous indiquer que, quand je me fais décrire un bâtiment par deux personnes différentes, j'ai toujours l'impression qu'on me décrit deux bâtiments différents.

Pour l'avis architectural, j'attends qu'une nouvelle habitante du 14e arrondissement, candidate conservatrice aux élections municipales, donne son avis pour voir si vous maintenez le vôtre. En attendant, on me dit que ce bâtiment a été construit de telle façon que les perspectives visuelles des voisins soient ménagées. Nous verrons effectivement à l'usage, mais je suis optimiste, en général cela se passe bien. Enfin? Vous y étiez, d'ailleurs, en 2011, et manifestement les voisins commencent à s'habituer à ce lieu. Vous savez, le Centre Pompidou a mis des années pour entrer dans l'architecture parisienne. Je ne me fais aucun souci pour le "Patronage Laïque". Il prendra sa place dans notre belle ville. Enfin, je voudrais conclure sur l'association "Patronage Laïque - Maison pour Tous". Dans le cadre de la D.S.P., cette association avait soumis un dossier de précandidature et ils n'ont pas poursuivi leur offre, si bien qu?ils n'ont pas pu être retenus. Il ne s'agit pas de notre côté d'une volonté de les en exclure, mais simplement du déroulement normal d'une délégation de service public. Enfin, je voudrais vous dire que, avec ce "Patronage Laïque", j'ai l'impression que nous bouclons une boucle. Hier, nous parlions de l'Institut des Cultures d'Islam, aujourd'hui commence le Ramadan pour les musulmans et nous allons recevoir, à l'occasion d'une soirée dédiée à l'Hôtel de Ville, l'ensemble des Parisiens pour fêter cette culture. Nous travaillons avec le Musée d'art et d'histoire du judaïsme. Autrement dit, Paris est devenu un écrin dans lequel peuvent s'épanouir toutes les singularités, quel que soit le genre, quel que soit l'âge, quelle que soit la situation de handicap, quelle que soit la religion ou la non religion de ses habitants et le "Patronage Laïque" me paraît couronner cet axe qui a toujours porté notre équipe municipale depuis que nous sommes en responsabilité. C'est pourquoi je vous incite à voter massivement ce projet de délibération. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DUCT 126. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, DUCT 126).