Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, PP 105 - Autorisation à M. le Préfet de police de signer un avenant n° 2 au marché de travaux signé avec la société en nom collectif SRC pour les travaux d’aménagement pour le relogement provisoire de la 10e compagnie de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris au “Point P”, 186, quai de Valmy (10e).

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2005


 

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération PP 105 concernant une autorisation à M. le Préfet de police de signer un avenant n° 2 au marché de travaux signé avec la société en nom collectif S.R.C. pour les travaux d?aménagement pour le relogement provisoire de la 10e compagnie de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris.

Madame DUBARRY, vous avez la parole.

Mme Véronique DUBARRY. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération nous propose d?autoriser M. le Préfet de police à signer un avenant au marché de travaux concernant le bâtiment dit ?du Point P?.

Je vous rappelle en quelques mots à quel point ce lieu est important pour les élus et les habitants du 10e arrondissement. Le bâtiment en question, propriété de la Ville de Paris, a été, à l?issue du bail avec la société ?Point P?, loué en partie à ?Usine éphémère? pour y installer temporairement un espace culturel, l?autre partie du bâtiment devant servir de caserne de transit aux pompiers de la caserne Louis-Blanc, celle-ci devant être rénovée et en ayant bien besoin.

Or, en juillet, à l?occasion d?un précédent projet de délibération, je suis déjà intervenue pour vous interroger sur les modifications de calendrier que la signature d?un avenant allait occasionner. Nouveau projet de délibération, nouvel avenant, je repose donc la même question et, de la même manière, je m?interroge sur la façon dont ces travaux ont été préparés.

Déjà le dernier projet de délibération nous proposait des modifications qui, pour une partie, ne pouvaient être prévues, cela va de soi, mais qui, pour la majorité d?entre elles, étaient des modifications demandées par les futurs occupants du lieu et correspondaient tout simplement à leurs besoins.

C?est à nouveau le cas aujourd?hui. Une partie des nouveaux travaux à effectuer correspond bien à des découvertes inhérentes à ce type de chantier.

En revanche, un certain nombre d?entre elles portent sur des modifications demandées à nouveau par les futurs usagers du lieu. Cela démontre bien que si les futurs usagers du lieu avaient été consultés avant le début des travaux, nous n?aurions pas à voter cet avenant pas plus que nous aurions dû voter celui de juillet dernier.

Ma question est la suivante : combien d?avenants allons-nous encore voter ? Ces avenants repoussant systématiquement la fin des travaux d?un mois, de quinze jours, d?une semaine. Mon inquiétude est grande de voir le délai fixé pour la fin de cette occupation temporaire, je le rappelle, s?éterniser plus que de raison.

Je prends mon temps de façon à ce qu?au moins le représentant du Préfet entende la fin de mon intervention. Je vous rappelle également l?attente des élus et des habitants du 10e de voir ce lieu dans son intégralité accueillir, et ce de façon pérenne, un lieu social et culturel dans un quartier qui en manque cruellement.

 

Monsieur le Préfet, ma question est brève et la suivante : quid du futur calendrier des travaux et est-ce que nous seront soumis dans les mois ou les jours à venir d?autres avenants à ces travaux dans ce bâtiment ?

Je vous remercie.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président, au nom de la 5e Commission. - Je vais vous donner quelques éléments de réponse pour ce qui concerne la Ville et le représentant du Préfet de police complètera.

Ce projet soumet à l?approbation du Conseil de Paris l?avenant n° 2 au marché de travaux du 9 novembre 2004 conclu avec la société en nom collectif ?S.R.C.?.

Cet avenant au marché de travaux résulte de la prise en compte de travaux complémentaires de sécurité non identifiés, au moment de la passation de l?avenant n° 1, et de travaux supplémentaires souhaités par le maître d?ouvrage (déplacement de robinetterie des douches, remplacement de lavabo par des vidoirs, réalisation de réservation de l?étanchéité sous le carrelage du local cuisine), pour un montant global de 28.944,99 euros.

Cela représente une majoration de12,84 % par rapport au marché initial. Cette situation est liée à une prévision initiale imparfaite des travaux. Ainsi, l?estimation initiale du marché de travaux était de 1.482.688,38 euros alors que le coût constaté des travaux réalisés par l?entreprise s?élève aujourd?hui à 1.673.067,62 euros T.T.C.

Nonobstant ces observations, il est constaté que les crédits inscrits au budget spécial de la Préfecture de police pour l?année 2005 couvrent les dépenses supplémentaires sus décrites. Le projet peut donc être validé positivement.

Pour répondre à votre question, il s?agit bien d?un avenant totalement lié à une situation imprévue.

Les travaux complémentaires de sécurité notifiés au moment de la passation de l?avenant n?étaient, pour l?essentiel, pas pris en compte. Je vous donne les faits. Ca devrait nous conduire à considérer que c?est le dernier avenant que nous aurons, j?espère, à examiner.

          Monsieur le représentant du Préfet de police, vous avez la parole.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. Merci, Monsieur le Maire.

Madame la Conseillère, l?opération évoquée que vous connaissez bien car on en avait déjà parlé au mois de juillet est une opération à tiroir, dont l?objectif est de mettre au niveau des contraintes opérationnelles la caserne dite de Château-Landon, dans le 10e arrondissement.

Pour faire ces travaux, il faut reloger le poste de commandement de la compagnie, c?est le but de cette installation transitoire dans les locaux dits de l?ancien ?Point P?. C?est une opération qui est un peu complexe. La première difficulté est que le bâtiment de Château-Landon est un bâtiment ancien, datant de 1877, mitoyen de voies S.N.C.F., qui surplombe une zone de carrières sujette à dissolution, ce qui va entraîner des travaux lourds de reprise en sous-?uvre supposant d?ailleurs l?excavation complète de la cour.

Sur l?aménagement du ?Point P?, il a fallu prendre en compte certains ajustements liés à diverses imprécisions du descriptif. Les imprécisions étaient liées au fait que l?on avait du mal à accéder, à certaines périodes, à cet établissement qui était affecté à d?autres usages et à la nécessité de maintenir hors emprise du chantier la promenade piétonne longeant le canal Saint-Martin.

Troisième difficulté. Sur le programme Château-Landon proprement dit, le cabinet retenu pour la maîtrise d??uvre de la restructuration s?est révélé défaillant.

Il faut donc faire reprendre l?opération par un bureau d?études techniques qui était à l?époque son cotraitant solidaire.

Ceci étant dit, où en sommes-nous ? En ce qui concerne l?aménagement du ?Point P?, le chantier a démarré en décembre 2004, un premier avenant a été adopté par votre Conseil en juillet. Celui qui vous est présenté porte sur divers imprévus dont M. le Maire adjoint a rappelé le contenu. Ce sera le dernier avenant, selon les informations qui sont en ma possession. La mise en service est envisagée en novembre 2005.

En ce qui concerne Château-Landon proprement dit, car je pense que c?est également un de vos soucis, au vu des éléments que je vous ai donnés il y a un instant, nous serons amenés à présenter un avenant au marché d?étude au Conseil de Paris, au cours du premier trimestre 2006.

La durée prévisionnelle des études est de 10 mois, la durée de réalisation des travaux est estimée à 26 mois, ce qui nous amènera à boucler cette opération, je vous le dis très franchement, pas avant 2008.

M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération PP 105.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, PP 105).