Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DDEEES 131 G - Subvention (35.880 euros) et convention avec Paris Europlace, structure de gouvernance du pôle de compétitivité Finance Innovation.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2013


 

M. LE PRÉSIDENT. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DDEEES 31 G relatif à l'attribution d'une subvention de 35.880 euros et d'une convention avec Paris Europlace, structure de gouvernance du pôle de compétitivité Finance Innovation. Je vais donner la parole à Mme Valérie SACHS.

(Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, remplace M. le Président du Conseil de Paris au fauteuil de la présidence).

Mme Valérie SACHS. - Monsieur le Président, mes chers collègues, selon un rituel annuel trop bien rodé et pour la dernière fois de cette mandature, j?attire l'attention de mes collègues sur le pôle de compétitivité de taille mondiale, Finance Innovation, qui accompagne et labellise de nombreux porteurs de projets innovants dans le secteur de la finance.

Comme chaque année depuis 2008, je vais déplorer et dénoncer, toujours avec la même obstination, la faiblesse du montant affecté au pôle par le Département de Paris, y voyant là une énième traduction d'un dogmatisme symptomatique de l?Exécutif parisien, en matière de développement économique, qui conduit notamment la place financière parisienne à une impasse, au nom d'un tabou : la mauvaise réputation de la finance aux yeux de nos concitoyens. Il est pourtant dans l'intérêt de tous de soutenir politiquement et financièrement la place financière parisienne. Car je rappelle que d'après le dernier rapport de Paris Europlace, ce secteur d'activité génère près de 550.000 emplois directs et indirects en Ile-de-France et représente 6,4 % du PIB de la Région-Capitale. Comme chaque année, vous me direz que le pôle ne demande pas davantage mais c?est parce qu?il n?ose même plus demander et qu'il s'agit d'une simple contribution de fonctionnement. Or, je considère que depuis la création du pôle mondial, Paris accorde une subvention de patronage local quand il faudrait changer de logique. Un pôle mondial doit avoir les moyens de recruter les meilleurs et de les rémunérer au juste prix de la concurrence internationale. Il faut en finir avec cette logique de survie économique, dont ce dossier n'est qu'un épiphénomène. Néanmoins le problème va au-delà de la seule subvention et je m'attarderai sur ce point. Les projets labellisés par Finance Innovation n'obtiennent pas actuellement les aides financières nécessaires à leur réalisation.

Et parmi les financeurs publics, je regrette que Paris tende à suivre trop souvent les décisions de la Région qui craint les projets trop marqués finance. Or, cette approche prive Paris de projets innovants, pourtant créateurs de valeur et d'emplois. Au nom de l'U.D.I., une fois encore, je demande que Paris s?engage au service de sa finance, oublie sa frilosité et assume clairement son soutien. L'innovation en finance est un axe précieux du développement économique. Les projets existent, sont accompagnés dans la durée par Finance Innovation, mais ont besoin pour trouver pleinement leur financement de l'engagement de Paris, sésame de confiance et booster de réussite. Je vais citer deux projets qui illustrent mes propos.

Le projet de modélisation de la gestion du passif des fonds était candidat au FUI 16 en avril 2013. Il s'agit d'un projet structurant pour tous les gestionnaires d'actifs français, mais il n'a pas été retenu pour le financement.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Un peu de silence s?il vous plait ! Attendez, Madame SACHS, nous allons attendre que ces messieurs de l'U.M.P. s'assoient et que l'on puisse bien vous entendre car il y a un tel brouhaha qu'on ne vous entend pas. Poursuivez, Madame SACHS.

Mme Valérie SACHS. - Idem pour le projet Pépites qui permet l'extraction automatique et la visualisation intelligente d'information pour attirer des capitaux privés vers le financement des entreprises. Ce candidat au FUI 14 d'avril 2012 apportait pourtant une véritable réponse à ce problème majeur que rencontre toute entreprise.

L'U.D.I. propose pour la prochaine mandature que Paris cesse d'être simple cocontractant de ce seul pôle parisien pour en devenir véritable partenaire. Paris dispose de deux atouts majeurs au service de l'activité économique et de l'emploi : le pôle évidemment, et Paris Europlace aujourd'hui reconnu comme un "benchmarker" mondial.

La place financière parisienne constitue un levier déterminant pour le développement des entreprises, et plus que jamais dans la perspective de reprise de la croissance, elle aura besoin du soutien actif et inconditionnel du futur Maire de Paris. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Pour répondre, je donne la parole à M. Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA. - Merci pour cette intervention, chère Madame SACHS, qui est effectivement rituelle puisque vous êtes déjà intervenue en 2008, 2009 et 2010 sur le même sujet.

Je voudrais simplement vous dire deux choses, d'une part la subvention que verse la Ville de Paris est une subvention non négligeable, contrairement à ce que vous pensez, parce que nous avons des pôles de compétitivité de taille mondiale, à qui nous versons des subventions inférieures à cette subvention-là. Deuxièmement?

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Excusez-moi, mais je renouvelle mon observation de tout à l'heure : on n'entend pas les personnes qui interviennent. Monsieur MISSIKA, vous avez la parole.

M. Jean-Louis MISSIKA. - Je souhaiterais que les conversations s'interrompent, ce n'est pas possible de travailler comme cela ! S?il vous plait. Je voudrais poursuivre sur le budget de ce pôle. Il est de 1.600.000 euros environ, avec une participation du secteur privé qui est nettement majoritaire puisqu?elle s'élève à 921.000 euros. Ce que je veux dire, c'est que le pôle de compétitivité Finance Innovation n'a pas véritablement besoin - c'est l'une des raisons pour lesquelles il ne demande pas à la Ville et à la Région une augmentation substantielle de sa subvention - de subvention de fonctionnement supplémentaire. J'ajoute que la Ville, en tant que Département, est le seul département d?Ile-de-France à subventionner le pôle de compétitivité Finance Innovation. Je souligne au passage que les Hauts-de-Seine, qui pourtant ont sur leur territoire La Défense - excusez du peu - verse 0 euros au pôle de compétitivité Finance Innovation. Je n'en dirai pas plus sur ce sujet-là. Maintenant vous parlez du financement des projets. En ce qui concerne les financements des projets, je voudrais dire qu'à chaque fois qu?un projet du pôle de compétitivité se trouvait sur le territoire de la Ville et était noté au maximum par l?Etat, nous avons soutenu ces projets. Le projet auquel vous faites référence a eu la note 2 de la D.G.C.I.S. et il se trouve que parmi les critères de la Ville de Paris, nous ne subventionnons que les projets qui ont eu la note maximum définie par la D.G.C.I.S. Je vous réponds sur le dernier sujet, celui de 2013, si vous voulez ; on ne va pas remonter non plus à 2010 ou à 2011. Bien évidemment, en ce qui concerne le nombre d'emplois, en ce qui concerne l'importance de l'activité finance pour le territoire francilien et le territoire parisien, je suis entièrement d'accord avec vous. Ce qui nous paraît essentiel, au-delà de cette question du montant de la subvention, c?est que le soutien du Département de Paris va bien au-delà de la subvention. Je prends un seul exemple : celui de l'Incubateur Finance.

Cet Incubateur Finance est logé au Palais Brogniard, avec une négociation que la Ville de Paris a eue directement avec le gestionnaire du Palais Brogniard, de telle manière que des entreprises et des "start-up" de la finance puissent être installées dans de bonnes conditions au Palais Brogniard.

J?ajoute que l'objectif principal que nous avons en la matière est de soutenir toutes les initiatives du pôle en matière de finances durables et responsables. De ce point de vue, des progrès significatifs ont été faits, en collaboration avec le pôle de compétitivité et avec d'autres institutions, notamment Europlace, notamment également l'Institut Louis Bachelier ou la Fondation du risque, qui ont permis que des initiatives véritablement importantes, sur le plan, par exemple, de la définition d'un des axes de ce pôle de compétitivité autour de la finance durable et responsable, puissent se réaliser.

Voilà ce que je voulais vous dire en la matière. Je comprends très, très bien votre intervention. Elle me paraît fondée sur des arguments intéressants. Cela dit, le mode de financement de ce pôle de compétitivité n'est pas la question essentielle. La question essentielle, ce sont les orientations en direction de la finance durable et responsable. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur MISSIKA. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 131 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, DDEEES 131 G). A l'unanimité ? Je vous remercie. Non, abstentions ? Contre, excusez-moi !

Ce projet est voté non pas à l'unanimité puisque le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche a voté contre. Merci. Désignation de représentants du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, dans un jury d'architecture.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Mes chers collègues, je vous propose de procéder à la désignation, au scrutin secret, des représentants du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, dans le jury d'architecture suivant :

Jury appelé à procéder à la sélection du maître d??uvre qui sera chargé de l?extension et de la restructuration partielle du collège Claude Chappe et de la reconstruction partielle de l?école maternelle 9, rue des Alouettes et 36, rue Fessart (19e) (R. 8 G) :

Titulaires :

- M. Daniel MARCOVITCH ; - Mme Halima JEMNI ; - Mme Colombe BROSSEL ; - M. Jean-Jacques GIANNESINI ; - Mme Anne-Constance ONGHENA.

Suppléants :

- M. Roger MADEC ;

- Mme Firmine RICHARD ;

- M. Mao PENINOU ;

- M. Pierre-Yves BOURNAZEL ; - Mme Claude-Annick TISSOT.

Y a-t-il d'autres candidatures ? Il n'y en a pas.

Le scrutin est ouvert.

(Les votes sont recueillis).