Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DASES 512 G - Participation (3.736.191 euros) aux budgets de fonctionnement des Espaces Solidarité Insertion (ESI).

Débat/ Conseil général/ Octobre 2013


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l'examen du projet de délibération DASES 512 G relatif à une participation de 3.736.191 euros aux budgets de fonctionnement des Espaces Solidarité Insertion, de très beaux espaces. Mme Marinette BACHE va certainement le dire en moins de 5 minutes et Mme TROSTIANSKY lui répondra.

Mme Marinette BACHE. - Merci, Monsieur le Président. En effet, à travers ce projet de délibération, je tenais à souligner l'excellence du travail effectué par notre Municipalité en termes d'accueil et d'accompagnement des personnes en grande difficulté. Les treize Espaces Solidarité Insertion gérés par les associations spécialisées, ainsi que les E.S.I. des 16 et 14e arrondissements gérés par le C.A.S.V.P. permettent d'accueillir, sur l'ensemble du territoire parisien et de manière inconditionnelle, les personnes à la rue les plus vulnérables et de favoriser leur sortie de rue et leur insertion. Je veux saluer ici aussi le professionnalisme et l'implication de celles et ceux qui, par leur engagement militant ou professionnel, permettent à ces structures non seulement de fonctionner correctement mais au-delà d'accueillir dignement et utilement les personnes en grande précarité. Outre de pouvoir trouver en journée un lieu chaleureux et convivial, ces personnes y trouvent un véritable point d'accès à leurs droits fondamentaux : droit à la dignité (douche, coiffure, buanderie, etc.), droit aux soins (soins infirmiers, pédicure, entretiens avec un psychologue) et puis droits sociaux. Cette dimension est renforcée par la cohérence de la politique de notre Ville en ce domaine, notamment grâce aux liens créés entre les E.S.I. et les permanences sociales d'accueil de Chemin Vert, Bastille, Belleville, avec le Samu social, avec le système intégré d'accueil et d'orientation Urgence et Insertion pour le logement, avec également la coordination pour les maraudes parisiennes. L'implication du personnel permet même d'aller au-delà en travaillant à la resocialisation de ces personnes en grande difficulté. C'est notamment le cas de l?E.S.I. de la Halle Saint-Didier géré par le C.A.S.V.P. qui régulièrement organise des animations pour les personnes sans abri. Ces actions permettent de créer du lien, des moments de partage, de retrouver du plaisir et de la convivialité, de redonner un sens à la vie et surtout parfois même le goût de vivre. Je me permets également de prendre le temps de saluer l?excellent et si nécessaire travail de Halte Aide aux femmes battues qui intervient dans le 20e arrondissement, en apportant une aide psychologique et juridique personnalisée aux femmes victimes de violence et/ou à la rue. C'est une question à laquelle la municipalité du 20e arrondissement est particulièrement attentive et que nous traitons également à travers le PAD 20e. Nous voterons ce projet de délibération avec conviction, d'autant plus que l'augmentation de la subvention permet la revalorisation salariale des salariés de l?E.S.I. du 10e arrondissement et d'augmenter les effectifs dans le 13e arrondissement. Si cela pose quelques problèmes à certains de nos collègues de l'U.M.P., hostiles de manière récurrente aux hausses de salaire et à l'augmentation des personnels, pour nous, au contraire, cela nous ravit. Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup pour cet éloge, Madame BACHE. Mme TROSTIANSKY vous répond. Il est 19 heures.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Merci, Madame BACHE, d'avoir rappelé l'utilité des Espaces Solidarité Insertion qui, comme vous l'avez décrit, sont là pour améliorer le quotidien des personnes sans domicile. C'est vrai que l'on parle beaucoup de l'hébergement, mais ce qui se passe pendant la journée est aussi essentiel. Dans cette nouvelle convention de ces quinze Espaces Solidarité Insertion que nous cofinançons avec l'Etat et la R.A.T.P., ce qui est vraiment important, c'est de rappeler le rôle essentiel dans l'orientation des personnes à la rue. Et pour ces lieux d'accueil, ce qui est vraiment très important est le maillage étroit réalisé avec l'ensemble des partenaires, avec l'ensemble des acteurs de la veille sociale, particulièrement les SIAO Urgence et Insertion qui gèrent ensuite l'attribution des places d'hébergement. Ce qui est important, c'est vraiment que les personnes soient orientées vers des structures d'accueil pérennes et aussi qu'ils puissent passer le relais au P.S.A. (Permanence sociale d?accueil) du Centre action sociale de la Ville de Paris pour le suivi social.

Je voudrais peut-être ajouter à ce que vous avez dit que les Espaces Solidarité Insertion sont aussi très impliqués dans le cadre du plan hiver : on leur demande depuis quelques années, essentiellement ceux qui sont gérés par le Centre d'action sociale de la Ville de Paris, et on a des équipes vraiment très engagées qui n'hésitent pas à réorganiser leur travail pour ouvrir plus longtemps, y compris le week-end alors que ce n'est pas forcément les heures d'ouverture, et même certaines fois la nuit durant les périodes les plus froides.

Pour toutes les raisons que vous avez évoquées et peut-être celles que j'ai ajoutées de manière complémentaire, je vous invite à voter ce projet de délibération, en vous démontrant, je crois, la grande utilité de ces structures qui nous aident sur Paris à rendre cette ville plus solidaire.

M. Christian SAUTTER, vice- président. - Merci, Madame TROSTIANSKY. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 512 G. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté à l'unanimité. (2013, DASES 512 G).