Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 SG 191 - Subventions (210.000 euros) et conventions avec 11 établissements cinématographiques parisiens.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2013


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération SG 191 relatif à l'attribution de subventions et conventions avec 11 établissements cinématographiques parisiens. La parole est au cinéaste Romain LÉVY.

M. Romain LÉVY, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Effectivement, par ces subventions, il nous est proposé d'accorder notre soutien à 11 établissements cinématographiques qui gèrent à Paris 14 salles de cinéma, qui sont des cinémas indépendants classés "Art et essai" situés dans les 5e, 6e, 8e, 9e, 13e, 14e, et 16e arrondissements afin de les aider notamment à mettre en place l'accessibilité de leurs établissements et à acquérir du matériel pour leur cabine et pour la numérisation.

Je veux souligner effectivement le travail qui est mis en ?uvre par Bruno JULLIARD et Véronique DUBARRY afin de mettre en place le schéma directeur d'accessibilité des salles de cinéma parisiennes. En effet, ce dispositif promeut l'accès des personnes en situation de handicap à la pleine citoyenneté. Cette politique est aussi pour moi l'occasion de rappeler qu'elle rejoint déjà la politique mise en ?uvre et les financements importants qui ont été faits pour l'équipement numérique de ces salles de cinéma, ce qui était un défi important à relever, mais aussi qui va permettre de proposer des séances de cinéma accessibles aux sourds et aux malentendants notamment.

Je sais que dans le 6e arrondissement, qui m'est cher, le cinéma Arlequin fut dès 2004 le premier cinéma à offrir deux fois par semaine des séances sous-titrées de film français, rendant ces derniers accessibles aux sourds et malentendants grâce à un financement là aussi de notre Mairie.

Mais je voulais aussi, car dans le Quartier latin et le 6e arrondissement, ces cinémas d'art et d?essai sont particulièrement importants, saluer plus largement la politique mise en place depuis des années pour aider ces cinémas à se moderniser, à passer au numérique, maintenant l'accessibilité. Si je ne prends que le 6e arrondissement et ces cinémas, c?est en avril dernier près de 200.000 euros qui avaient été alloués en budget d'investissement sur la conversion numérique. C?était en 2012 plus de 220.000 euros, aussi sur la conversion au numérique des simples salles du 6e arrondissement. C'était plus de 1,2 million sur l'ensemble de Paris, et c'était déjà la même somme (220.000 euros) en 2011.

Je voulais donc intervenir pour saluer l'action de la Ville, qui est particulièrement importante pour ce patrimoine unique au monde que sont nos salles d'art et d?essai.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, adjoint. - Merci, Romain LÉVY. Vous êtes d'ailleurs particulièrement concerné dans votre arrondissement puisqu?un certain nombre de salles sont en effet accompagnées par la Ville de Paris, comme d'ailleurs dans d?autres arrondissements du c?ur de Paris, je pense aux 5e et 8e arrondissements par exemple.

Il s'agit d'un projet de délibération qui apporte le soutien à 11 établissements cinématographiques de la ville qui gèrent 14 salles indépendantes toutes classées "art et essai". Ces conventions portent subvention d'équipements. Cette année, nous pouvons conclure le plan de numérisation de ces salles et après l'acquisition de matériel, ces subventions se concentrent maintenant sur les travaux relatifs à la mise en accessibilité de ces cinémas indépendants parisiens : la mise en accessibilité conjuguée à la numérisation permet, grâce au soutien de la Ville, que nous ayons un réseau de salles "art et essai" d'excellente qualité.

Je rappelle bien sûr, comme vous l'avez dit, que tout cela s'inscrit dans un schéma directeur de l'accessibilité des salles de cinéma parisiennes qui vise à permettre à toutes les personnes en situation de handicap d'avoir accès à une offre cinématographique suffisante, et ce, dans chaque quartier parisien.

Cela me permet par ailleurs de souligner que grâce à la Mission cinéma et la Direction des Affaires culturelles de la Ville, Paris est une capitale mondiale du cinéma. Le nombre d'écrans augmente de mois en mois, ce qui est une richesse pour la culture dans notre ville.

Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi garantir la diversité, lutter contre la concentration dans un secteur très concurrentiel qu?est celui du cinéma, et il y a besoin d'une intervention publique pour garantir cette diversité de création, cette diffusion de films d'art et d'essai, et cela passe par ce soutien aux salles indépendantes "art et essai".

De ce point de vue, la politique de la Ville de Paris est assez exemplaire. Elle est reconnue par l'ensemble des professionnels, et je crois même qu'elle est scrutée avec attention par d'autres capitales européennes qui souhaitent s'en inspirer. Je veux évidemment, au nom du Maire de Paris, m'en féliciter.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 191. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, SG 191).