Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DAC 725 - Attribution de la dénomination Naguib Mahfouz à la bibliothèque Couronnes (20e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2013


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DAC 725 relatif à l'attribution de la dénomination Naguib Mahfouz à la bibliothèque Couronnes (20e). La parole est à M. Hamou BOUAKKAZ.

M. Hamou BOUAKKAZ, adjoint. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, "un art narratif arabe qui vaut pour toute l'humanité" : ainsi Naguib Mahfouz caractérisait-il son immense ?uvre.

Comment mieux définir la vie de celui qui fut le visage du roman moderne de langue arabe, affranchi de ses modèles occidentaux ? A l'heure où l'Egypte, son pays, qui tâtonne sur le chemin de la démocratie, replonge dans une crise destructrice, il est le porte-voix de nos semblables de l'autre rive de la Méditerranée, eux qui vivent, espèrent, rêvent comme nous, en respirant le même air, et j'ose le dire, en regardant les mêmes étoiles.

La folie des hommes, Naguib Mahfouz l'a vécue dans sa chair, poignardé par des extrémistes, paralysé pour avoir défendu la liberté d'expression qu?est la littérature. Malgré son handicap, il poursuivit son ?uvre, explorant d'autres formes de création. "Ce qui se passe à la maison, au travail, dans la rue, voilà la source des récits", aimait-il à dire. C'est ainsi que, défiant tous les pronostics, et brisant un plafond de verre qui jusque-là excluait l'Afrique et le monde arabophone du prix Nobel de littérature, il le remporta en 1988.

Aujourd'hui, six ans après sa disparition, notre Assemblée, si vous en décidez ainsi, va lui dédier un lieu d'exceptions qui incarne ses valeurs, un lieu qui réconcilie les cultures de part et d'autre de la Méditerranée, qui fait dialoguer deux mondes.

Paris ne peut que se féliciter de faire une place à ce géant des lettres universelles qui, à lui seul, incarnait tant la difficulté de se trouver une place dans le monde pour ceux qui sont singuliers que l'impérieuse nécessité de la fraternité entre les êtres humains. La bibliothèque Couronnes a de quoi porter ses idéaux : maison des citoyens, riche d'un fonds conséquent en langue arabe, deuxième langue de France, elle est à l'image de la diversité de la France qui se construit et se renouvelle sous nos yeux. Elle qui porte déjà en ses murs le soleil de l'Egypte, berceau du monde et patrie de Naguib Mahfouz, dorénavant portera également son nom. Je forme le v?u, avec le Conseil du 20e arrondissement, que cet établissement de haut niveau bénéficie des améliorations nécessaires, notamment d'un agrandissement, pour mener sa mission d'éducation et de partage dans les meilleures conditions ; et je tiens à rappeler le v?u voté par notre Assemblée en 2011 visant à ce que le nom de Taha Hussein, philosophe, philologue, le plus grand intellectuel arabe du XXe siècle et le plus grand auteur aveugle contemporain, et l'une des sources d'inspiration de Naguib Mahfouz, soit attribué à une bibliothèque parisienne. Je ne désespère pas de voir ce v?u se réaliser. "A mon âge, il serait incorrect d'être pessimiste", disait Naguib Mahfouz à la fin de sa longue vie. Que notre lutte incessante pour une société meilleure, où chacun sera reconnu pour ce qu'il apporte dans la vie publique, sans distinction de handicap, genre ou origine, raisonne du même message. Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - La parole est à M. Bruno JULLIARD.

M. Bruno JULLIARD, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

Et merci beaucoup, Hamou BOUAKKAZ, d'insister sur la pertinence de l'attribution de cette dénomination Naguib Mahfouz à la bibliothèque Couronnes, pertinence parce qu'il est important, fondamental, particulièrement en cette période trouble, de rendre hommage à cette figure déterminante de la littérature de langue arabe, un des intellectuels les plus connus d'Egypte, lauréat du prix Nobel de littérature en 1988, qu'on peut définir comme un laïque moderniste et comme vous l'avez souligné, qui a toujours prôné modération conjuguée à tolérance. Paris se doit de lui rendre hommage, et quoi de mieux que de donner son nom à cette bibliothèque Couronnes qui, par ailleurs, est dotée d'un fonds spécial consacré au monde arabe avec plus de 2.000 titres, ce qui est évidemment une excellente chose.

Quant à votre souhait de voir cet équipement agrandi, cela n'est à l'heure actuelle pas envisagé, mais je suis évidemment tout à fait disposé à voir comment nous pourrions améliorer encore le fonctionnement de cet équipement.

J'ajoute tout de même que le 20e a été l'objet d?efforts importants en matière de lecture publique. Deux nouvelles médiathèques ont été ouvertes depuis 2010 : Marguerite Duras et Louise Michel. Une nouvelle bibliothèque est prévue dans le cadre du G.P.R.U. de la porte de Montreuil pour la prochaine mandature, la bibliothèque Lagny.

Le 20e arrondissement le mérite et évidemment, cher Hamou BOUAKKAZ, je suis à votre disposition pour échanger encore afin d?améliorer cette situation.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix le projet de délibération DAC 725. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 725. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, DAC 725).