Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DEVE 180 - Avenant n° 1 au marché de travaux lot n° 2 d'aménagement d'une promenade sur la petite ceinture entre la place Balard et la rue Olivier de Serres (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2013


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DEVE 180 relatif à un avenant n° 1 au marché de travaux d?aménagement d?une promenade sur la petite ceinture entre la place Balard et la rue Olivier-de-Serres.

La parole est à M. Gilles ALAYRAC, 5 minutes.

M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Monsieur le Maire. Vous avez eu raison, Madame GIBOUDEAUX, de rappeler à l'instant que l?aménagement de la petite ceinture dans le 15e arrondissement est une belle réalisation de cette mandature et son ouverture aux riverains, depuis maintenant trois mois, une réussite incontestable. Elle le sera encore davantage lorsque le tronçon actuellement en travaux reliant la voie ferrée à l'entrée du parc Georges Brassens aura été mis en service, cela, nous l'espérons, avant la fin de l'année ; c'est le désir des riverains et peut-être pourrez-vous aujourd'hui nous en donner confirmation. Mais, Madame de CLERMONT-TONNERRE, ne soyez pas déçue, ce prolongement va être réalisé. Les habitants du 15e, et bien au-delà, se sont appropriés cet espace de détente et de calme, parenthèse paisible offrant un panorama sur l'urbanisme du Sud de la Capitale mais aussi sur la nature qui a repris ses droits depuis 70 ans. Ce n'est pas le plus urgent, mais je crois qu'il faudra, sans doute dans quelque temps, que la Ville réfléchisse aux moyens de rendre cet espace plus vivant, plus agréable encore qu'il ne l'est, car je crois que cela est possible ; je pense à l'utilisation de la gare Vaugirard qui n'est pas accessible aux visiteurs, je pense à l'Art dans la Ville qui pourrait ici s'exposer en plein air, je pense à des bancs supplémentaires qui sont nécessaires ; bref, j'ai un certain nombre d'idées et de propositions que j'exposerai le moment venu. Mais je constate, désolé aujourd'hui, que tout ce qui est surfaces planes a été systématiquement tagué ces derniers jours et cela me désole. Si, à mon sens, il est intéressant de conserver les tags très anciens qui présentent sans doute un intérêt, il faut sans attendre éliminer les tout récents qui altèrent cet espace. Le maire du 15e arrondissement avait indiqué publiquement que cette promenade était, je cite, "certes sympathique, mais vraiment pas extraordinaire". Je m'y suis encore récemment promené un dimanche après-midi et je peux attester du vif succès qu'elle rencontre auprès de la population. Alors, pour ne pas reconnaître que les Parisiens se sont en fait approprié ce poumon vert, on se fait grinçant. Eh bien, moi, je suis un passionné de cette réalisation écologique et je ne veux pas qu'on la dénigre. Pourquoi je dis cela ? Parce qu'en Conseil d'arrondissement, nous avons appris, stupéfaits, de la bouche du maire et de son adjoint à la sécurité, que la Coulée verte était dangereuse, qu'il y avait eu des jets de cailloux sur les fenêtres des riverains. C'est évidemment inadmissible, mais peut-être peut-on relativiser aussi la gravité de l'insécurité en question. Pire encore ! Le maire du 15e a indiqué qu'il n'y avait aucune surveillance et que les seuls agents de la Ville qui passaient étaient ceux des parcs et jardins voisins qui fermaient le soir. Mes chers collègues, je l?infirme, ceci est faux, j'ai vérifié. Une fois de plus, on pratique la désinformation à la mairie du 15e pour nuire à des projets dont on n?a pas voulu, mais qui marchent. Les agents de la D.P.P. surveillent la promenade, d?ailleurs ils ont déjà procédé à plusieurs verbalisations et à des évictions. La Ville assume donc ses responsabilités en matière de surveillance et il est bien évidemment nécessaire que les agents des parcs et jardins soient également présents et pas seulement pour fermer le soir, si tel était le cas. Je profite d'ailleurs de cette intervention pour dire à notre collègue Fabienne GIBOUDEAUX que la fermeture le week-end à 16 heures 45, alors qu?il y a encore foule, c?est à mon avis un peu tôt et qu'il serait peut-être nécessaire de regarder si on peut étendre l'amplitude horaire le week-end.

Par ce projet de délibération, l'Exécutif nous invite à apporter des avenants à un marché qui vont permettre de réaliser des panneaux d'information pédagogiques ainsi qu?une liaison directe avec le court de tennis n° 7 du Tennis Club de Vaugirard qui sera accessible, donc, en traversant la promenade.

J'invite maintenant l'ensemble de nos collègues à soutenir les efforts déployés par la Municipalité pour continuer à faire de cette Petite Ceinture un lieu exceptionnel et préservé de notre ville.

Merci.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci. La parole est à M. MENGUY.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Merci, Monsieur le Maire. J'ai écouté avec beaucoup d'attention ce que disait notre collègue Gilles ALAYRAC et, pour le coup, le manichéisme dont vous faites preuve est assez désolant, Monsieur ALAYRAC. C'est une chose d'accepter un projet - et nous l'avons accepté bien volontiers - mais vous ne pouvez pas nous faire le reproche de vouloir améliorer ce projet. D?après ce que vous dites, Monsieur ALAYRAC, je constate qu'il y a encore de nombreux sujets qui peuvent être améliorés sur cette Petite Ceinture ferroviaire. Vous vous y baladez, très bien, nous aussi. On pourra se croiser et discuter ensemble. Mais il y a un certain nombre de faits que vous avez relevés vous-même, Monsieur ALAYRAC. Moi, je suis désolé, mais la gauche ne peut pas dire en Conseil d'arrondissement que l?on a tort de regretter qu?il y ait des tags sur la Petite Ceinture et, en Conseil de Paris, de dénoncer qu'il y ait des tags sur la Petite Ceinture. A un moment donné, il faut être cohérent avec la réalité du terrain et les propos qui sont tenus. Oui, il y a des problèmes par rapport aux tags, par rapport à la sécurisation de cette promenade, par rapport à la sécurisation des accès envers les riverains de cette promenade et, Monsieur ALAYRAC, si le fait qu'un certain nombre d'individus jettent des cailloux sur les fenêtres des habitations des habitants du 15e, vous considérez que c'est un acte qu'il faut minimiser, et bien souffrez, Monsieur ALAYRAC, que nous considérons que c'est un acte qu'il faut traiter et apporter des solutions pour que cela ne se reproduise plus, pour la sécurité des riverains, mais aussi évidemment pour la sécurité des promeneurs. Nous l'avons dit, il y a des choses à améliorer sur la sécurité, mais pas seulement. Je vous rappelle quand même qu?avait été expérimentée, sur cette promenade, la promenade sans poubelle. Ce n'est pas le chiffre "100", c?est : pas de poubelle. Si, dans un espace public, on veut expérimenter de ne pas mettre de poubelle, il ne faut pas s?étonner qu?il y ait des problèmes de jet de détritus par terre et que cela dérange les promeneurs. Résultat des courses, vous êtes revenus sur l?idée d?installer des poubelles, ce qui est une bonne chose parce que, encore une fois, il y avait la possibilité d'améliorer cette promenade tout à fait agréable qui sert pour les promeneurs, qui sert aussi pour les coureurs, d'ailleurs, puisque Bertrand DELANOË a fait un footing le jour de l'inauguration. Personne n'a fait cette promenade aussi vite que lui, il fallait le faire pour la campagne, on l?a fait pour la campagne. Il était très content, peut-être un peu essoufflé et déçu d'être arrêté devant le tunnel sous Olivier-de-Serres, mais c'est un autre problème. Monsieur ALAYRAC, vous avez aussi évoqué des idées que vous aviez et dont vous nous feriez part plus tard. Ne traînez pas trop, parce qu?à un moment donné tout sera fait. Vous pouvez proposer des choses pour améliorer la Petite Ceinture, mais on ne vous dira pas que vous êtes contre, vous voulez l'améliorer. Je pense notamment à la gare de Vaugirard. Nous, on ne peut pas, quand on propose des améliorations, forcément c?est politique et c?est que l?on est contre. Et bien non, Monsieur ALAYRAC, nous, on veut proposer des améliorations. Nous avons proposé également l?aménagement d?une Maison de la Nature sur la gare de Vaugirard, nous espérons évidemment que nos collègues de gauche emboîteront le pas pour améliorer cela. Les éléments d?entretien ont été évoqués par Claire de CLERMONT-TONNERRE, qui sont aussi un problème à améliorer sur cette Petite Ceinture et je vais terminer sur un véritable point de divergence que nous avons : c'est l'îlot Saïda. Je suis désolé, Monsieur ALAYRAC, on ne peut pas tout promettre et revenir à chaque fois sur ses promesses. Un coup Mme HIDALGO avait dit que l'on n?aménagerait pas le tunnel, un coup elle dit que l?on aménagerait le tunnel, puis vous dites que peut-être, etc. Ce sont des réponses de Normands, cela, Monsieur ALAYRAC. Vous ne pouvez pas continuer comme cela, ce n'est pas possible. Le tunnel, il faudra l'aménager parce qu'on a les moyens d'aménager ce tunnel et on a les moyens de proposer aux promeneurs et aux riverains du 15e arrondissement des choses tout à fait de qualité. Vous avez prouvé à la Ville de Paris que vous étiez prêts à dépenser des millions et des millions et des millions d'euros sur certains projets, je ne vois pas au nom de quoi vous ne pourriez pas le faire pour l'aménagement du tunnel.

Résultat des courses, on a une tranchée dans l'îlot Saïda qui passe au milieu des habitations des riverains, dont les riverains ne veulent pas, qui est faite dans des conditions inacceptables. C'est un chantier à ciel ouvert qui perturbe tout le monde et vous, Monsieur ALAYRAC, au nom de la gauche du 15e, vous nous expliquez que c'est pour le bien et c'est pour améliorer le dispositif. Monsieur ALAYRAC, franchement ! Il faut être sérieux, vous n'y êtes pas allé, vous n?êtes pas allé voir. Ce n?est pas possible, il y a des camions partout à côté des habitations, les riverains n?en peuvent plus. Ils le disent dans les réunions publiques, ils le disent en Conseils de quartier, ils l'écrivent. A un moment donné, comme pour d'autres sujets, il faut essayer un peu d'écouter les habitants qui vivent au quotidien les nuisances que cela entraîne. Je crois que, sur cette affaire comme sur beaucoup d'autres, vous faites preuve d'un trop grand manichéisme en considérant que vous avez raison parce que vous êtes de gauche et que tous les autres ont tort, mais on ne peut pas avoir raison contre tout le monde et, à un moment donné, l?exercice trouve ses limites. Nous voterons ce projet de délibération, nous, nous ne sommes pas manichéens comme vous, mais souffrez, Monsieur ALAYRAC et Mesdames et Messieurs de la gauche, que, nous aussi, nous ayons des propositions pour améliorer l'existence des habitants du 15e.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Bien. La parole est à Mme Fabienne GIBOUDEAUX.

Mme Fabienne GIBOUDEAUX, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire. Je vais rappeler quand même brièvement ce qu?est cet aménagement de la Petite Ceinture 15e pour ses qualités et son originalité et vous dire comment, aujourd'hui, on continue à travailler dessus, comme sur tous les espaces verts d'ailleurs. Ces questions de graffs, de sécurité, etc. Ce n?est pas seulement sur la Petite Ceinture du 15e, on le vit aussi sur tous nos jardins parisiens et on trouve des solutions à chaque fois pour y remédier. Je ne voudrais pas que la Petite Ceinture 15e focalise toutes les questions d?insécurité et d'incivilité parce que je pense que, au contraire, par sa fréquentation, elle est très fréquentée et, par sa qualité d'aménagement, elle est assez respectée. Alors, M. ALAYRAC a évoqué effectivement les questions de graffs, ce ne sont pas les graffs artistiques, parce que, ceux-ci, on a souhaité les garder parce qu?il y a des peintures qui avaient été réalisées auparavant et cela a été un choix d'aménagement, c?est-à-dire de ne pas gommer toute l'histoire de cette Petite Ceinture qui est une histoire d'utilisation, notamment par des jeunes et des artistes, qui s'en sont servi comme support.

Il s'agit des inscriptions sauvages qu'il y a sur les panneaux qui sont censés donner des informations au public et, effectivement, là, nous gérons et nous faisons en sorte qu'ils soient enlevés au fur et à mesure et qu'on ne laisse pas se dégrader ces panneaux, parce que c'est important, ils ont un rôle à la fois pédagogique, esthétique et il faut vraiment que nous tenions sur cette question.

Quant aux caillassages, je n'ai pas entendu parler, en tout cas par ma Direction, de caillassages sur les bâtiments. On a, effectivement, un incident qui m?est parvenu : celui d?un ballast que des enfants ont laissé tomber sur un abri vélos, qui a provoqué un trou sur le toit de cet abri, mais pas de caillassage de logement ou d'habitation. Je pense que si cela avait été le cas, j'aurais été, en tout cas, rapidement avertie. Je ne veux pas que l'on fasse de surenchère sur les problèmes d'insécurité sur cette petite ceinture.

Je voudrais aussi rappeler le projet que nous avons de relier les parcs André-Citroën et Georges-Brassens et que l'îlot Saïda est une opportunité intéressante d?une liaison, que cette liaison sert aussi à traverser des parties du quartier par des voies piétonnes tout à fait intéressantes, donc je pense qu?elle a d'autres usages aussi que le lien avec la petite ceinture, et que cela n'obère pas non plus la possibilité, un jour, d'utiliser le tunnel.

Vous l'avez évoqué, ce sont des questions financières importantes. Nous avons investi, je vous l?ai dit tout à l?heure, 8 millions d?euros pour l?aménagement de cette petite ceinture 15e, je vous rappelle que dans cette mandature, on a d'autres projets dans le 15e et dans d'autres arrondissements. Il est, comme M. GAUDILLÈRE l'a rappelé, de notre devoir d'avoir des budgets équilibrés, et je pense que l'on pourra peut-être, à l'avenir, si l?on trouve des solutions à la fois techniques, car il s'agit de vérifier que le tunnel ne pose pas des problèmes de sécurité, je vous rappelle les incidents qu?il y a eus en Allemagne, avec des morts lors de passage dans le tunnel, donc il faut que l?on prenne ce sujet très sérieusement, que R.F.F. ne fasse pas non plus payer tout le réaménagement et la sécurisation de son ouvrage, ce sont quand même des discussions importantes à avoir. Pour toutes ces raisons, je pense qu?il faut que l'on se donne le temps de voir si on peut utiliser ce tunnel. En tout cas, je comprends que ce soit un désir, à la fois des usagers et des élus de la mairie du 15e, mais il y a encore des choses à faire pour la prochaine mandature. M. ALAYRAC a évoqué des usages artistiques et autres. Effectivement, on l'a vu dans le cadre de la concertation que nous avons eue sur la petite ceinture parisienne, cela faisait resurgir des désirs d'expérimentations artistiques, d'expérimentations sociales aussi. Pourquoi pas ? Je pense qu?il faut faire cela doucement. Là, on voit comment elle vit, comment les personnes l'utilisent, et je pense qu?il ne faut pas vouloir tout remplir d'un coup, mais au fur et à mesure, et M. ALAYRAC a raison, il faut se donner du temps pour trouver les bons projets, et pas remplir cet espace, qui est quand même très fréquenté, il faut que l'on tienne compte aussi de cette fréquentation très importante, notamment le week-end, par les joggeurs, les enfants, etc., tout cela doit cohabiter harmonieusement, aussi avec les riverains, c?était aussi notre souci. Je pense que cette première étape est réussie, et je voulais vraiment nous en féliciter. On va être vigilant sur l'entretien et la bonne tenue de ce site. Vous avez évoqué aussi, Monsieur MENGUY, la sécurité et la surveillance. Effectivement, ce site est surveillé comme un parc ou un jardin, il est fermé aussi comme les parcs et jardins. Il y a, dans cette promenade, trois rondes quotidiennes : une ronde à l'ouverture, qui consiste à ouvrir les portes, mettre en service les ascenseurs et s'assurer que tout va bien, une ronde intermédiaire d'une heure environ sur tout le site et une ronde de fermeture. Ces rondes sont réalisées par deux équipes de deux agents : une équipe qui part du parc André-Citroën et une autre qui part du parc Georges-Brassens. La jonction de ces deux équipes se fait au niveau de la rue Desnouettes et chaque équipe termine sa ronde en rejoignant son site de départ. Tout cela est vraiment bien organisé. La D.P.P. a également assuré des passages quotidiens depuis l'ouverture et l'association Espaces veille à l'entretien de la propreté et la qualité horticole du site. Avec toutes ces explications, je vous invite à voter ce projet de délibération.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 180. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, DEVE 180).