Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Adoption de comptes rendus.

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2013


 

M. LE MAIRE DE PARIS. - Par ailleurs, le compte rendu sommaire de la séance des lundi 14 et mardi 15 octobre 2013 a été affiché. Le compte rendu intégral de cette même séance a été publié. Avez-vous des observations sur ces documents ? Ils sont adoptés. Monsieur LEGARET ?

M. Jean-François LEGARET, maire du 1er arrondissement. - Oui, Monsieur le Maire. A la dernière séance, M. LE GUEN s'est livré à des invectives et des insultes à l'égard des élus de notre groupe. J'ai demandé une suspension de séance et j'ai demandé que M. LE GUEN présente des excuses ou que, au minimum, il retire ses propos. C'est Christian SAUTTER qui présidait la séance, il a effectivement suspendu la séance. Nous sommes revenus en séance et, à ce moment-là, le président de séance nous a indiqué que les propos ne figureraient pas au procès-verbal. Or, les propos figurent au procès-verbal, tel que nous l'avons reçu. Donc, j'aimerais que vous vous en expliquiez, Monsieur le Maire, et j'aimerais qu'il soit dit qu'un adjoint au Maire de Paris n'a pas pour fonction d'invectiver et d'insulter les élus parisiens, quel que soit le groupe auquel ils appartiennent. J'aimerais que vous fassiez un rappel, le rappel à l?ordre qui, je pense, convient et se justifie, et que M. LE GUEN revienne sur ses propos ou que ces propos soient effectivement supprimés du procès-verbal. Je vous remercie.

M. LE MAIRE DE PARIS. - Je ne vais pas prendre position sur le fond d'autant que, actuellement, question invectives... J'encouragerais tout le monde à faire preuve de dignité, de responsabilité. On peut s'opposer sur le fond sans invective, mais je ne sais pas de quoi il s'agit, en l'occurrence.

Si le président de séance, à ce moment-là, M. Christian SAUTTER, a dit que les propos ne figureraient pas au B.M.O., je m?en tiens aux choses les plus régulières possibles, il faut rectifier le B.M.O. pour que le B.M.O. soit fidèle à ce que vous avez dit en séance et que les règles qui nous permettent justement de fonctionner dans le respect, tout en mettant en valeur nos différences, puissent être observées.

Cela vous va, Monsieur SAUTTER et Monsieur GAUDILLÈRE ? Vous ferez en sorte qu'il en soit ainsi.