Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DLH 149 - Réalisation par la R.I.V.P. d'un programme comportant une résidence étudiante de 28 logements PLUS et un foyer de jeunes chercheurs de 27 logements PLS 8-10, rue Charles V (4e).

Débat/ Conseil municipal/ Novembre 2013


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération DLH 149 concernant la réalisation par la R.I.V.P. d?un programme comportant une résidence étudiante de 28 logements PLUS et un foyer de jeunes chercheurs de 27 logements P.L.S. au 8-10, rue Charles V, dans le 4e. Madame GUIDI, vous avez la parole.

Mme Claire GUIDI. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, j?ai tenu à prendre la parole aujourd'hui pour évoquer ce projet de délibération relatif au programme de logements étudiants qui sera réalisé rue Charles V, dans le 4e arrondissement. C'est un beau projet de délibération, c'est un projet de délibération, je crois, dont on peut se réjouir, et ce, à plusieurs titres. Premièrement, et je sais que cela est un point de crispation pour certains, ce projet de délibération va permettre la réalisation de logements locatifs sociaux. C'est un acte essentiel dans le 4e arrondissement, quand on sait que le parc privé exclut et que seul le parc social permet à de nombreux ménages, à Paris et dans le Centre en particulier, de se loger grâce à des loyers acceptables. Je ne soutiendrai jamais assez les efforts qui ont été réalisés en ce sens depuis plus de 10 ans par M. Bertrand DELANOË et par M. Jean-Yves MANO. En fixant le logement comme LA priorité des priorités, on peut être fier d'avoir désormais, dans le 4e, un taux de logement social à deux chiffres. Nous sommes, en effet, passés d'un taux situé aux environs de 5 % en 2001 à un taux de 11,5 % en 2012, et la mandature n'est pas finie. Deuxième point, corollaire du premier : ce projet de délibération va permettre la réalisation de logements étudiants, et je peux vous assurer que ce programme de 55 logements va compter dans l'arrondissement. Les besoins exprimés en matière de logement étudiant montrent, en effet, à quel point il faut poursuivre la nécessaire politique de rattrapage qu'il a fallu mener depuis 2001. Rue Charles V, seront donc réalisés une résidence étudiante de 28 logements PLUS et un foyer de jeunes chercheurs de 27 logements P.L.S., permettant ainsi de répondre à une diversité de besoins. Je redis ici mon attachement à ce que ces logements PLUS ne soient pas restreints qu'à une catégorie d'étudiants chercheurs, mais qu'ils soient ouverts aux étudiants dans toutes leur diversité et quel que soit leur projet professionnel, ce qui garantira la richesse de ce programme. Je compte sur la future convention avec le C.R.O.U.S. pour acter ce point. Même si l'on sait que ce programme reste modeste en nombre, il est important de permettre à tous les étudiants de pouvoir se loger au Centre de Paris. Troisième point, la Ville n'est pas une entité figée et elle se transforme sur elle-même. En cela, je veux insister sur le fait que cette parcelle est à regarder avec beaucoup d'attention, et il est important de ne pas appréhender les sujets de manière segmentée. Ce projet de délibération montre que faire la ville sur la ville, c'est oser penser une combinaison de programmes dans un site contraint. La réhabilitation lourde dont fera l'objet le bâtiment rue Charles V pour accueillir ces 55 logements étudiants permettra également de réaliser des locaux universitaires avec une dimension pluridisciplinaire et l'objectif d'être ouverts sur l'extérieur, ce qui est doublement innovant et positif. Cela ne fera que renforcer l'attractivité parisienne en matière de recherche, et Jean-Louis MISSIKA ne me contredira pas. Ce bâtiment fait toutefois partie d'un îlot que l'on pourrait qualifier "d'îlot à enjeux". Le travail important réalisé dans le cadre de la révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur, dont nous allons parler tout à l'heure, a, en effet, identifié cet îlot comme pouvant accueillir un équipement sportif. Une réserve pour équipement sportif a donc été affectée sur ce secteur ; c'est un enjeu majeur pour notre arrondissement. Une étude de faisabilité doit être réalisée pour déterminer les contours d'un tel projet dans ses dimensions ainsi que les éléments financiers afférents. La question de l?intégration urbaine des opérations est donc très importante sur ce site. Les questions techniques qui vont se poser devront être traitées de manière fine, eu égard à la configuration de l'îlot. Comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, et je profite de nouveau de l'occasion qui m?est donnée aujourd'hui, j'insiste sur la nécessité de travailler le plus en amont possible sur l?intégration de ces deux programmes et sur la gestion éventuelle des interfaces techniques et financières. La transversalité n'est pas un vain mot dans ce contexte urbain complexe. Je compte sur les différents services de la Ville et sur le maître d'ouvrage qu'est la R.I.V.P. pour les logements étudiants et les locaux universitaires pour mener les différentes études de manière coordonnée et pour prendre en compte cette diversité fonctionnelle. Ce projet de délibération montre à quel point nous sommes ici au c?ur des enjeux urbains du XXIe siècle. La ville durable, c'est la ville intense et attractive qui sait se transformer sur elle-même et prendre en compte les enjeux nouveaux en mettant au centre de ces préoccupations les besoins des Parisiens.

Ce projet de délibération est une dimension de l'effort permanent mené par la Ville, c'est une preuve concrète, s'il en fallait encore une, que l'engagement de la Ville est réel en matière de logement.

Je vous remercie.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame. La parole est à M. Jean-Yves MANO.

M. Jean-Yves MANO, adjoint. - Madame GUIDI, je me permets de vous remercier pour les propos tenus par rapport à la capacité de la Ville à se saisir de toutes les opportunités sur son territoire, et notamment au c?ur de Paris, dans un arrondissement comme le 4e qui possède, hélas comme tout le monde le sait, très peu de foncier disponible. C?est la capacité de la Ville à transformer des locaux avec des destinations historiques liées principalement à l'enseignement, avec des caractéristiques architecturales particulières, à se mobiliser donc pour trouver des solutions adaptées et répondre à la diversité de la demande, y compris dans le c?ur de la Capitale.

C'est vrai que mobiliser des espaces pour des étudiants au c?ur du 4e, comme pour des chercheurs, c'est la traduction d'une volonté politique de faire de la place dans tout Paris à toutes les catégories de Parisiens, qu'ils soient jeunes, bien évidemment à travers des étudiants et des jeunes chercheurs dont on sait qu'il y a la nécessité absolue, et nous le prouvons dans nos nombreux projets sur le territoire parisien, à trouver la place permettant à Paris sans aucun doute de conserver sa position dans la recherche internationale.

C'est à ce prix-là, me semble-t-il, que Paris saura garder son rang.

Nous sommes tous mobilisés. Bien sûr, j'ai écouté avec attention votre souhait d'avoir une coordination entre les différentes créations autour de ce site-là. Je ne doute pas un seul instant que la R.I.V.P. sera tout à fait capable d'adapter ses propositions pour permettre une diversification des usages de ces lieux.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Monsieur le Maire. Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 149. Qui est pour ? Contre ? Abstentions ? Le projet de délibération est adopté. (2013, DLH 149).