Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

Vœu déposé par le groupe PSRGA relatif à l'emploi des salariés de l'hôtel Lutetia. Vœu déposé par le groupe PCF/PG relatif aux salariés du Lutetia. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2013


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Nous passons maintenant à l'examen de trois v?ux non rattachés à des projets de délibération. Les v?ux n° 1 G, n° 2 G et n° 2 G bis, relatifs aux salariés de l'hôtel Lutetia. La parole est à M. Romain LÉVY.

M. Romain LÉVY. - Merci, Madame la Présidente. En effet, depuis quelques années, de nombreux hôtels de prestige parisiens ont engagé des restructurations lourdes afin de s?adapter à la demande internationale et Le Lutetia suit le même mouvement et doit engager, à partir d'avril 2014, des travaux d'amélioration pendant trois années. Ces restructurations sont nécessaires pour préserver le dynamisme de la destination parisienne et nous ne pouvons que soutenir cette initiative. Pourtant, il n'est pas admissible que de tels travaux soient réduits à leurs seuls aspects architecturaux et techniques. Les femmes et les hommes qui font Le Lutetia, parfois depuis de longues années, ne peuvent être mis de côté. Dans cette entreprise, un réel volet social est indispensable. Des moyens sont déployés au niveau national pour protéger l'emploi dans le cadre d'une réhabilitation d'hôtel. Ces moyens doivent être saisis, bien entendu, mais l'employeur doit aussi prendre sa part. Le groupe "Alrov", propriétaire du Lutetia, dispose des moyens pour ce faire. C'est l'objet de la lutte qu'ont engagé les salariés de l?hôtel Lutetia et, dans le contexte de crise que nous connaissons, chaque emploi doit être défendu. Or, ce sont aujourd'hui des centaines d?emplois qui sont menacés et nous ne pouvons laisser faire. C'est pourquoi nous souhaitons que le Maire de Paris appuie les salariés auprès de la direction du Lutetia dans leurs négociations et interviennent auprès du Gouvernement afin que celui-ci mette tout en ?uvre pour la défense des salariés du Lutetia. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur LÉVY. La parole est à Mme Danielle SIMONNET.

Mme Danielle SIMONNET. - Nous confirmons ce qui vient d'être dit à travers notre v?u également, car les salariés du Lutetia qui ont fait grève à plusieurs reprises ont bien raison de vouloir faire interdire la mise en ?uvre de ce plan de sauvegarde de l'emploi prévu par leur direction, car le motif économique pour licencier directement ou indirectement les 300 salariés tel que le revendique la direction du Lutetia pour justifier le P.S.E. est totalement inexistant, puisqu'il s'agit d'une fermeture de l'établissement pour travaux et qu'aucune suppression d'emploi n'est envisagée lors de la réouverture.

Quand on sait que le groupe "Alrov", auquel appartient l'hôtel, réalise chaque année des bénéfices colossaux et dispose totalement des moyens financiers nécessaires pour le maintien dans l'emploi et la garantie des salaires de l'ensemble des salariés pendant la fermeture de l'établissement pour travaux, il nous faut soutenir les salariés du Lutetia.

Nous souscrivons aussi à travers notre v?u au fait que le Maire de Paris s'adresse au Ministre du Travail et de l'Emploi afin de mettre tout en ?uvre pour garantir le maintien des salaires à 100 % pendant les trois années des travaux sans chantage aux aides de l'État et qu?il y ait bien des possibilités de détachement comprenant une rémunération bonifiée de 30 % dans d'autres établissements hôteliers de luxe et l'accès à des formations qualifiantes, et qu'on soutienne les projets des salariés de création et de reprise d'entreprise ou de bénévolat associatif avec le versement des 36 mois de salaire. Il faut savoir qu'il y a un précédent dans les luttes. Les salariés de l'hôtel Crillon avaient réussi à obtenir de la direction de l'hôtel le maintien dans l'emploi des 360 salariés qui étaient à l'époque concernés par la fermeture pour travaux. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame SIMONNET. Pour répondre, la parole est à M. Christian SAUTTER.

M. Christian SAUTTER, vice-président. - Madame la Présidente, je partage évidemment les attendus des deux v?ux qui ont été déposés et qui ont été présentés par M. LÉVY et par Mme SIMONNET. Pour en faire une sorte de synthèse, l'Exécutif a rédigé un v?u qui, je pense, en reprend l'essentiel. Comme cela a été très clairement dit, l'hôtel Lutetia, comme d'autres palaces parisiens, a besoin de se moderniser, de se mettre aux nouvelles normes du tourisme de haut niveau international et doit donc s'engager dans des travaux qui pourraient durer trois ans. La question évidemment la plus importante pour nous, me semble-t-il, est : que devient le personnel pendant ces trois années durant lesquelles ils ne pourront pas travailler ? Il y a eu dans un premier temps une négociation qui avait été encourageante, mais la direction s'est ensuite rétractée. Pour faire l'histoire courte, c'est un problème social important, je vous recommande de voter un v?u de l'Exécutif qui reprend l'essentiel : - Que les négociations avec les partenaires sociaux soient menées dans le plus grand respect des salariés et de leur légitime besoin de visibilité sur la pérennité de leur emploi. Il faut rassurer les salariés. - Que soit garantie la sauvegarde des 211 emplois, c'est bien le nombre qui est en débat, en examinant avec une particulière attention les modalités défendues par l'intersyndicale, à savoir le maintien des salaires à 100 % pendant les trois années de travaux avec des possibilités de détachement, Mme SIMONNET y a fait allusion, dans d'autres établissements hôteliers de luxe, l'accès à des formations qualifiantes, voire même, pourquoi pas, créer ou reprendre des entreprises ou s'engager dans le domaine associatif. Complément de ce v?u, le Maire de Paris devrait intervenir auprès du Ministre du Travail pour que la négociation soit transparente et que l'emploi des salariés du Lutetia soit sauvegardé. Je propose à notre Conseil de voter le v?u de l'Exécutif, et comme je pense qu'il reprend l'essentiel des propositions de M. LÉVY et de Mme SIMONNET, il me semble qu'ils pourraient l'un et l'autre retirer leur texte qui est repris dans le v?u que je viens de présenter.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur SAUTTER.

Alors est-ce que M. Romain LÉVY est d'accord pour retirer le v?u ? Madame Danielle SIMONNET également ?

Mme Danielle SIMONNET. - Oui.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Les v?ux nos 1 G et 2 G sont donc retirés. Je mets aux voix, à main levée, le v?u n° 2 G bis. Qui est pour ? Qui est contre ? Abstentions ? Le v?u est adopté. (2013, V. 38 G).