Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2013
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2013 DDEEES 125 G - Subvention (40.000 euros) et convention avec l'association "Toques et Partage" visant le développement de l'insertion par l'activité économique pour l'entreprise d'insertion "Manger".

Débat/ Conseil général/ Novembre 2013


 

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - A présent, nous examinons le projet de délibération DDEEES 125 G concernant l'association "Toques et Partage". La parole est à M. François VAUGLIN.

M. François VAUGLIN. - Merci.

Plaisir et fierté, c'est le sentiment qui m'anime en vous présentant ce projet de délibération qui attribue une aide au démarrage à l'association "Toques et Partage".

Créée en 2010, avec l'ambition originale d'être parrainée par de grands chefs, notamment Christophe MICHALAK, "Toques et Partage" avait figuré parmi les lauréats de l'appel à projets "économie sociale et solidaire" que nous avions lancé avec le Département de Paris en 2010.

Permettre aux publics fragilisés de trouver ou de retrouver le chemin de la réussite, en étant accompagnés par des professionnels de renom, donner une chance à ceux qui en ont le plus besoin, telle est l'ambition de cette association, qui insère par l'activité économique les personnes éloignées de l'emploi, à travers leur formation, dans le secteur de la restauration traditionnelle haut de gamme. Trois ans après, le volontarisme de notre collectivité a été couronné de succès, puisque le projet a vu le jour avec l'ouverture en avril dernier du premier restaurant dénommé "Manger", situé 24, rue Keller dans le 11e arrondissement. Il s'agit donc du premier restaurant gastronomique d'insertion parisien et le résultat est à la mesure de l'ambition. D'ores et déjà, "Manger" compte parmi les meilleures tables de notre arrondissement et en sept mois, ce restaurant de 85 couverts sur 400 mètres carrés a embauché 9 personnes dont 6 en insertion. Voilà en résumé une action exemplaire de ce que nous aimons en politique : la création d?un modèle durable et solidaire grâce à l'association originale du plaisir des uns et du travail retrouvé pour les autres.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Monsieur VAUGLIN. Pour répondre, la parole est à Mme Pauline VÉRON.

Mme Pauline VÉRON. - Merci, Madame la Présidente. Je remercie François VAUGLIN pour son intervention et son soutien à ce projet de délibération attribuant une subvention à l?entreprise d?insertion "Manger" située rue Keller dans le 11e arrondissement. Je ne reviendrai pas sur les détails et les qualités de ce restaurant d'insertion gastronomique, même si quelques exemples de la carte pourraient vous intéresser, car c'est vraiment un très bon restaurant, mais mon collègue l'a déjà fait un petit peu. Je ne peux que vous inviter à vous y rendre. J'en profite pour saluer le travail de Thierry MONASSIER et de Ferdinand FREDONIE qui sont à l?initiative et au pilotage de ce lieu unique à Paris. En effet, c'est le premier restaurant d'insertion gastronomique. Vous aurez ainsi, si vous y allez, sous vos yeux et sous votre palais, la preuve qu?insertion rime avec chaleur, goût, solidarité et humanité. Si aujourd'hui le taux de chômage parisien est passé en dessous du taux de chômage national et régional, ce n'est pas un hasard mais plutôt le fruit d'un travail coordonné avec, en premier lieu, mon collègue Christian SAUTTER mais aussi Gisèle STIEVENARD, Olga TROSTIANSKY, Claudine BOUYGUES et Fabienne GIBOUDEAUX. L'insertion par l'activité économique contribue à ce bon résultat. Depuis 2008, ce sont plus de 16.000 personnes qui ont retrouvé un emploi grâce à l'économie sociale et solidaire, et ce, par exemple, dans les quartiers politique de la ville. Je prendrai comme exemple, puisqu'il est assez récent, les cuisines réhabilitées des foyers de travailleurs migrants qui sont en passe de devenir tous des entreprises d'insertion, ou les jardins et espaces vie de la Ville sur lesquels nous avons fait intervenir un certain nombre d'entreprises d'insertion. C'est aussi parce que nous avons une réelle volonté politique qu?au cours des six dernières années, les clauses d?insertion dans nos marchés publics n?ont cessé de progresser. En 2012, ce sont plus de 800 personnes qui ont ainsi trouvé le chemin de l'emploi, soit plus de 700.000 heures travaillées. Oui, c'est un choix de responsabiliser la commande publique et de permettre ainsi le recrutement d'un certain nombre de personnes en emplois aidés et, Madame SACHS, notamment des jeunes. Notre politique en matière d'emploi a été inclusive. En témoigne le dispositif "Premières heures" voté il y a quelques semaines par notre Assemblée et qui permet aux plus désocialisés de reprendre pied dans notre société. C?est donc avec enthousiasme que je propose de voter ce projet de délibération d?aide au démarrage au restaurant d'insertion "Manger" qui s'inscrit avec cohérence dans notre dispositif de lutte contre le chômage. Je vous remercie.

Mme Olga TROSTIANSKY, présidente. - Merci, Madame VÉRON.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DDEEES 125 G. Qui est pour ? Qui est contre ? Qui s?abstient ? Le projet de délibération est adopté à l?unanimité, je vous remercie. (2013, DDEEES 125 G).