Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DSTI 23 G - Signature d'une convention avec la Région Ile-de-France établissant les conditions de la réalisation d'un réseau de très haut débit du second degré.

Débat/ Conseil général/ Novembre 2010


 

M. LE PRÉSIDENT. - Nous examinons maintenant le projet de délibération DSTI 23 G relevant de la 2e Commission et relatif à la réalisation d?un réseau de très haut débit du second degré.

Je donne la parole à M. Philippe DUCLOUX.

M. Philippe DUCLOUX. - Merci, Monsieur le Président.

Effectivement, Monsieur le Président, mes chers collègues, la collaboration efficace entre la collectivité parisienne et la Région Ile-de-France n'est plus à démontrer. En effet, le projet de délibération qui vous est proposé aujourd'hui en constitue une illustration parfaite qu'il convient de souligner.

Le présent projet de délibération a pour objet, dans le domaine du développement du numérique à l'école, de poursuivre la couverture par le très haut débit des établissements du second degré. A la suite du contrat particulier passé entre la Région et le Département de Paris pour 2009-2013, qui fixe les orientations et les moyens d'une couverture massive par le très haut débit, le projet de délibération propose de relier 243 établissements du second degré par de la fibre optique, qu'ils appartiennent au Département de Paris ou à la Région Ile-de-France. Une couverture à très haut débit permet de multiplier par 100 le débit actuel et par 10 la disponibilité du réseau, offrant ainsi au corps enseignant et aux élèves des perspectives radicalement nouvelles en termes d?usage de l'outil numérique, de construction d?un projet pédagogique enrichi et de mise en place d'environnements numériques de travail.

A terme, en 2013, ce seront plus de 2.000 équipements municipaux qui seront ainsi couverts, soit le plus grand réseau public d'Europe à très haut débit.

Il est, en effet, nécessaire de préciser que cette couverture numérique sera prise en charge par le développement d'un réseau totalement indépendant des opérateurs du marché.

Ce projet de délibération, mes chers collègues, montre ainsi les gains inestimables apportés par la mutualisation des ressources de notre collectivité et de la Région Ile-de-France, permettant de construire à moindres coûts et d'exploiter en commun un réseau à grande échelle.

Ce projet de délibération revêt aussi une importance certaine, car il s'inscrit dans un contexte tout à fait particulier, marqué par les grandes déclarations du Gouvernement appelant de leur v?u un développement sans précédent du numérique à l'école. Pourtant, mes chers collègues, en ce domaine, force est de constater qu'aucune évolution n'est à remarquer.

Après la remise en février dernier du rapport FOURGOUS sur l?école numérique, il ne s?est rien produit. Il ne s?est rien produit encore après la promesse par Luc CHATEL au mois d'avril d'un plan ambitieux sur ce sujet, ni après que le Haut Conseil à l'Education ait proposé au Ministre un plan relatif aux technologies de l?information et de la communication à l?école. Il ne s?est rien produit non plus après la promesse du Gouvernement de consacrer une part importante du grand emprunt au développement du numérique.

J'arrêterai là, mes chers collègues, cette énumération qui n'a d'autre vertu que de démontrer le désintéressement complet du Gouvernement à l'égard de l'école du numérique, alors que, comme chacun le sait, une école moderne et performante est le gage d'une jeunesse bien formée et une source de croissance dont on ne peut, à l?heure actuelle, se priver.

C'est donc dans ce contexte que je tiens, mes chers collègues, à saluer le partenariat efficace reliant le Département de Paris à la Région Ile-de-France. C'est ainsi que, loin des effets de manche, le projet de délibération qui nous est proposé aujourd'hui n'a d'autres fonctions que de poursuivre avec énergie les projets parisiens en faveur d'un service public de l'enseignement digne du XXIe siècle.

Je vous remercie.

(Applaudissements).

(Mme Gisèle STIEVENARD, vice-présidente, remplace M. le Président du Conseil de Paris au fauteuil de la présidence).

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Pour vous répondre, Monsieur DUCLOUX, je donne la parole à M. Jean-Louis MISSIKA.

M. Jean-Louis MISSIKA, au nom de la 2e Commission. Merci, Madame la Présidente.

Monsieur le Conseiller, cher Philippe, je vous remercie de signaler l'importance de ce projet de délibération. Celui-ci permettra aux communautés pédagogiques des écoles, collèges et lycées de Paris de bénéficier dans les deux ans qui viennent d'un réseau d'une qualité aujourd'hui réservée à une poignée de professionnels.

Le rapport FOURGOUS, que vous avez mentionné, préconisait en première priorité de connecter les écoles au haut débit. Ceci est le signe que la majorité présidentielle sait occasionnellement faire des constats exacts, fussent-ils simples. Mais, comme souvent, ce constat a été suivi de bien peu de choses, à part de multiples annonces et des promesses non tenues. Mais il y a bien longtemps que le Département de Paris et la Région Ile-de-France ont pris l'habitude d'investir là où le Gouvernement bavarde.

C'est donc dans le cadre de la mise en place du réseau très haut débit, interne au Département de Paris, mené par la Direction des Systèmes et Technologies de l?Information sous l?égide de Maïté ERRECART, qu'il a été décidé de raccorder entre eux et vers Internet les établissements d?enseignement primaire et secondaire.

Colombe BROSSEL et moi-même avons souhaité que ce réseau T.H.D. (Très Haut Débit), conçu à l'origine comme un réseau administratif, vienne accélérer l?informatisation des écoles.

Le présent projet de délibération fixe les modalités de collaboration avec la Région Ile-de-France, sous l'égide de ses vice-présidents, Henriette ZOUGHEBI, Jean-Paul PLANCHOU et bien sûr Marie-Pierre de LA GONTRIE qui siège à nos côtés.

Le raccordement des écoles et des collèges est déjà entamé, celui des lycées pourra être généralisé dès que la Région aura délibéré de son côté.

A l'horizon 2013, nos efforts collectifs auront ainsi doté les jeunes Parisiens d'une infrastructure parmi les plus performantes du monde. Celle-ci s'inscrit évidemment dans un dispositif global d'outillage numérique des établissements qui comprend l'équipement en microordinateurs et tableaux blancs interactifs et la mise en place d'espaces numériques de travail dans les collèges, en coordination avec ce que fait la Région dans les lycées.

Ce dispositif sera complété, dans les mois qui viennent, par un appel à projets "École du futur" destiné aux équipes pédagogiques et coordonné par le Laboratoire Paris Région Innovation.

Cet appel à projets a pour vocation de faire émerger des pratiques pédagogiques innovantes et de les encourager de façon à établir de nouveaux usages d'enseignement.

Nous aurons bien entendu l'occasion de présenter ces travaux devant cette Assemblée avec Colombe BROSSEL.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci, Monsieur MISSIKA.

Je mets donc aux voix, à main levée, le projet de délibération DSTI 23 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DSTI 23 G).